AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

                 


   

© Ferhat Mehenni (dit Ferhat Imazighen Imula), extraits des Cd's Chants révolutionnaires de Kabylie et L'Algérie a 20 ans, Ed. Fnar.

 

 

 

 

 

Ferhat Mehenni

 

 

     Les justes et les fossoyeurs

     anib10.gif Culture et identité

     anib10.gif Les enfants de l'espoir

     anib10.gif Les montagnards

     anib10.gif Notre langue

     anib10.gif Le cauchemar

     anib10.gif Ce que je veux

     anib10.gif Le vent

      FERHAT MEHENNI

 

A KRA

A kra ireqqen deg zilan

D agrireb yef weyrum amcum

Win ruhen a-t nyen wurfan

Ires mi d iddem ad iccum

Ghas asirem-is d azayan

D’ayen it ittnamaren i d ameybun

 

A kra yettu eyaren

Zzin-d amrar i wedrar

M’ur s zmiren ar’at bibben

Ggullen ar terren d azayar

Irgazen d Imaziyen

I lbatel ur tddarin amnar

 

D kwenwi d ay d imlan

D acu I d agerruj n talsa

Ssi tetnekkar m’ara teyli

Leqdar, tiddukla

isey, tezdeg, tayri

d usirem

idyayen, igenwan d wadu

 

A kra iqeddcen tamara

Deg juffar achal d agrud

Tcedham t isem n tnafa

Sawaz ger wallen itmurud

Ul yekwa tazmert tekfa

Urfan I d smaremt ur d itqud

 

A kra ikerrsen tawenza

Ff driz I tent iyunzan

A Kahinat bbw-ass-a

Assut wulawen yezzan

Ur tesussument ara

Ur tesrusumt deg-wallen

 

D kwenemt i-y d imlan

Akwerfa n tirect-nney

Ideg nenkez a-t-id neqqar

Nenkez di leqdar n tlelli n tmettut

W’izemren ad ikkes i wiyad

Ayen itnad’I yiman is

 

 

A kra umi teqqur tasa

Mi d-tekfel tidet a t imdel

A kra isean ul yelsa

D aherki yer lbatel

Iy temlam t timerzuga

D iberdan i yef ara nreggwel

LES JUSTES ET LES FOSSOYEURS

Vous qui brûlez sous un soleil ardent

Vous peinez pour un quignon de pain

Quand l’un de vous commence à se fâcher

Il apaise sa colère par une prise de tabac

Même si votre espoir est lourd

Pauvre est celui qui contrarie

 

Laissés pour compte

Vous cernez une montagne avec une corde

Faute de pouvoir la soulever

Vous voulez la transformer en plaine

Berbères hommes libres

Vous refusez de vous abriter sous le toit de l’injustice

 

C’est vous qui montrez

Le trésor de l’Humanité

Qui fait renaître la vie après la chute

Et aussi, le respect, l’union, l’honnêteté, l’amour

L’espoir qui fond pierre, ciel et vent

 

Vous qui oeuvrez avec peine

Les girons chargés de marmaille

Qui languissez le mot sommeil

Les yeux cernés de fatigue

Coeurs brûlés, force éteinte

Vos peines sont inquantifiables

 

Vous qui froncez les sourcils

A l’égard des fêtes qui les ignorent

Les Kahina d’aujourd’hui

Aux cœurs brûlés

Ne jamais vous taire !

Ne jamais baisser les yeux !

 

C’est vous qui nous montrez

L’ivraie de notre grain

Que nous refusons à voir

Comme nous refusons de reconnaître

la liberté de la femme

Comment peut-on refuser à l’autre

Ce que l’on cherche pour soi-même

 

Ames sans foi,

Fossoyeurs de toute vérité qui surgit

Vous tous qui avez le cœur vêtu

Traître envers la justice

Amers sont les chemins

que vous nous montrez

Ces chemins que nous fuyons.Retour

 


 

IDLES NWEN

Msuggen tafsut

Yussan ay-d amwan

Nessawal tafukt

Ugaden yetran

Agmar ur immut

Amnay ur d iban

 

A tit n tazult

A zzin n tisdnan

Rzan am tankult

Ccan cem yidan

 

I-genyan tatut

Tatut i yinyan

Ma teysem cfut

Idles-nnwen kan

 

