AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

 

 

 


 TRIBUNE

                    version imprimable

L’attente du peuple

Voilà, le Président succède à lui-même, pour la deuxième fois. Il a eu le taux qu’il voulait. Ce n’est pas une surprise, loin s’en faut, le commun des citoyens s’y attendait. Il faut dire que beaucoup ont été plutôt surpris par le taux de participation de 74,11%, qui a fait plusieurs bonds trop grands, dans des intervalles très petits. Mais bon ! Bouteflika réélu, l’on s’y attendait, d’autant plus qu’il avait en face de lui des lièvres, à quelques exceptions près, lesquelles exceptions n’ont aucune assise au sein du peuple. Une élection avec 90,24%, cela ne sort pas de l’Afrique. C’est comme au plus fort du parti unique. Il n’est jusqu’à l’ambiance qui nous le rappelle d’une manière criarde, voire criante, avec les mêmes slogans, les mêmes chansons, et, s’il vous plaît, les mêmes chanteurs !

Oui, comme au plus fort du parti unique, l’on n’a pas lésiné sur les moyens de l’État, qui ont été mis au service du candidat… unique, au service de son élection, et puis les organisations (de masse) et autres associations, les hommes liges, les bouffons, les zélateurs, les thuriféraires, les satrapes, n’ont reculé devant rien pour un remake ; certains ont peur pour leurs privilèges, d’autres ont l’espoir de faire partie du sérail. En fait, le Président avait déblayé le terrain quelques jours avant la campagne. Il a épongé les dettes des fellahs à Biskra, effacé un montant de 14 milliards de dinars, (greffé de l’argent public) ; puis à Sidi Bel Abbès, il a augmenté la bourse des étudiants universitaires de près de 50%. Mais c’est à Arzew qu’il donnera toutes les promesses. Ainsi dans le cadre du plan quinquennal 2009-2014, auquel sera consacrée une enveloppe de 150 milliards de dollars, il s’engagera à faire construire un autre million de logements, à créer 3 millions de postes d’emploi et à revoir à la hausse le SNMG lors de la prochaine tripartite.

Aussi, les promesses étant faites, à plusieurs reprises, lors de la campagne, s’est-il même payé le luxe d’être audacieux, de prendre des risques et de dire qu’il n’avait pas à en faire, et que le peuple n’avait qu’à s’en tenir à son programme et aux réalisations des deux derniers mandats. Le prix du baril de pétrole a fait des prodiges et a même permis d’effacer la dette et de réaliser quelques projets structurants. Mais le prix du baril a dégringolé, les effets de la crise mondiale se font sentir, le chômage fait des ravages, la harga n’en finit pas de faire courir les jeunes, les grèves se suivent et se ressemblent…Le terrorisme frappe toujours. Le Président a été réélu, le peuple l’attend.

A. BOUMAZA

© El Watan du 11 avril 2009



Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.