RETOUR

Message de Mustapha Benfodil

Très cher Monsieur Benchicou,

J'ai été l'heureux récipiendaire du prix international Omar Ouratilène attribué par la Fondation El Khabar et mercredi dernier me fut remis ce trophée. J'avais préparé un petit speech de circonstance où je tenais à vous exprimer ma solidarité la plus active, Monsieur Benchicou. Hélas, le protocole a fait que je n'ai pu prononcer ces quelques mots qui vous étaient destinés. J'ai fait une déclaration à la Chaîne 3 où je vous ai rendu un hommage appuyé en dénonçnant la scandaleuse censure dont votre livre, Journal d'un homme libre, a été l'objet. Comme il vous est loisible de l'imaginer, ce passage a été tronqué. Sachez que dans toutes les déclarations que j'ai faites à ce sujet ou en d'autres circonstances, je n'ai cessé de louer votre engagement et dénoncer nos lamentables bourreaux. Malheureusement, la presse n'en rend pas toujours compte. Aussi, pour réparer ce regrettable manquement, je vous prie d'accuser réception du texte que j'avais conçu pour la cérémonie de cette remise de prix, et où je vous rendais un fervent hommage, et de croire, illustre confrère, en mon entière solidarité ainsi que mon incommensurable admiration.

Avec ma profonde considération.

Mustapha Benfodil


Hommage et solidarité avec Mohamed Benchicou à l'occasion de l'attribution du prix Omar Ouartilène

Mustapha Benfodil, journaliste et écrivain algérienChères Consoeurs, chers Confrères, Bonsoir !

