RETOUR

Cartoonists Rights Network Award distingue Ali Dilem

On apprend que le déjà très célèbre caricaturiste algérien Ali Dilem,  plusieurs fois primé par des organisations internationales oeuvrant pour la liberté d'expression et les droits de l'Homme, et emboîtant ainsi le pas à son aîné Mohamed Benchicou, lui, journaliste à la plume incisive  et lauréat du prestigieux prix Pen International Barbara Goldsmith pour la liberté d'écrire 2006, vient d'être à son tour  distingué pour son talent et son courage par la puissante organisation américaine Cartoonists Rights Network Award (CRN).On apprend que le déjà très célèbre caricaturiste algérien Ali Dilem, plusieurs fois primé par des organisations internationales oeuvrant pour la liberté d'expression et les droits de l’Homme, et emboîtant ainsi le pas à son aîné Mohamed Benchicou, lui, journaliste à la plume incisive et lauréat du prestigieux  prix Pen International Barbara Goldsmith pour la liberté d’écrire 2006, vient d’être à son tour distingué pour son talent et son courage par la puissante organisation américaine Cartoonists Rights Network Award (CRN).

Rob Russell, directeur du CRN, a rappelé que « ce prix récompense chaque année le dessinateur qui a le plus marqué la scène internationale par son travail et son combat au mépris du danger .»

Le récipiendaire sera donc reçu, dans les tous prochains jours, au siège de Cartoonists Rights Network International à Denver, dans l'État du Colorado (États-Unis), où une cérémonie sera organisée en son honneur pour la remise du prix. Cette organisation mondiale, présente dans plusieurs pays, a pour vocation « de promouvoir et de soutenir les caricaturistes du monde entier. »

Un prix si chargé de sens qui vient, il faut le dire, à point nommé, au moment où l’on continue à jeter en prison des journalistes qui « osent » faire leur travail au service de l’opinion publique, à l’image de Mohamed Benchicou qui croupit depuis deux ans dans la lugurbe prison d’El-Harrach. Un prix doublement lourd de sens même, si l’on sait qu’il procède d’un pays où la presse, façonnée par une tradition de lutte constante pour la liberté de ton, est capable d’asseoir fût-il le président de la république au banc des accusés.

Quoi qu’il en soit, gageons que ce prix de plus qui honore notre caricaturiste Ali Dilem nous réconfortera dans nos espérences les plus folles. Mohamed Benchicou l’a dit : « La presse algérienne sera libre, ou ne le sera pas. »  Osons croire qu’elle le sera.

Nous y reviendrons avec des recoupements de presse et autres.

Au passage, nos félicitations, Dilem !

Mohamed ZIANE-KHODJA

 © Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie, 28 mai 2006

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie

 

Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.