Suggmet ney ddut

D imal win illan

Ad yawi tafsut

Ad ikkes amwan

 

Amnay n tefsut

Ajecca ad iban

Idles-nnwen arut

Idles-nnwen arut kan

 

Wi dinnan nemmut

T tikkerkas i nnan

Wi d innan ddut

Yidsen kan d iqjan

 

A ibab n murt

I smezyin itran

Aneft takerkust

Azaglu d attan

Aneft tamacahut

N rebbi d ccitan

CULTURE ET IDENTITÉ

Nous attendions le printemps

Mais voilà que surgit l’automne

Nous appelions le soleil

Les étoiles eurent peur

Le cheval n’est pas mort

Mais le cavalier est absent

 

Œil souligné au khol

La plus belle des femmes

Ils ont brisé sa fiole

Tu es dévorée par les nuits

 

Ce qui tue l’oubli

C’est plutôt l’oubli qui nous tue

Souvenez vous

Toujours de votre culture

 

Restez ou venez

Ce qui existe revient

Ramène le printemps

Chasse l’automne

 

Et demain, le cavalier-printemps

Sera de retour

Ecrivez votre culture

Ecrivez toujours votre culture

 

Ceux qui prononcent notre mort

Sont des diseurs de mensonges

Ceux qui nous disent de les suivre

Sont des chiens

 

Hommes de ce pays

Qui font battre les étoiles

Laissez les mensonges

La soumission au joug est une maladie

Et laissez tomber toutes ces histoires

De dieu et de satanRetour

 


 

TARWA

Ah ! nniy am a tarwa

A tizet tamerzagut

A tafat iy-isderyilen ul

A taekwent neqqar drus

 

Nessekwraf ff igenni nwen

Asirem yugwaren teywzi n tudert

Hraw am igran n tedsa

Lqay armi yeffel akin I tegnawt

 

Ay azayed bbw urfan

G-isfden imettawen

Swayes id neldi allen

Ay adu d-yewten s isuyan

Yezzazlen ff tmurt nney tasusmi

A tirect gg irden bb-walud

Isserwaten inurar n tugwdi

 

A wid i-y-irwin tamusni

Armi tezleg am izarigen n tafat

Nefka yawen sser yellan

Akw t-tezmert ur nfennu

T meddurt ar ayiziden am tayri

 

Ah ! niy am a tarwa

A tarwiht t iy-id yuylen

Lqedd I nezdi s zzux

A wid iy-id yerran isey

S umennuy nwen nzett asirem

yugwaren kra yellan d asirem

Hraw am yegwdalen n tirga

Lqay anect n tikta imedyazen

 

Ma ccuren lehbus yiswen

Macci d ayen ff itetna?em igetwarzen

Irumyen nennuy idelli

Glan ula s tmeqbar akken ay fakken

Amennuy a yures izuran

 

D-imyin uqbel Agellid Massensen

Ma zik netnay aberrani

Ass a aqlay akwit d Izzayriyen

Inhekam nney dreylen

Semeuzgen yef ayen nessutur

Tagara d nitni kan ara tent yayen

 

Ah ! Nenna yawen a kunwi

Wid ssi d-neggar tafara

A tiliwa seg id teffi

Times iy-isseryen tisiswa

 

S umennuy nwen nzett

Amennuy anect bwin n ddunit

Hraw am leqrun n lehbus

Lqay anect usgunfu I ten ittafaren

 

Ah ! Nniy am a tarwa

A tizet tamerzagut

A tafat iy isderyilen ul

A taekwemt nebya atifsus

Nessaram amennuy nney

D ayen ar awen id-yawin hala lehna

Di tehr’ ur tesei tilas

Lqayet anect n yill n war lqae

LES ENFANTS DE L’ESPOIR

Enfants, je vous dis

Aigres-doux

Lumière qui aveugle le cœur

Fardeau que nous supportons

 

Nous tressons sur votre ciel

Un espoir aussi long qu’une longue vie

Aussi immense qu’un champ de rires

Profond et plus vaste que l’immensité du ciel

 

Tempête qui s’est levée avec colère

Qui essuya nos larmes

Qui nous a ouvert les yeux

 

Vent qui crie, qui chassa la peur

De notre pays

Graines de blé poussées du terreau

Qui écrasèrent les aires de la peur

 

