AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 


Affaire Benchicou : L'arbitraire

                      version imprimable

                    version imprimable

 

Liberté de la presse en Algérie


Notre solidarité agissante avec Mohamed Benchicou

Incarcération de Mohamed Benchicou

Vaste mouvement de solidarité en France

La détention du journaliste Mohamed Benchicou, directeur du journal Le Matin incarcéré à la prison d’El-Harrach depuis le 14 juin, sa récente condamnation et celles de quatre journalistes de son quotidien à la prison ferme pour diffamation, et le rejet par la cour d’appel d’Alger de sa demande de liberté provisoire pour raison de santé n’ont pas laissé indifférents les Algériens résidant à l’étranger, et plus particulièrement en France.

Hier, à l’appel du Rassemblement pour une Algérie progressiste (RAP) devait se tenir un rassemblement devant le consulat d’Algérie à Marseille pour dire «halte à la répression contre les journalistes, les syndicalistes et les militants pour les droits démocratiques». Mais aussi et surtout pour dénoncer le harcèlement contre la presse depuis que des journalistes sont, pour leurs écrits jugés diffamatoires, menacés d’emprisonnement. La pénitence prononcée le 19 avril dernier par le tribunal d’Alger-Centre — deux et trois mois de prison ferme — à l’encontre de cinq journalistes du Matin dont Mohamed Benchicou, directeur du titre, a suscité une vague d’indignation. Contrairement à ce que claironnent les autorités publiques et certains politiques en Algérie, les journalistes sont bel et bien condamnés à la prison ferme pour leurs écrits. Le RAP «exige la reparution du journal Le Matin», pour rappel, suspendu depuis le 24 juillet dernier, et la libération de son directeur condamné le 14 juin dernier à deux ans de prison ferme et incarcéré le même jour. Détenu dont l’état de santé se détériore jour après jour et dont la demande de mise en liberté pour raison médicale lui a été refusée le 20 du mois en cours. Cinq jours plus tôt, la secrétaire nationale aux Droits de l’homme et aux Libertés du Parti socialiste français saisissait le président de la République à propos de Mohamed Benchicou. Adeline Hazan demandait à Abdelaziz Bouteflika «d’accéder » à la demande du directeur du Matin«En raison de son état de santé et des conditions carcérales difficiles dans lesquelles il se trouve.» Parce qu’ayant l’intime conviction que «tant les motifs ayant conduit à l’incarcération de Mohamed Benchicou et à sa condamnation, que les diverses convocations auxquelles il doit répondre depuis sa cellule, semblent relever de la volonté de le briser personnellement pour ses écrits et d’en faire un exemple pour museler une presse qui se révélerait trop critique, trop indépendante», la secrétaire nationale aux Droits de l’homme et aux Libertés du PS demande au premier magistrat du pays d’offrir «les garanties d’un procès juste et équitable…». A travers le cas Benchicou «j’attire l’attention » du chef de l’Etat sur la situation de «la liberté de la presse en Algérie» en évoquant les journalistes récemment condamnés à la prison ferme et «en pensant» à ce que risquent le caricaturiste Ali Dilem et l’humoriste Hakim Laâlam. Rappelons que le maire socialiste de Paris en visite à Alger et reçu hier par le chef de l’Etat a été sollicité par la Fédération internationale des journalistes, FIJ, et bien d’autres associations et personnalités pour s’exprimer à partir d’Alger «formellement ou informellement» sur le cas Benchicou et le harcèlement des journalistes.

Bertrand Delanoë en parle à Abdelaziz Bouteflika
Le maire socialiste de Paris, dont la visite officielle à Alger a pris fin hier, a déclaré à l’Agence France Presse avoir «défendu le principe de la liberté de la presse» avec tous ceux qu’il a eu à rencontrer dans la capitale algérienne, et principalement avec le chef de l’Etat. L’AFP indique que Bertrand Delanoë a évoqué avec Abdelaziz Bouteflika «le cas des journalistes algériens condamnés dont le directeur du Matin». Le maire de Paris, qui se refuse «aux déclarations tonitruantes», n’a pas manqué de rappeler à l’AFP que ses convictions ne changent pas d’une rive à l’autre de la Méditerranée et qu’il a préféré par souci «d’utilité» parler «clairement et sereinement» avec les autorités algériennes de la question de la liberté de la presse.

Saïda AZZOUZ

 

© Le Soir d'Algérie  du 28 avril 2005

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.