AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 


Libérez Benchicou !

                      version imprimable

                    version imprimable

 

Liberté de la presse en Algérie


 Notre solidarité agissante avec Mohamed Benchicou

Prix Pen International Barbara Goldsmith pour la liberté d'écrire 2006

L'organisation mondiale des écrivains multiplie les appels en faveur de la libération de Mohamed benchicou

Ron Chernow, président de Pen International. Un clic pour agrandir la photo !Deux jours après avoir décerné le prix Pen International Barbara Goldsmith pour la liberté d’écrire 2006 à Mohamed Benchicou, l’Organisation mondiale des écrivains a appelé le gouvernement algérien à «rétablir la justice» en libérant le directeur du Matin soulignant la détermination de l’organisation de continuer à porter son cas sur la scène internationale jusqu'à sa libération.

Dans une lettre adressée au président Bouteflika, Pen international se dit convaincu que l’emprisonnement de Mohamed Benchicou est une atteinte à son droit à la liberté d’expression garanti par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies. Un communiqué de presse de Pen International, publié au lendemain de la cérémonie de remise des distinctions organisée à New York, indique que l’historienne et sponsor du Prix Barbara Goldsmith a annoncé solennellement la remise du prix devant une assistance de 650 personnes parmi lesquelles de célèbres écrivains américains. Selon le communiqué, après la projection d’un court métrage sur le parcours de Mohamed Benchicou et de Rakhim Esenov, l’écrivain turkmène et le second lauréat du prix Barbara Goldsmith a lu un message de Fatiha Benchicou qui a mis en relief la lutte pour une presse libre en Algérie : «Mohamed Benchicou vient d’entamer son vingt-troisième mois derrière les barreaux malgré notre combat sans relâche pour obtenir sa libération. Mais ceci est loin de nous décourager. Nous sommes persuadés que notre combat a contribué à empêcher les autorités algériennes d’aller plus loin dans leur entreprise destructrice de la liberté de la presse dans notre pays. Le Prix Barbara Goldsmith pour la liberté d’écrire vient couronner non seulement le sacrifice de Mohamed Benchicou mais aussi la lutte quotidienne de ses confrères pour exercer dignement leur métier d’informer. Au nom de tous mes compatriotes impliqués dans le combat pour la liberté de la presse en Algérie, au nom de tous ceux qui à l’étranger soutiennent notre lutte, je vous dis toute ma gratitude.» Barbara Goldsmith a rappelé que le prix Pen International en contribuant à la pression internationale a conduit à la libération de 28 des 30 précédents récipiendaires. Elle s’est engagée au nom de son organisation a mettre «à la une» le combat de Mohamed Benchicou jusqu’à sa libération. La présence de Rakhim Esenov à la cérémonie illustrait concrètement l’impact du Prix Barbara Goldsmith de la liberté d’écrire. Interdit par les autorités turkmènes de quitter son pays, Rakhimov, âgé de 79 ans, les a défiées en se rendant à l’aéroport escorté par des membres de l’ambassade des Etats-Unis.

21 avril 2006

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie

 

 © Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie, 21 avril 2006

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.