Vous qui transformez le savoir

En nous le faisant parvenir tels des

faisceaux de lumière

Nous vous accordons moult grâces

Et une infinie longue vie

Douce comme l’amour

 

Enfants, je vous dis

La vie revient avec vous

Pilier de notre orgueil

 

Vous qui nous rendez notre fierté

C’est avec votre lutte que nous

tissons l’espoir,

le plus grand espoir

de tous les espoirs

Un immense champ de rêves

Aussi immense que l’imaginaire des poètes

 

Même si aujourd’hui

vous remplissez les prisons

Votre lutte demeure libre

 

Le colonialisme français que nous avions

combattu hier

S’en est pris même aux cimetières pour

nous exterminer

 

Ce combat a ses racines

Ces germes précèdent le temps

du Roi Massinissa

 

Avant, nous luttions contre l’étranger

Aujourd’hui, nous sommes entre Algériens

Mais nos dirigeants sont aveugles

Sourds à nos revendications

Malheureuse sera la fin de leur vie

Nous vous disons , avec vous la lumière sera

Fontaines où l’eau se puise

Feu qui brûle notre amour

 

C’est avec votre lutte que nous tissons

Une lutte aussi vaste que l’Humanité

Lente comme des années de prison

Profonde comme le répit qui leur succède

 

Oh ! Enfants, je vous dis

Aigres-doux

Lumière qui aveugle le cœur

Fardeau que nous voulons assoupli

 

Souhaitons que le combat de notre lutte

donne naissance à la paix

Une Paix profonde

Plus profonde que l’immensité de l’océanRetour

 


 

IMESDURAR

Idurar t-tidet cebhen

S uqerruy iw ar cebhen

Ar cebhen amzun d laz

 

D laz akw i ten icebhen

Yegguggug yef yedyayen

Idyayen i yef nejtutel

 

Deg wayen i cnan wid i iy izwaren

Ar assa tidet teffer

Cbaha bb win t yedyayen

Laz yeqqim i emesdurar

Imesdurar n twayit

Tawayit tezzi yasen

Ala nettat i ten ihemmlen

 

Themmel iten i tmettant

Tmettaten yef wayen ur tetten

Akw d wid ara ten iccen

 

Sawalen asen d ad nyen

Tinekkriwen g yemyiden

Iyallen m’ara buren

Awi d w’ara ten yayen

 

Ansi i d yekka waya ?

Ayagi yekka d

Si tesyiret tasihrant tameqwrahant

I d ikkren deg wzayar

Yerzan taxeddimt bb wedrar

Anwa i d amesdrar assa

tesserwa tmurt is ?

Assagi:

Tayat is t-tcabcaqt n uyefki

Asyar is t taqereet n lgaz

Tibhirt is d ssuq

Awi d kan tadrimt

Anidat ?

 

Tadrimt trebba aqacuc

Di temdinin f izuyar

Izuyar sufella idurar

 

Sayasen t id iyallen

Tetten t ala at ieebbad

Widak nni yitetten

 

Ttfen tamurt di Marikan

Di Rrus d wanda ssawden

Tekkan yef wid mi ttaken iysan

Idan wid iy ihekmen

 

Ay iyallen akken nella

Nella d wid iburen

Ney d wid n lluzinat

 

Amenny iy icebbwlen

Macci garanay ara d yas

Wiy ismerkayen anida-t ?

 

Kkret a nedduklet fellas

A nefrut bb waggaraney

Ddunit a tbedddel llsas

Ad yali yitij nney

LES MONTAGNARDS

Les montagnes sont certes belles

Sur ma tête qu’elles sont belles

Aussi belle que la faim

 

C’est même la faim qui les embellit

Elle fleurit sur les pierres

Pierres sur lesquelles nous restons

agrippés

 

De tout ce qu’ont chanté nos

prédécesseurs

Une vérité reste encore à dire :

La beauté est le lot des pierres

La faim celui des montagnards

 

Les montagnards de malheur

Le malheur les entoure

Et n’ont que lui pour les aimer

 

Il les aime pour la mort

Mourir pour des causes d’autrui

Celles des exploiteurs

 

Ils leur font appel

sour briser les soulèvements

Les bras inoccupés

ne demandent qu’acquéreur

 

Où sont les autres ?

