AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 


Spécial Juin 2004 - Juin 2005

                      version imprimable

                    version imprimable

 

Liberté de la presse en Algérie


 Notre solidarité agissante avec Mohamed Benchicou

Message de Francis Wurtz

Président du groupe GUE - NGL du Parlement européen au rassemblement pour la liberté de la presse en Algérie

Au nom du groupe de la Gauche Unitaire Européenne - Gauche Verte Nordique du Parlement européen, je veux saisir l'occasion de votre rassemblement pour exprimer à nouveau toute ma solidarité avec les journalistes algériens, bâillonnés, poursuivis, emprisonnés. Ils paient une fois encore un lourd tribut à leur combat pour la démocratie.

Je pense en premier lieu à Mohamed Benchicou, directeur du "Matin", en prison depuis un an déjà ! J'ai eu l'occasion de mesurer le courage de cet homme et des autres journalistes démocrates lors de notre rencontre à Alger, aux heures sombres du terrorisme islamique. L'Algérie doit beaucoup à ces combattants de la liberté: il est inconcevable que les autorités du pays puissent s'en prendre précisément à eux ! Ils méritent l'hommage, pas l'outrage !

Je veux dire à Mohamed Benchicou comme à Abla Chérif, à Youssef Rezzoug, à Yasmine Ferroucky, à mon ami Hassane Zerrouky et à tous leurs camarades que leur combat est suivi de près et avec sympathie très au-delà de nos frontières. En témoigne le fait que, la semaine dernière, en session plénière du Parlement européen, après de multiples initiatives antérieures, visant à faire circuler l'information, tous les groupes politiques ont accepté de soutenir notre demande de libération sans délai des journalistes algériens condamnés et la fin de l'acharnement judiciaire vis-à-vis des media indépendants de ce pays. Telle est à présent la position officielle du Parlement européen.

Nous avions promis à Madame Fatiha Benchicou, lors de sa venue au Parlement européen, que nous allions faire ce qui dépendait de nous pour favoriser l'expression de cette exigence. Nous sommes heureux d'avoir réussi. Nous allons poursuivre dans cette voie jusqu'à la libération de Mohamed Benchicou et des journalistes emprisonnés, jusqu'à ce que soit recouvrée cette liberté de la Presse que naguère, nous avions saluée, et pleinement respectés les droits des citoyens, des syndicats , des associations qui illustrent la vitalité de la société algérienne.

Ce faisant, nous n'agissons pas en détracteurs, mais en amis sincères, permanents et durables de l'Algérie et du peuple algérien.

Plein succès !

Francis Wurtz

 

 © Bruxelles, 14 juin 2005

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.