AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 


Libérez Benchicou !

                      version imprimable

                    version imprimable

 

Liberté de la presse en Algérie


 Notre solidarité agissante avec Mohamed Benchicou

Disparition du dossier de cassation de Benchicou

La FIJ dénonce et appelle à une réaction internationale

Mohamed Benchicou, intellectuel et brillant journaliste algérien, victime de l'Arbitraire de son paysL’égarement (?!) au niveau de la Cour suprême du dossier de pourvoi en cassation introduit par la défense du journaliste Mohamed Benchicou n’est pas resté sans soulever des réactions au niveau international. Le mardi 2 juillet, la Fédération internationale des journalistes (FIJ) a dénoncé «le silence coupable» des autorités algériennes, après la révélation de la disparition faite par les avocats du journaliste.

La fédération, qui a fait sienne le combat pour la libération de Mohamed Benchicou et pour la liberté de la presse et d’expression en Algérie, en général, a, par l’intermédiaire de son secrétaire général, Aidan White, estimé «qu’un dossier ne disparaît pas de la Cour suprême». Aussi a-t-elle pris acte de ce que «cette affaire confirme on ne peut mieux l’état de déliquescence avancé de l’appareil judiciaire en Algérie». Ce qui lui fait dire par ailleurs qu’«au-delà du burlesque de cette tragi-comédie, nous avons affaire ici à une attaque délibérée et insidieuse visant à briser les droits fondamentaux d’un journaliste». Pour la Fédération internationale des journalistes, la disparition du dossier de pourvoi en cassation de Mohamed Benchicou réduit les chances de voir le procès révisé. «Après une année d’attente, la disparition du dossier, qui est en soi un fait inédit dans les annales de la justice algérienne, vient réduire toutes les chances de voir le procès du journaliste révisé», a-t-elle noté, ajoutant qu’«à l’heure où les Etats du monde libre réclament une mise à niveau des lois algériennes, les autorités du pays continuent impunément à bafouer les lois garantissant au peuple algérien son droit fondamental à une presse libre et à la liberté d’expression». La FIJ appelle la communauté internationale à réagir face à ce «déni de justice et face à la multiplication des attaques contre les derniers défenseurs de la liberté de la presse». Rappelons que Mohamed Benchicou est détenu à la prison d’El-Harrach depuis le 14 juin 2004. Il a été condamné à une peine de deux années d’emprisonnement ferme. Depuis, il n’a cessé de faire des va-et-vient entre la prison et le tribunal pour être jugé dans plusieurs autres affaires relevant du délit de presse. Ses avocats ont dénoncé le samedi 30 juillet la disparition du dossier du pourvoi en cassation qu’ils avaient introduit auprès de la Cour suprême. Ils ont affirmé que le ministère de la Justice qu’ils ont saisi est resté de plomb.

Sofiane AÏT-IFLIS

 

 © Le Soir d'Algérie du 08 août 2005

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.