AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 


Affaire Benchicou : L'arbitraire

                      version imprimable

                    version imprimable

 

Liberté de la presse en Algérie


Notre solidarité agissante avec Mohamed Benchicou

Algérie

La presse en liberté... étroitement surveillée

La répression contre certains titres de presse algérienne a pris un nouveau tour après la réélection en 2004 d’Abdelaziz Bouteflika, qui réplique ainsi à la campagne menée contre lui par les journaux. La responsabilité des journalistes et du pouvoir est engagée dans ce bras de fer qui montre les limites de la liberté de presse acquise en 1990.

À la fin des années 80, sous le régime de Chadli Benjedid souffle en Algérie un vent de liberté : une nouvelle Constitution est adoptée, le pluralisme s’installe, la presse est libérée. La période de grâce est courte : en décembre 91, le Front Islamique du Salut (FIS) obtient 44 % des voix aux élections législatives avant d’être interdit, puis le pays bascule dans la guerre civile. Les journalistes et intellectuels du pays subissent des pressions constantes, des attaques et des attentats perpétrés notamment par les mouvements islamistes, mais aussi explique Redouane Boudjema, maître assistant à l’Institut des sciences de l’Information et de la communication d’Alger, cité par le Monde Diplomatique (1), « la presse privée… a été sommée de choisir son camp », ce qui l’a conduit à taire les exactions commises au nom de la répression, pour mieux attaquer les islamistes.

La censure est d’ailleurs officielle : en juin 94, un arrêté interministériel, signé par les ministres de l’Intérieur et de la Communication, décrète que « l’information sécuritaire » passe désormais par des communiqués officiels, et les journalistes sont encouragés à ne pas « recourir inconsciemment à une terminologie favorable à l’idéologie et à la propagande de l’adversaire », ou encore à ne pas « médiatiser les atrocités commises par les régimes islamistes » et à mettre « en évidence le caractère inhumain des pratiques barbares du terrorisme ». La période de guerre civile a été meurtrière : entre 1991 et 1997 une soixantaine de journalistes ont été assassinés et cinq demeurent disparus.

Le 15 avril 1999, Abdelaziz Bouteflika est élu président et promet de respecter la liberté d’expression. Toutefois le Code pénal est durci, en particulier avec l’article 144bis qui « prévoit des peines de deux à douze mois de prison et des amendes allant de 50 000 à 250 000 dinars (environ 500 à 2 500 euros) pour toute mise en cause dans des termes injurieux, insultants ou diffamatoires du président de la République, du Parlement ou de l’une de ses deux Chambres, ou de l’ANP (l’Armée nationale populaire) ». Cela n’empêche pas les journalistes algériens de critiquer, de manière parfois outrancière, le régime en place. En août 2003 le journal Liberté titre « Tous des voleurs. Expliquez-vous ! » et publie les photographies des principaux dirigeants du pays. Ce même mois six quotidiens – Le Soir d’Algérie, Liberté, Le Matin, El Khabar, L’expression et Er-Raï – doivent régler impérativement leurs dettes aux imprimeurs sous peine d’être suspendus de publication.

Poursuites judiciaires, intimidations et agressions à l’encontre des journalistes se succèdent dans une situation de bras de fer entre le pouvoir et une partie de la presse. Le 23 août, la police découvre dans les bagages du directeur du Matin, Mohammed Benchicou, de retour de France, des bons de caisse d’un montant de 11,7 millions de dinars ; le ministre des Finances dépose plainte pour « infraction régissant le contrôle des changes et les mouvements de capitaux ». Quelques semaines auparavant le ministre de l’intérieur avait promis devant des journalistes « de faire payer le directeur du Matin pour la virulence de ces critiques ». Le 11 septembre, Ahmed Benaoum est arrêté suite à une plainte pour « faux et usage de faux » : patron de la société Er-raï el Aam, éditrice des journaux Er-raï, Le Journal de l’Ouest et de l’hebdomadaire Détective, il voit ses trois publications suspendues. La mobilisation des journalistes se traduit par une « journée sans presse » le 22 septembre 2003.

En février 2004, Mohammed Benchicou publie un pamphlet contre le président : Bouteflika, une imposture algérienne. L’ouvrage n’est pas interdit, mais des pressions sont exercées contre l’imprimeur et l’éditeur, en vain. Durant la campagne présidentielle, les journalistes des quotidiens indépendants ne manquent pas de critiquer durement le gouvernement et le président, le(s) traitant de « malade mental », « terroristes » et « dictateur ». Bouteflika dénonce de son côté les attaques perpétuelles auxquelles il a droit de la part des « terroristes de la plume » et « des commères de bain maure ». Le 8 avril, il est réélu avec un score de 83,49 %.

Le 24 mai 2004 c’est au tour de Hafnaoui Ghoul d’être mis en détention provisoire. Sous le coup de 39 plaintes pour diffamations, le 9 juin il est condamné « pour diffamation et outrage à corps constitué » à deux mois de prison ferme et à 100 000 dinars d’amende ( environ 1 000 euros). Le 2 août il est à nouveau condamné à deux mois de prison ferme pour avoir fait parvenir à sa fille une lettre en dehors de la procédure prévue par le règlement de la prison, et entame le 9 août une grève de la faim. Le 14 juin, Mohammed Benchicou écope de deux ans de prison ferme et 20 millions de dinars d’amende (environ 230 000 euros), sentence confirmée en août en appel, avec une amende s’élevant à 30,51 millions de dinars (345 000 euros). Le 28 juin Ahmed Benaoum, accusé pour « outrage à corps constitué », se voit condamner à deux mois de prison ferme et 10 000 dinars d’amende ; il est hospitalisé depuis le 15 août. Dans son classement mondial de la liberté de la presse, l’organisation Reporters sans frontières classe l’Algérie au 108e rang sur 166.

(1) Algérie : une presse libérée mais menacée. Le Monde diplomatique, mars 2004.

Une presse au statut précaire

(MFI) Pas de liberté sans autonomie matérielle des journaux : cette vérité banale se vérifie en Algérie où la presse privée a été créée dans les années 90 à l’instigation du pouvoir, souvent animée par d’anciens fonctionnaires de la presse officielle qui ont gardé une forte proximité avec le sérail politique. L’État est propriétaire des imprimeries, auprès desquelles la presse accumule les dettes, et détient le marché publicitaire. L’assise économique des titres est fragile, et il semble « difficile de préserver une liberté de presse quand le journaliste n’a pas de salaire régulier, ni de contrat de travail », souligne Stéphanie Bork de la Fédération internationale des journalistes (FIJ). La formation des journalistes est souvent insuffisante, l’organisation associative du secteur est embryonnaire, et l’on attend toujours l’adoption d’un statut du journaliste. Une situation qui encourage les dérapages ou l’autocensure, et toutes formes de compromissions. Mohammed Benchicou affirmait avant son incarcération : « nous avons conscience de nos erreurs et de nos faiblesses, l’essentiel est d’y remédier pour l’avenir ».

 

© MFI / RFI, 3 septembre 2004

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.