AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 


Le monde de la presse en Algérie

                      version imprimable

                    version imprimable

 

Liberté de la presse en Algérie


 

Plusieurs mois de prison ferme requis contre des journalistes du "Soir d'Algérie" et de "Liberté"

Le harcèlement continue

Une peine de 12 mois de prison ferme a été requise, hier, pour «outrage au président de la République» à l’encontre de Kamel Amarni et de Fouad Boughanem, respectivement journaliste politique et directeur de la publication du Soir d’Algérie. Le caricaturiste Ali Dilem et l’ancien directeur de la publication de Liberté, Abrous Outoudert, risquent quant à eux 6 mois d’emprisonnement ferme dans une affaire qui les oppose au ministère de la Défense nationale. Lors de l’audience tenue, hier, au niveau de la chambre des délits de presse du tribunal de Sidi- M’hamed, le représentant du ministère public a requis 12 mois de prison ferme contre Kamel Amarni, journaliste au quotidien Le Soir d’Algérie.

Ce dernier est accusé d’avoir «porté atteinte à la personne du président de la République» dans un article, paru en décembre 2003, intitulé «Coup Etat». La défense, représentée par Me Khaled Bourayou, a indiqué que l’article en question ne comporte pas de «propos diffamatoires». «Cet écrit, publié en période de précampagne électorale, relate des faits liés à un candidat qui se trouve être également président de la République», dira pour sa part Fouad Boughanem, qui encourt, lui aussi, une peine de 12 mois de prison ferme. Le verdict sera prononcé le 14 juin prochain. Il a également été question de diffamation dans l’affaire opposant le caricaturiste Ali Dilem au ministère de la Défense nationale. L’objet de la plainte est une caricature réalisée au lendemain de la catastrophe de Bab-el-Oued. La partie civile a estimé que ce dessin, qui montre deux citoyens commentant la provenance des dons du téléthon organisé au profit des victimes des inondations, portait atteinte à la réputation des généraux et à l’institution militaire. «Faux», affirmeront les avocats de la défense, qui présenteront une tout autre interprétation de cette caricature. Dans cette affaire, le représentant du ministère public a requis 6 mois de prison ferme à l’encontre de Ali Dilem et de Abrous Outoudert, qui comparaissait en qualité de directeur de la publication de Libertéau moment des faits. Le verdict de cette affaire est également attendu pour le 14 juin prochain. Dans un tout autre procès, la journaliste d’ El Watan, Salima Tlemçani, risque une amende de 20 000 dinars pour un article sur la CA.Bank paru le 5 juillet 2004. Les avocats de Omar Dechmi, P-DG de la CA Bank qui est actuellement en prison, reprochent à la journaliste «d’avoir porté préjudice grave» à cet établissement bancaire. «Nous demandons la désignation d’un expert pour estimer le nombre de comptes clôturés par les clients de la banque au lendemain de la parution de cet écrit», dira l’un d’eux. Des arguments qui seront battus en brèche par Me Khaled Bourayou, avocat de la défense. Notons par ailleurs que la chambre des délits de presse se prononcera prochainement sur la recevabilité d’une affaire opposant le journaliste du Soir d’Algérie, Sofiane Aït Iflis, au président du Haut- Conseil islamique (HCI), Hadj Bouamrane.

T. H.

 

 © Le Soir d'Algérie du 01 mai 2005

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.