AccueilBenchicouKabylieArticlesPoèmesLittératureAlbumLiens

Le livre d'orE-mailChatForum

                 


 

 

 

 

L'éternel Tahar

anib10.gif Un jour

anib10.gif Le Rêve interdit

anib10.gif Liberté

anib10.gif Mère Africa

anib10.gif Pluie de la forêt

anib10.gif Déchirures

anib10.gif In Petto

anib10.gif Mes vingt ans

anib10.gif LE BERGER DES SIÈCLES

 

 

 

 L' É T E R N E L  T A H A R

 

 

 

tasa turwed asemid

ah a-win iççan times

 

coeurs-pavillons            en berne

neurasthénie

et comme une désespérance pathologique

                                                                         inoculable

d'un  vulgum pecus

la  coeruleum mare             qui s'assèche

un désert                abiotique

                  rampant

et comme ce bourgeon turgescent

                                                         interstitiel

ce perce-pierre

lâchement massacré

un matin de printemps

                                      qui se fendille

 

et  tous nos rêves avec

qui désarment

foutant le camp

et jamais aussi frêles

qu'ils se cognent

contre un horizon muré

                                           en trompe-l'oeil

et jamais aussi loin

qu'ils s'essoufflent

 

incertains

des lamentations

demain n'est pas la veille

 

une haine imbécile a eu raison de toi

pour régenter le cours de l'Histoire

                                                                  au gré des Vents de l'Est

                  hâlant  les esprits

pour avoir mis flamberge au Vent     

avec ton verbe hardi

pour avoir régénéré le monde

et sublimé une humanité liliale

 

Tahar on t'a tiré dessus

alors que tu voltigeais

dans les airs

de la Paix et de la Liberté

 

ils ont tiré les gens de sac et de corde

sur les genoux de la république

 

                      Juillet 1993

Poème paru aussi à «El Vigía», Tenerife -Îles Canaries (édition collective), avril 1995.


 

UN JOUR *

                        À la mémoire de ceux qui sont

                        fauchés par la tourmente d'une

                        Algérie endiablée.

puisse un jour

de votre sang refleurir l'espoir

en éclat papillotant

de boutons de soleils

comme par un matin de printemps après les giboulées

 

 

et n'en déplaise aux imbéciles

                                                                heureux

                                                                                                   et couards

                             aux potiches de tous bords

                             aux écervelés aux boutefeux et leurs sbires

qui en seront tarabustés

comme des feux follets

à force d'y avoir accroché leurs yeux hagards

 

 

"LA FAMILLE QUI AVANCE"** avancera

les champs en friche écobués emblavés

et frémissant                   d'espoir longtemps frustré

                                         éventé par l'attente

la parole pansée ailée voltigeant délirant

et les chaînes sacrilèges du Passé

                                                                obsessionnel

le grillage des horizons interdits

mouleront la plaque de votre mémoire

alors les enfants

                             redevenant enfants

                                                                            transfigurés

le cur dans le cur

sur les chemins de l'école

un rameau d'olivier des héliotropes à la main

s'en iront chantant

à tout vent

vos rêves enfarinés

et l'Algérie se remettant

de sa fièvre

                             puerpérale

nous resserrera contre son sein

                                                                tonique

nous épongeant la glande lacrymale           débridée

 

 

et n'en déplaise aux ultra-inspirés

de l'Import-Export du Vent de l'Est

                             des lupanars de l'histoire

 

 

nous viendrons nous incliner devant votre mémoire

défonçant les barreaux de la honte

et La Kahina       Dyhia  sera de retour

Antenéa       Tin-Hinan

que nos mères nos surs nos amours c'est l'avenir

et les horizons se dégageront s'ouvriront éclateront de

                                                                                                   lumières

nous lâcherons des pigeons

le monde aura dit que vous aviez raison

un rameau d'olivier des héliotropes à la main

nous nous en irons chantant

à tout  vent

vos rêves enfarinés

 

 

aussi long soit le chemin

un jour et ce jour viendra

il s'écrit avec du sang

votre sang notre sang

 

                            Tenerife, Octobre 1996

* Poème publié dans plusieurs revues, notamment par une association féminine de Montpellier, mars 1997; La Toile des Poètes « Libération », février 2001 ; « El Vigía », mai 2001.

** Titre de la dernière et célèbre chronique de Tahar DJAOUT (poète, écrivain et journaliste algérien), "LA FAMILLE QUI AVANCE ET LA FAMILLE QUI RECULE", parue dans son journal "RUPTURES" la veille de son assassinat, le 26 mai 1993. 