Ce phénomène vient

De la grande production capitaliste

Développée dans la plaine

Et qui écrase la production parcellaire

rurale

 

Quel est aujourd’hui le paysan

qui se suffit à lui-même ?

Le dernier d’entre-eux a aujourd’hui

Pour bois, une bouteille de gaz

Pour chèvre, une boîte de lait

Pour potager, le souk

Pourvu qu’il en ait l’argent

L’argent

 

L’argent s’entasse là-bas

Dans les villes bâties sur les plaines

Plaines au-dessus des montagnes

Il est produit par les bras

Confisqué par les ventrus

Ceux-là mêmes qui nous enchaînent

 

Ils détiennent le pouvoir au USA

En URSS et partout dans le monde

S’appuyant sur ceux auxquels ils jettent

les os

Ces chiens qui nous gouvernent

 

Bras autant que nous sommes

Que nous soyons chômeurs

Ou ouvriers d’usine

Nos luttes intestines

Doivent disparaître

 

Voyons plutôt leur instigateur

Unissons-nous contre lui

Et la paix sera

Le monde changera de base

Notre soleil resplendiraRetour

 


 

TAMAZIGHT

D udem is kan walit et

Ulamma t-tameddit

Tinim d ala tidet

M’ur telli t-tilemzit

M’ur tecbi tawizet

M’ur traq am tergit

 

Tennam wesser wudem is

Tzewgem d anda nniden

Tuyem ti dawin is

Tesmigliz s wallen

Tebbehbeh tayect is

Deg metti fellawen

 

Ar ida t-tanubit

T-tilemzit n telmeziyin

Kra I tecca di  teyrit

Deg fassen nyant tismin

Ar assa tif tislit

Ur teclie di tlawin

NOTRE LANGUE

Si ce n’était que son visage, regardez-le

Malgré le crépuscule

Mais soyez honnête

N’est-elle pas en pleine jeunesse ?

N’est-elle pas la beauté d’une perle ?

Ne brûle-t-elle pas comme une braise ?

 

Vous parlez de son visage flétri

Vous épousez ses concurrentes

Sa voix se brise

Des larmes qu’elle a versées

Pour vous

 

En vérité, elle est encore adolescente

La plus jeune de toutes

En dépit de ce qu’elle a enduré

Des mains cruelles et jalouses

Elle demeure plus belle qu’une mariée

FIRÈRERetour

 


 

YIR TARGIT

Myin iyi d wafriwen

Yiwen was ruhey ufgey

Ddiy akw d igerfiwen

Nwiy  kra a t id rebhey

Qqwley d agellid nsen

Qqaren iyi d ansi ara kkey

Ur zriy zzuyer ten

Ney zzuyren iyi qebley

Ger welma anda tmettaten

Yemdukal akken a ten accey

 

Akkenni ttuyuy

A nekki d agerfiw

 

Mlaley d yiwen usehhar

Yeg akka qqwley d atarus

Yenna s tit d yinzer zwer

Adar yef tmurt ur yetrus

Af ed kra yellan yeffer

Di isekkurt arma d sibus

Mi dehmey kra ar d ikker

As t id jemeay d amurdus

Adar iw yezga yesger

Imi-w deg dammen ityurrus

 

Akkenni ttuyuy

A nekki d atarus

 

Ammi d imi d ndekwaley

I d ukiy twayit iw

Kra i ttarguy akken deg mi-w

Ziyen deg fassen iw i dermey

Cciy akw idudan iw

Yegwra yi d tura ad cuddey

M’ad hlun ideddicen iw

Deg wassa ad ggalley urteqqwley

D atarus ney d agerfiw

 

Assagi ad suyey:

A nekkini d ales !

A nekkini d amyid !

LE CAUCHEMAR

Il me poussa des ailes

Je m’envolai un jour

En compagnie de corbeaux

Croyant y gagner quelque chose

Je devins leur roi

Ils m’indiquaient le chemin

Je ne savais qui entraînait l’autre

D’eux ou de moi

Vers les charniers où gisaient

Mes camarades

Pour nous en régaler

 

Fier, je criais :

Je suis un corbeau !

 

Je rencontrai un sorcier

Qui me transforma en chien de chasse

Il me dota d’un flair aigu

Et d’une souplesse rare

Pour lever tout gibier où qu’il soit

Je ramenais cadavre sur cadavre

Pieds douleureux , gueule ensanglantée

 

Fier, je criais :

Je suis un corbeau !

