AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 


Affaire Benchicou : L'arbitraire

                      version imprimable

                    version imprimable

 

Liberté de la presse en Algérie


Notre solidarité agissante avec Mohamed Benchicou

Relaxer les journalistes algériens

Les signataires demandent également la libération du directeur du Matin, Mohamed Benchicou dont l’état de santé est préoccupant.

Depuis mardi, date du - verdict rendu par la - justice algérienne qui a condamné cinq de nos consoeurs et confrères du journal le Matin à plusieurs mois de prison ferme, la solidarité avec Youssef Rezzoug, Abla Chérif, Yasmine Ferroukhy et Hassane Zerrouky (également journaliste à l’Humanité) et Mohamed Benchicou (dont la demande de mise en liberté a été refusée malgré l’aggravation de son état de santé) ne cesse de grandir. L’appel lancé par notre journal - dont on trouvera le texte ci-dessous - est approuvé par des dizaines et des dizaines de personnalités, du monde politique, culturel, syndical et de la presse. D’horizons les plus divers, elles partagent toutes cette volonté de défendre la liberté de la presse et la liberté d’expression. Comme elles l’ont fait pour Florence Aubenas, elles se mobilisent aujourd’hui pour exiger la relaxe de ces journalistes et la libération de leur directeur, Mohamed Benchicou.

Des quatre coins de France, les échos qui nous parviennent témoignent de l’émotion ressentie par les démocrates et les progressistes français. Un peu partout des rassemblements se préparent. Ce sera, par exemple, le cas à Nice, mardi 26 avril à 18 heures devant la gare SNCF. Dans les Alpes-Maritimes, le journal communiste PCA hebdo a d’ailleurs décidé de relayer la campagne de l’Humanité. À Paris, une manifestation est en préparation. L’appel que nous publions est également mis « en ligne » afin de permettre la popularisation la plus large. Que tout le monde s’en saisisse. Les avocats des journalistes ont fait appel de la décision d’emprisonnement. La cour doit statuer dans les trois mois. D’ici là, soyons des centaines de milliers à exprimer notre refus d’un tel verdict.

Pierre BARBANCEY

 

© l'Humanité du 22 avril 2005

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.