AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 


Affaire Benchicou : L'arbitraire

                      version imprimable

                    version imprimable

 

Liberté de la presse en Algérie


Notre solidarité agissante avec Mohamed Benchicou

L’avocat de Benchicou répond à Belkhadem

“Monsieur le ministre d’État, ministre des Affaires étrangères, invité du forum du quotidien El Bilad, vous avez déclaré à propos de l’incarcération de M. Mohamed Benchicou, directeur du journal Le Matin, “qu’il est inexact de dire que celui-ci est emprisonné pour délit d’opinion.

Il a bien édité un livre et il a écrit durant des années ce qu’il voulait ...” Je tiens à vous rappeler très respectueusement, Monsieur le Ministre, que le 19 avril 2005 M. Benchicou et 4 autres journalistes du quotidien Le Matinont été condamnés à des peines fermes pour délit de presse. Que dès lors et que vous le vouliez ou pas des journalistes sont condamnés à des peines fermes pour leurs écrits. Ceci demeure un autre problème qui concerne la hiérarchie judiciaire et ne peut être sujet à polémique quand bien même celle-ci procède d’une personnalité de haut rang convaincue par ailleurs que la presse dans notre pays dispose “d’une liberté en somme toute relative”. Cela étant, convient-il de souligner que M. Mohamed Benchicou ayant entrepris un pourvoi, il n’est donc pas définitivement condamné et à ce titre il doit être en toute circonstance protégé par la sacro-sainte présomption d’innocence, ce grand principe de notre législation pénale ne permettant aucune spéculation sur sa culpabilité ou sur la nature du délit pour lequel il est poursuivi. Dont acte.”

Me Abdallah BENARBIA, avocat de Mohamed Benchicou

 

© Le Soir d'Algérie du 28 avril 2005

Le Collectif pour la liberté de la presse en Algérie



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.