AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 


Expression & censure en Algérie

                      version imprimable

                    version imprimable

 

Liberté de la presse en Algérie


 

MOHAMED BENCHICOU

«Je parle de la justice et la corruption en Algérie»

Je n’ai pas écrit un brûlot. Ce n’est pas une provocation. Ce n’est pas un livre qui a été écrit pour déclencher un scandale. J’ai écrit un livre pour les Algériens. Un livre qui raconte l’incarcération arbitraire dont j’ai été victime et sur laquelle je ne me tairai jamais. Pour moi, il n’y aura jamais de silence sur l’arbitraire dont j’ai été victime ainsi que la presse algérienne et la société civile. Je ne me tairai pas non plus sur la machination politico-judiciaire qui a impliqué sa police et sa justice aux ordres, dans mon incarcération.

Des conditions inhumaines que vivent les détenus et je m’étale aussi sur leur générosité à mon égard. Je profite de la rédaction de ce livre pour revenir sur la situation de l’Algérie entre 1999 et 2004. C’est-à-dire la période où l’on m’a reproché mes écrits avant la suspension du Matin. Je parle de la justice et la corruption en Algérie. Au-delà de la décision de fermer le stand Inas, le régime cherche à dissuader toute volonté d’indépendance. Il veut décourager les initiatives libres et courageuses à l’image d’Inas, éditeur aussi du dernier ouvrage de Ali Yahia Abdenour. Je déplore le climat de terreur et de complicité qui sévit dans les milieux de la presse. Je refuse à qui que ce soit de m’interdire de m’exprimer. Je ne me résoudrai jamais à m’exprimer à partir de l’exil. C’est un devoir, je me battrai jusqu’au bout pour le garder.

Mohamed BENCHICOU

 

© Le Soir d'Algérie du 3 novembre 2007

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.