AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 

 


 TRIBUNE

                    version imprimable

La Kabylie placée sous haute surveillance des forces de sécurité

Des renforts de l'armée et de la police ont été dépêchés ces dernières 48 heures en Kabylie dans le cadre de la mise en place du dispositif sécuritaire spécial à l'occasion des présidentielles du 9 avril, a indiqué à tsa-algerie.com un haut responsable des services de sécurité.

Des écoles et des établissements devant abriter ces renforts ou accueillir des bureaux de vote demain ont été fermés dès lundi dernier. L'accès au siège de la wilaya a été interdit, mercredi 8 avril, à la population. Seuls les fonctionnaires et des journalistes ont été autorisés à y pénétrer. A la périphérie de la ville de Tizi Ouzou, de nouveaux points de contrôle policiers ont été instaurés depuis mardi soir. Exemple de ce renforcement : à la sortie ouest de la ville, un second barrage de police a été mis en place, à seulement quelques centaines  de mètres d'un barrage fixe. Les passagers des  bus et autres moyens de transport collectifs en provenance des autres wilayas, notamment Boumerdes, sont contrôlés et fouillés par les services de sécurité. Ces derniers sont dotés de nouveaux équipements de détection des explosifs et de chiens renifleurs qui ont fait leur apparition depuis le lancement de la campagne des présidentielles.  En fait, « le dispositif est le même à chaque élection et aucune mesure particulière n'a été prise pour le moment », relativise une autre source sécuritaire. « La menace existe. Elle est réelle, même si il est difficile d'estimer son degré. Donc, on se prépare à toutes les éventualités», explique la même source. La crainte d'attentats terroristes a été renforcée par la dernière sortie de l'émir national du GSPC, Droukdel Abdelamalek alias Abou Moussaab  abdelouadoud. Il a effet lancé un appel aux Algériens « à ne pas réélire le candidat Abdelaziz Bouteflika ».
Autre donne qui inquièterait les services de sécurité : le fait que l'organisation terroriste ne s'est pas manifestée durant la campagne électorale. Les services de sécurité redoutent un attentat ou une action spectaculaire le jour du scrutin. Elle pourrait ainsi s'assurer un impact médiatique et psychologique très forts.

Ameziane ATHALI

© Tout Sur l'Algérie du 08 avril 2009



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.