AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 


Le monde de la presse en Algérie

                      version imprimable

                    version imprimable

 

Liberté de la presse en Algérie


 

Entre pression et répression

Les journalistes du monde entier célèbrent, aujourd’hui, leur journée dédiée à la liberté d’expression. Ce sera une halte pour mesurer le chemin parcouru et quantifier les acquis arrachés. Ailleurs, la ferveur le disputera à l’engagement. Chez nous, c’est un marronnier expédié par un tournoi de… football et un micro portable offert au journaliste vainqueur du concours officiel. Eh oui, on célèbre comme on peut… Le ministère de tutelle a beau jeu face à une corporation à ce point déconnectée de ses propres réalités. Souvent mal formé et désinformé, le journaliste algérien se contente du peu. Il joue, à son corps défendant, les seconds rôles de relayeur d’une littérature officielle qui pollue à satiété les luttes démocratiques.

Il faut admettre que le courage et l’engagement désintéressés passent pour être des denrées rares dans notre corporation. Les pressions judiciaires et le pouvoir magique de l’argent ont fini par phagocyter bien des plumes jusqu’au tarissement de l’encre. En ce 3 mai, il n’y a sans doute pas de quoi pavoiser, pour nous journalistes algériens. Même si certains bien-pensants voudraient nous paver l’enfer de bonnes intentions par ce « statu quo » présenté comme un acquis extraordinaire ! Tout se passe comme si le salut des journalistes algériens résidait dans la promulgation d’un statut fût-il déclassant. Il est d’ailleurs significatif de noter que le législateur a eu recours à la formule de « décret exécutif fixant régime spécifique » pour qualifier juridiquement ce qui est présenté publiquement comme un « statut ». Cette minoration sémantique du texte n’est-elle pas elle-même une preuve d’une négation d’un statut, un vrai ? Concrètement, si on devait juste faire un calcul arithmétique des procès en série intentés contre nos confrères durant l’année 2007, on s’aperçoit que la profession est réellement dans la gueule du loup. Au grand dam de ceux qui jaugent la liberté d’expression à l’aune du nombre de titres jetés sur le marché. Or l’infamante pénalisation du délit de presse – clé de voûte de la reconquête de la liberté d’expression – encore en vigueur est balayée par quelques supplications tribunitiennes sans lendemain. Il est donc illusoire d’attendre d’un pouvoir foncièrement liberticide quelque geste attendrissant à l’endroit d’une corporation qui continue de vivre de ses formidables victoires passées. C’est sans doute la première fois que le pouvoir politique évolue sur du velours avec le monde de la presse à quelques exceptions près heureusement. Après la « normalisation » des partis politiques, les autorités s’attachent, avec beaucoup de succès du reste, à mettre au pas la presse. Et quand on dépend financièrement de la manne publicitaire de l’Etat, donc du pouvoir et des boîtes privées apparentées, la liberté d’information et le droit de savoir deviennent fatalement résiduels. Le vrai combat est là.

Hassan MOALI

 

© El Watan du 3 mai 2008

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.