 

Au réveil

Je m’aperçus de mes malheurs

Tout le temps que je me régalais

Dans le sang

Je dévorais en fait mes doigts

Il me reste à panser mes blessures

Et à jurer de ne plus devenir

Ni corbeau, ni chien de chasse

 

Aujourd’hui, je peux crier :

Je suis un homme !

Je suis un prolétaire !Retour

 


AYEN RIY

Ayen riy macci d awal

Mi t tennid iddem it wadu

Ayen riy macci d uf fal

Ansi s d tekka  ad as iknu

 

Ayen riy akken it urgay

Ur ttarzen ifassen

Am yitij m’ara d issay

Ur t sakkaden t wallen

 

Ayen riy iyer cubay

Iyer i t cubay ur yelli

Izzi yay d igguni yay

Akkenni hed ur t izri

 

Ayen riy yiwen ay d udem is

T-tidet zeddigen am lekwfen

Maâna tidet iyba yisem is

Ttagwaden t yemdanen

CE QUE JE VEUX

Ce que je veux, ce ne sont pas des mots

Sitôt dits, sitôt envolés

Ce que je veux, ce n’est pas la férule

Qui plie au gré du vent

 

Ce que je veux, tel que j’en ai rêvé

Les mains ne peuvent le saisir

Tel le soleil au zénith

Les yeux ne peuvent le fixer

 

Ce que je veux me paraît

D’une valeur inestimable

Il nous entoure, il nous attend

Et personne ne l’atteint

 

Ce que je veux n’a qu’un visage

Celui de la vérité, blanc comme un linceul

Mais la vérité est fuie

Redoutée par les gens Retour

  


ADU

Ataya ataya wadu

Ataya iyil iyil

Steqsay t anda iteddu

Yenna d nek yides a nemlil

Wi d kec wi d kec ay adu

Ulamma iles ik wezzil

I wehha ar tama bb wezru

Yenna nek d w’illan ahlil

 

Ataya ataya wadu

Ataya iyil iyil

Ataya ataya wadu

Selt as ala yetsudu

 

Ataya ataya wadu

Ataya asif asif

Steqsay t anda iteddu

Yenna d abrid iw ywezif

Ghiwel yiwel ay adu

Ghiwel semywer deg wsurif

Win i yer i tteddud la yetru

Yezzuyer it wassif utlif

 

Ataya ataya wadu

Ataya asif asif

Ataya ataya wadu

Selt as ala yetsudu

 

Ataya ataya wadu

Ataya yuli d iyzran

Nezra akw anda iteddu

Abrid is yur wid yerran

Win yufa degsen yetru

A s d issekfel izuran

Ma d wiyid a sen isbuhru

A sen yefk azul ameqwran

 

Ataya ataya wadu

Ataya yuli d iyezran

Ataya ataya wadu

Selt as ala yetsudu

LE VENT

Voilà, voilà venir un vent

Le voilà d’horizon en horizon

Je lui demande où il va

« les rencontrer », répond-il

-Rencontrer qui, ô vent

même si ta langue n’est pas déliée ?

Montrant la montagne, il me dit

« Ceux qui souffrent la misère »

 

Voilà, voilà venir un vent

Le voilà d’horizon en horizon

Voilà, voilà venir le vent

Ecoutez-le souffler

 

Voilà, voilà venir un vent

De rivière en rivière

Je lui demande où il va

« la route est longue », répond-il

-Plus vite, plus vite, ô vent !

Plus vite, allonge le pas

Ceux vers qui tu vas

Sont emportés par les crues

 

Voilà, voilà venir un vent

De rivière en rivière

Voilà, voilà venir un vent

Ecoutez-le souffler

 

Voici, voici venir un vent

Remontant les torrents

Nous savons tous où il va

Sa route mène chez les instruits

Aux oublieux

Il montrera les racines

Aux autres

Il adressera un grand salut

 

Voici, voici venir un vent

Remontant les torrents

Voilà, voilà venir un vent

Ecoutez-le soufflerRetour

 © Ferhat Mehenni (dit Ferhat Imazighen Imula), extraits des Cd's Chants révolutionnaires de Kabylie et L'Algérie a 20 ans, Ed. Fnar.


Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.