AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 


Affaire Benchicou : L'arbitraire

                      version imprimable

                    version imprimable

 

Liberté de la presse en Algérie


Notre solidarité agissante avec Mohamed Benchicou

Malade, Benchicou restera en prison

Mohamed Benchicou, intellectuel et brillant journaliste algérien« Mohamed Boualem Benchicou, votre demande de mise en liberté conditionnelle est irrecevable », déclare le président de l’audience.

Le couperet est tombé. La sentence du juge a mis fin aux espoirs de voir Mohamed Benchicou, journaliste et directeur de publication du quotidien Le Matin, journal suspendu depuis le 23 juillet 2004, bénéficier d’une mise en liberté conditionnelle. Espoir déjà brisé, en partie, par les deux peines, l’une à deux mois de prison ferme et l’autre à trois mois, qui lui ont été infligées par le tribunal d’Alger dans les deux affaires de diffamation l’opposant, lui et quatre anciens journalistes du Matin, au ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, et au milliardaire émirati Ali Al Shorafa. La demande introduite par ses avocats, en raison de la dégradation continue de son état de santé, constatée par le médecin même (généraliste) de la prison, s’est avérée une peine perdue. D’aucuns ne s’attendaient pas à un niet, l’Algérie n’ayant cessé de chanter, au plan international, l’humanisme. Humanisme ? C’est sur cette valeur intrinsèque enracinée dans le cœur des Algériens que le collectif de la défense a fondé son espoir d’arriver à obtenir la mise en liberté conditionnelle de son mandant. « Nous sommes venus vous demander de faire sortir Benchicou, en tant que simple citoyen condamné par votre juridiction, en liberté conditionnelle. Car un simple citoyen dans son état de santé actuel ne peut rester en prison. Son bras droit est touché par une arthrose. Nous sommes inquiets pour sa santé. C’est ainsi que nous attendons un jugement habituel et normal de la demande d’un simple citoyen qui présente à la justice toutes les garanties nécessaires », a plaidé Me Miloud Brahim. « L’infirmerie de la prison a tout fait pour l’aider. Mais, malheureusement, les moyens dont elle dispose sont limités », a souligné Me Benarbia, sollicitant l’esprit humanitaire de la présente instance. De son côté, Me Hanoune a rappelé la valeur intellectuelle de Benchicou, le journaliste, en évoquant sa grande plume. Me Bourayou s’est demandé devant le juge pourquoi son mandant est traité différemment. « Si on ne fait rien pour l’aider, son état de santé risque d’arriver à un point de non-retour », a-t-il alerté. Le procureur, quant à lui, a accepté que Benchicou soit hospitalisé dans un hôpital public, tout en incombant la responsabilité de cette procédure au médecin de la prison. Il récuse, en revanche, la demande de sa mise en liberté conditionnelle. Le collectif d’avocats assurant sa défense attend de prendre connaissance des motivations de cette décision du juge pour, éventuellement, user des voies de recours légales. Ayant appris la sentence de la cour d’Alger, le Comité Benchicou pour les libertés s’élève avec vigueur contre ce verdict qualifié d’« infâme ». « Cette décision est inhumaine, car elle prive Mohamed Benchicou d’avoir accès aux soins spécialisés nécessaires pour les multiples pathologies dont il souffre en milieu carcéral », est-il écrit dans le communiqué rendu public hier, avant d’ajouter qu’il s’agit là d’une « preuve que le directeur du Matin est la cible d’une justice d’exception ». Le comité compte tenir une conférence de presse demain avec le collectif de la défense de Benchicou.

Mokrane AÏT-OUARABI

 

© El Watan du 21 avril 2005

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.