AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 


Libérez Benchicou !

                      version imprimable

                    version imprimable

 

Liberté de la presse en Algérie


 Notre solidarité agissante avec Mohamed Benchicou

Le verdict dans l'affaire Benchicou a été rendu hier

La Court suprême prononce le rejet

La Cour suprême, auprès de laquelle le collectif de la défense de Mohamed Benchicou ainsi que le ministère public avaient introduit, chacun de son côté, en août 2004, des pourvois en cassation, a rendu son verdict hier. L’institution a en effet prononcé le rejet des deux appels. Elle a dû, pour ce faire, mettre près de deux années.

Le verdict, rendu hier, intervient, il est important de le faire remarquer, à un mois et demi de la libération de Mohamed Benchicou. Condamné à deux années de prison ferme et détenu à la prison d’El Harrach, Benchicou aura en effet purgé l’intégralité de sa peine, le 14 juin prochain. De sorte que la décision de la Cour suprême ne sera d’aucune influence sur la détention de notre confrère. Elle l’aura peut-être été si elle était intervenue plus tôt, en ce sens qu’elle aurait consacré un jugement définitif et, partant, une éligibilité à la grâce. Me Benarbia, membre du collectif de la défense de Mohamed Benchicou, souligne, à juste titre, cet aspect qu’il prolonge d’une appréciation, d’un commentaire : «Sur le plan du fond, on ne peut pas se prononcer. En revanche, sur le plan de la forme, l’affaire a pu évoluer sans incidents de parcours, à part l’épisode du «dossier perdu», jusqu’aux termes de la peine infligée. On ne peut mieux faire dans la lenteur pour que la peine infligée garde son caractère d’autorité de la chose décidée, de sévérité, d’irréversibilité et surtout d’exemplarité à l’égard de toutes les plumes audacieuses. Ceci étant, la mobilisation de l’opinion internationale, les prix internationaux dont Benchicou fut gratifié par de célèbres fondations connues pour leur combat pour la liberté de la presse demeurent autant de témoignages qui confirment que Mohamed Benchicou a toujours été l’auteur d’un délit d’opinion.» Depuis son incarcération à la prison d’El Harrach, Mohamed Benchicou a été lauréat de plusieurs distinctions internationales. La dernière en date est celle que lui a attribuée la fondation Barbara Goldsmith, qui décerne annuellement un prix pour les écrivains qui auront émergé par leurs plumes et leurs engagements. Mohamed Benchicou a été condamné le 14 juin 2004 par le tribunal d’El Harrach. La peine a été confirmée par la cour d’appel d’Alger le 11 août de la même année. Le collectif de la défense et le ministère public ont, chacun de son côté, introduit un pourvoi en cassation. C’était quelques jours après que la cour d’appel d’Alger eut rendu son arrêt. Le samedi 30 juillet 2005, soit près d’une année plus tard, le collectif de la défense alerte l’opinion publique sur «l’égarement» du dossier qu’il avait introduit par la chambre idoine de la Cour suprême. La réaction de la Cour suprême n’a pas été prompte. Ce n’est que bien plus tard qu’elle a informé que le dossier a été retrouvé. Elle a pris, cet épisode clos, tout son temps pour statuer sur les pourvois concernant l’affaire Benchicou introduits auprès d’elle. Jusqu’à hier pour se prononcer.

Saïda AZZOUZ

 

 © Le Soir d'Algérie du 27 avril 2006

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.