 

LE RÊVE INTERDIT*

un certain jour

dans la Cité

aux remparts des rêves interdits

qu'on dût réapprendre à se forcer à admirer

à perte de vue                    un incendie

du soleil

aux parfums de fines fleurs

de l'Éternel Renouveau qui tarde toujours à percer

et

brandissant le flambeau d'une

                                                                     liberté liliale

on décida de s'en aller chantant                              -sur l'air des lampions-

                                                                  le long des rues déshéritées

                          injuriées

 

 

                                  "bedd ad twalid

                                  ruh ad tawid

                                  qim ulac"**

 

 

                                  un pont 

                suspendu

                                  un pont virtuel

                    immatériel

                                  un pan de soi-même

                                  qui remonte au Déluge

                        au Siège de la Mémoire

                                  comme remonterait ce soleil 

                          sur l'horizon

                             

                             

non mais alors

c'est le vent coulis il secoue il donne froid

un chant qui sourd et monte dans le ciel

comme ce soleil brisé qui se ramasse

pour un pays à musique

que l'Avenir se conjugue au Passé

                      de Nos Montagnes

il court         le monde

(et puis) ça gonfle ça déborde  -un fleuve limoneux-

le peuple longtemps adolescent ne mue pas

d'ailleurs il n'avait jamais bêlé

il secoue il donne froid il gonfle il déborde

les gènes manipulés ne répondent plus

ils vibrent aux roulements de tambours aux galops

de Jugurtha des circoncellions

susurrés par les Rumeurs du Temps

qui secouent qui donnent froid

à coups même de confettis

 

 

pourtant

il n'est pas interdit de rêver

mais

comme nous le savons

les vampires sortent la nuit

avec les larmes de crocodiles

 

                        Le 08 février 1989

* Poème publié aussi à « Alger-Républicain », en mai 1990 ; « El Vigía » (en espagnol), en mars 1995.

** En berbère: "debout, tu verras (assisteras)

                             en y allant, tu ramèneras

                                  assis, rien".


 

LIBERTÉ

la nuit

le météore

ma raison de vivre

la fille que j'aime

qui m'aime peut-être

ma mère

                                   la fugue

                                                                      le vide

mes vingt ans

poèmes-vents de mes voiles éthérées

                       de mes éjaculations rédhibitoires

le goût des vols

les grimoires onctueux

                                               et sanguinolents

des soi-disant dieux

 

 

l'astre                    du jour       éblouissant

                       de la clique                     en tête

                       des lâchers de pigeons

                       des-espérances

                 trompé(e)s

 

 

appeau des chantres

d'un romantisme révolu-tionnaire

 

 

un chambranle suspendu

                                               donnant sur ces champs rétrospectifs

                                               aux petits sentiers ronceux

                                               des grandes solitudes

                                               aux vestiges désolants

                                               des cénotaphes fleuris de barbelés

                                               des stèles

                                                                      ensablées

                                               des saignements de la Mémoire

                                               sifflotant

                                                                      la Désillusion

                                               des rêves enterrés

 

 

éclaboussure

de l'histoire sans cesse déflorée

de l'humanité

 

 

avec ma plume cassée

je me recueille

et plante une fleur

-que je te sais-

                                   aux pétales immaculées

pour me donner un sens

 

                          Le 29 janvier 1988

            Poème paru aussi dans plusieurs revues poétiques, notamment « El Vigía » (édition collective), avril 1996.


 

MÈRE AFRICA

mère Africa

où est ta parure?

tu as le sein nu et flétri

tu as le corps exsangue

et les larmes ravinent tes joues

oublier pour un temps

c'est déjà vivre un temps

j'ouvris les persiennes

la nuit est très avancée

pour moi elle est d'encre

je me sens les yeux battus

mais

le couchant

couleur aurore

me hante                           indéfiniment

je n'entends plus le tam-tam?

où sont tes enfants?

et

demain fera-t-il jour?

un silence (de) mort

le vent se lève

non mère Africa

tu n'es pas un zoo

tu n'es pas une vache à lait

tu n'es pas un no man's land

une poubelle

tu es cette aurore naissante

qui annonce le jour

et

qui colore le couchant

assez

suffit

tu as bu le calice jusqu'à la lie

tes enfants te vengeront

tu avorteras

ils ne tolèrent plus les offenses

 

                          Le 03 janvier 1989

 Poème paru dans plusieurs revues et journaux, notamment à « Algérie-Actualité » (par Tahar Djaout), en juillet 1992 ; et  « El Vigía »  en espagnol,  mars 1995.