Eh bien, ce prix ne pouvait mieux tomber. C'est un très beau cadeau d'anniversaire, moi qui viens de faire 40 ans. Je souhaite d'emblée à nos frères et nos confrères d'El Khabar de tripler et de quadrupler ce chiffre. De toute manière, cela ne sera jamais pire que le 3ème mandat dont la perspective se précise honteusement aujourd'hui avec cette bouffonnerie de vote parlementaire. Je remercie le journal El Khabar ainsi que les membres du jury pour l'honneur qu'ils m'ont fait en me désignant lauréat d'un prix aussi prestigieux et félicite mon confrère Bouâlem Ghomrassa pour cette consécration. Je suis profondément ému d'être ainsi récompensé par mes pairs, qui plus est un journal aussi important qu'El Khabar qui a toute notre considération pour les efforts qu'il consent afin de faire avancer la « cause journalistique »sur la voie du professionnalisme. Je suis surtout très fier et très flatté de porter un prix affublé du nom d'un illustre aîné : j'ai nommé Omar Ouartilène dont la fine silhouette restera à jamais gravée dans ma mémoire. Un nom qui incarne à lui seul les plus belles valeurs de notre métier, et dont le sang irrigue le le corps mutilé de la profession. J'aimerais profiter de la tribune qui m'est ainsi offerte pour dire quelques mots de circonstance en ces temps d'incertitude. Mes premiers mots sont des mots d'hommage et de reconnaissance. J'ai une chaleureuse pensée pour tous les collègues de toutes les rédactions où j'ai eu l'honneur et le bonheur de servir, avec qui j'ai partagé tant d'événements, d'émotions et de conneries. Je pense à tous ces journaux où j'ai exercé : Le Soir d'Algérie où j'ai fait mes classes, Liberté qui reste pour moi une grande école du reportage, et puis El Watan où je sévis présentement aux côtés d'une légende vivante : Omar Belhouchet. J'aurais peut-être pu faire un crochet par El Khabar. Un jour peut-être, qui sait ?…Je vous prie de considérer toutes et tous, mes chers compagnons de route, cette distinction comme étant la vôtre, vous qui m'avez tant apporté. Je suis vraiment fier de faire partie de cette famille, de cette étrange tribu qui est la nôtre, et dont le destin est si intimement lié à la cause de la Démocratie. Permettez-moi d'avoir une pensée toute particulière pour un homme, un monument du journalisme qui a payé de sa vie le prix de son engagement et de sa passion de ce métier, et qui a pour moi valeur de mentor. Il est parti un certain 11 février 1996 après avoir pris le soin préalablement de m'envoyer en reportage chez les Touaregs comme pour me mettre à l'abri. J'ai nommé Allaoua Ait Mébarek. Il me surnommait « El Fawdha » et aimait barbouiller mes mains avec son stylo. Qu'il repose en paix auprès des justes ainsi que tous les martyrs de la profession. J'ai une pensée émue également pour un autre monument qui vient de nous quitter : Bachir Rezzoug. Enfin, j'aimerais exprimer en ces temps difficiles où la liberté d'expression, la liberté de la presse et la liberté de conscience aussi sont fortement mis à mal ma plus vive solidarité avec tous les confrères malmenés, emprisonnés, bâillonnés. Je pense particulièrement à Noureddine Boukraâ, ex-correspondant d'Echourouk qui vient d'écoper d'une ignominieuse condamnation de prison par le tribunal d'Annaba. Je ne manquerais évidemment pas d'exprimer également mon entière solidarité avec un géant de la presse algérienne, un grand journaliste et écrivain, à la plume flamboyante, qui a payé au prix fort son attachement à la liberté : je pense bien sûr à Mohamed Benchicou dont le livre Journal d'un homme libre vient d'être interdit de la plus vile des manières, digne des pires républiques barbouzardes. Et j'aimerais dire à l'instigatrice de cette triste machination : honte à vous, Madame la Ministre, vous qui vous conduisez en pathétique « boutefliquette », en vous chargeant d'une besogne qui ne sied guère au temple des lettres et des arts dont vous êtes censée être la gardienne bienveillante et non la sinistre préposée à la censure. Le hasard géographique a voulu que cette cérémonie se déroule à l'ombre de la Bibliothèque nationale dont le directeur vient d'être évincé de la façon que l'on sait. Je lui dis ainsi qu'à tous ceux qui fricotent avec ce régime : la seule attitude qu'un intellectuel digne de ce nom doit observer avec ces gens-là est une attitude de rupture radicale. La fonction cardinale de l'intellectuel est une fonction critique. Celle d'un éveilleur de consciences, non d'un laquais au service des Puissants. Il n'y a rien d'autre à faire avec les bourreaux de la liberté que de les confondre et de les blâmer. Le sort a voulu que ce jour mémorable soit celui où le Parlement, aux ordres, a voté les amendements d'une Constitution consacrant scandaleusement la présidence à vie au profit d'un Bouteflika décidément insatiable, et terriblement assoiffé de pouvoir. Un autocrate égotiste et corrompu dont l'histoire retiendra qu'il aura été le fossoyeur de l'expérience démocratique en Algérie. Sales temps pour les libertés…Il y a deux jours, des militants du MDS ont été arrêté pour avoir diffusé des tracts et « commis » des tags appelant à un débat national autour de la révision constitutionnelle. Des harragas sont jetés en prison pour avoir tenté de chercher leur bonheur sous des horizons moins sombres. Des citoyens sont condamnés à Biskra et à Alger pour soi-disant atteinte aux valeurs de l'islam. Sans parler de la grande « mahzala » du SILA qui est devenu un grand festival de la censure, et qui nous impose de concevoir un salon « off », de rechercher urgemment des espaces alternatifs où les livres, tous les livres, seront respectés, et toutes les paroles, toutes les voix, écoutées. Qu'ils organisent leurs putains de salons entre eux, qu'ils tiennent leur parodie d'élection entre eux, dans leur huit clos putride. Qu'ils s'autorisent toutes les dérives. Mais qu'ils ne comptent surtout pas sur nous pour cautionner une énième mascarade électorale. Aussi, je mets les pieds dans le plat pour appeler du haut de cette tribune à un boycott massif du troisième mandat. La presse libre est née dans la douleur. Son destin, et c'est sans doute le message de Omar Ouartilène, est de résister aux absolutismes de tout poil. Nous ne sommes pas au bout de nos peines, et un troisième round, âpre, décisif, nous attend dans notre guerre contre le monolithisme d'un autre âge de Abdelaziz Bouteflika et ses velléités liberticides. Heureux hasard de calendrier cette fois : ce prix coïncide avec le 20ème anniversaire des événements d'Octobre 1988. Et c'est plutôt une mauvaise nouvelle pour le régime parce que, chahut de gamins ou pas, même à 40 ans, les mômes d'Octobre n'ont pas grandi, et leurs rêves insolents ne se sont pas édulcorés et n'ont pas abdiqué sous les affres de la répression. Nous ne sommes certes pas naïfs au point d'espérer de voir un M'barek Robbama évincer de sitôt nos chers dinosaures inamovibles. Néanmoins, je vous fais la promesse M.Bouteflika que nous continuerons à chahuter jusqu'à ce que démocratie s'ensuive ! On ne réussira peut-être pas à vous barrer la route mais on déchirera le voile de l'unanimisme ronronnant que vous voulez jeter sur l'Algérie. Pour ça, vous pouvez compter sur nous ! Je ne terminerai pas sans adresser un mot de gratitude à ma chère maman ainsi qu'à ma compagne bien-aimée, deux grandes âmes qui me guident et m'inspirent. Merci chère mère pour ta grandeur des mères courage, et merci Amina de partager mes vagabondages, mon engagement et ma passion de l'Algérie.

Alger, mercredi 12 novembre 2008

Mustapha BENFODIL, auteur et journaliste à El Watan; lauréat du prix Omar Ouratilène 2008.

© Le Matin du vendredi 14 novembre 2008

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie

 

Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.