 

PLUIE DE LA FORÊT

les pieds lui brûlent

elle plie bagage

elle embarque

elle s'enfuit

elle me quitte

en sourdine

elle m'a tout repris

elle jure avec tout ce qui me reste

de plus belle

sans aménité

elle ne me reviendra jamais

elle veut  voir

la lumière

ailleurs

quelque part                      dans l'oubli

dans la ronceraie des temps

elle a découvert en moi

l'oubli de soi

un né d'hier

le visage de bois

à nous y entendre

comme à ramer des choux

 

                        Le 21 janvier 1988

Poème publié aussi dans la revue « Axiome » (Association Culturelle « Soummam »), en 1993.


 

DÉCHIRURES

le train routinier

du temps

au temps

roule à vive allure

siffle avant de s'arrêter

la gare en effervescence

y a du monde

qui descend

qui monte

qui se quitte

qui se rencontre

qui pleure

qui rit

puis siffle avant de démarrer

le cur la gorge serrés

débordés   de remords

les yeux perlés  de larmes

pétillent                de rage

un oiseau deux oiseaux quatre moutons

en sortent s'en échappent

repeuplant les souvenirs innocemment tus

effluves capiteux des renoncules de l'Enfance

un instant des premières-dernières effusions

et on fait la ronde quand même

un oiseau deux oiseaux

on se jette des fleurs

fanées

on jure de ne pas s'oublier et tout le bazar

mais

à peine le train s'éloigne

et les quais désolants aussi

deux oiseaux un oiseau un point dans le ciel

le ciel

on oublie

tout s'oublie

puis le train reprend son allure

à destination "Avenir-Incertain"

au pays de l'oubli

plutôt de l'habitude

il siffle avant de s'arrêter

il siffle avant de démarrer

 

                        Le 13 mai 1987

 Poème publié aussi à « Algérie-Actualité » (par Tahar Djaout), entre autres, en juillet 1992.


 

IN PETTO

écris-moi

et parle-moi de toi

dis-moi comment tu vas

après tout ce temps-là

 

boulevard des oubliés

au cur lardé

ou des chiens fidèles

arrière-saison

une  île

        des

            saignés

                  à

                      blanc

ou tout simplement l'annuaire

aux abonnés absents

              d'il y a une éternité

 

ô ce que c'était fou

que d'avoir le cur

                dans les étoiles de tes yeux

au regard mouillé

où on ne grandit jamais

                et qui me ligotent encore

                                                                                   de loin

                                                                                              très loin

à exhumer le mal de toi

 

 

ou encore               appliquer

ton oreille contre ce coquillage

pour y entrevoir nos lointains rivages

y entendre les sifflements

                                                       d'un champ de bataille

                                             de ruines

la complainte d'un cur strié

                                                                   de bleus

pardon pardon

mais merde

la vie

 

                        Le 03 mai 1988

Poème paru aussi à « El Vigía » (édition collective), avril 1996.


 

MES VINGT ANS

mes vingt ans

bribes de souvenirs

lointains rivages

                                               de mirages

rêves con-

        fus

                                               à n'en plus finir

amours déchirantes

                                               poignantes

 

 

jeunesse éphémère d'ivresse

cicatrices et tatouages

feux d'artifice

                                   de Bengale

soleils brûlants

                                               au supplice

                                                                                  de Tantale

poème-écharde

 

 

une aurore boréale

un pays nu un arc-en-ciel

un cimetière

des monticules sans épitaphes

une fresque

 

 

coup de maître

des traits

et une plaie gouachée

un oiseau deux oiseaux      migrateurs

il y a comme des sentiers qui se perdent au loin

                                   là-bas dans le tourbillon de la mémoire

un musée                                                                                    en-toilé-e

 

 

puis un horizon éblouissant

où les papillons et les fleurs sont biffés

le poème mutilé

sur une page

                                   toute blanche                colombe

vomi

 

 

en sourire-cicatrice d'un enfant

 

 

d'une vénusté

d'une aube de la vie

d'un jardin d'agrément

d'une étoile filante

                                               en solitaire

dans la nuit le silence de l'Univers

                                                                                  Éternité

 

 

ineffables

                                   indélébiles

 

                        Le 04 mars 1987

  Poème paru aussi dans plusieurs revues poétiques, notamment « El Vigía » (édition collective), avril 1996. Et dit également  sur les ondes de la radio « Alger-Chaîne III », dans lémission « Séquence » (par Farid Mammeri), le 12 janvier 1992.


Copyright © 2004 - www.ziane-online.com

By Namo Interactive Inc.
All Rights Reserved.