L'apport de la Chaîne II à la revendication amazighe     La population d'Iallalen se souvient     Recueillement et souvenirs à Larbaâ Nath-Irathen     Recueillement sur la tombe d'Amir Aïssa     5e anniversaire de l'assassinat de Chaïbet     Salah Boukrif, un référent majeur     Conférence d'Idir Benyounès     Assi-Youcef:concours     Ath-Ghobri:activités commémoratives     Saïd Sadi:«Si Avril 80 n'avait pas existé...»     Maâthkas:il y a 4 ans     Autant d'objectifs et de divergences     Modeste rassemblement des Arouchs     Conférence-débat du FFS     Entre mémoire et continuité     Pour la refondation de l'État     Les étudiants font renaître le 20 avril     Importantes manifestations à Bouira     Gala du MCB à Larbaâ Nath-Irathen     Amizour:dans la sérénité, mais en rangs dispersés     L'association Tasuta célèbre le 20 avril     Trophée Matoub Lounès     Tamazight, 26 ans après     Tafsut n'Lwennas     Béjaïa:le mouvement associatif fête Tafsut imazighen     Des sacrifices et des acquis     Journées portes ouvertes sur le livre amazigh     Message d'Avril     L'ombre de Matoub     MASSINISSA GUERMAH:IN MEMORIAM    Tizi-Ouzou:marche des étudiants et réunion des Archs     Sidi-Aïch:marche et rassemblement     Marche et meeting à Sidi-Aïch     Sidi-Aïch:marche commémorative     Mouloud Mammeri réhabilité     Jeunes générations:qu'en reste-t-il?     Iflissen:exposition et gala     Hacène Hirèche:Comment sortir des crises récurrentes?     Entre la génération de 1980 et celle de 2001     Communication sur l'enseignement de tamazight     Bélaïd Abrika:«Le 25 avril, fin du dialogue»     Massinissa et Mammeri     Un poème de Mohamed Benchicou:Le chant du figuier     Chanson kabyle:mots du terroir, paroles de la subversion     L'association "Les Sources" de Saint-Denis organise un gala     Appel à une marche pacifique à Boumerdès     Tagmount N'Bouadda fête le Printemps     Une pétition pour un département de tamazight     Aït-Yahia se souvient     Deux marches, un seul itinéraire     Le Printemps reprendra-t-il ses couleurs?     Quel printemps pour la Kabylie?     Ferhat Mehenni:«La quête identitaire a pris...»     Une cérémonie de recueillement sur la tombe de Guermah Massinissa     Saïd Khellil:«Avril 80 a évité le piège... »     Recueillement sur la tombe de Guermah Massinissa     Ferhat Mehenni donne une conférence à l'Université de Béjaïa    Saïd Sadi:«Préserver l'esprit d'Avril de 1980...»     Marches et meetings en rangs dispersés     Mammeri:l'homme aux engagements pluriels     Controverses autour des services de sécurités     Coup d'envoi des festivités à Bouira     Saïd Sadi:«Nous avons l'Histoire et la Mémoire...»     Timezrit au rendez-vous des festivités     Tamazight:entre discours et pratique     Marche populaire à Tizi-Ouzou     Double anniversaire     Bélaïd Abrika:«Nous n'avons jamais négocié...»     Le statu quo règne     Sur fond de protestation des étudiants     L'itinéraire d'un amusnaw     Tamazight:le provisoire qui dure     Colloque international sur Mouloud Mammeri     Tamazight dans la Constitution     Marches et grèves en Kabylie     Le Mouvement Culturel Berbère     Le Printemps berbère, 25 ans après     Ferhat Mehenni:Le défi permanent     Les 20 ans du Printemps berbère

 

 20 avril 2006

Dans un réflexe de lucidité, la Kabylie s'emploie à se réapproprier les repères de sa mémoire militante. Une mémoire façonnée par des générations de militants qui ont eu le génie d'inventer le combat pacifique à une époque où la répression politique était une constante du pouvoir.

Avril 1980, ce n’est pas seulement une revendication identitaire, puisqu’il avait donné naissance à l’acte fondateur du combat démocratique public. C’est également un projet politique. Les artisans du Printemps berbère avaient su, en effet, coupler la revendication culturelle aux libertés démocratiques. C’est pourquoi le mouvement revendicatif et de protestation avait pris de l’épaisseur avec une adhésion populaire sans faille. Et pour cause, la grève générale du 16 avril 1980, massivement suivie alors par toute la population, ne pouvait que rassurer une jeune élite d’après-guerre qui a su traduire les préoccupations de la région en alternative politique fiable. La générosité de ces militants issus de la génération d’après-guerre n’avait d’égale que la répression du régime du parti unique. L’arrestation le 20 avril 1980 des militants Saïd Sadi, Mouloud Lounaouci, Mustapha Bacha, Saïd Khelil, Djamel Zenati (ils étaient en tout 24 détenus) avait suscité un large mouvement de solidarité populaire. Cet élan de solidarité et la mobilisation continue des citoyens ont abouti à la libération, le 26 juin 1980, des 24 animateurs du MCB (Mouvement culturel berbère). Les geôles du pouvoir de Chadli n’ont pas anéanti la détermination et la conviction des détenus à continuer le combat pour tamazight et les libertés démocratiques. Mais quel bilan peut-on faire, après ce long cheminement de l’Histoire ? Si d’un point de vue purement revendicatif, l’objectif stratégique, l’officialisation de la langue amazigh notamment, n’est toujours pas atteint, en dépit de certaines avancées, il reste que sur le plan des luttes politiques, la génération d’Avril 1980 (“Arrac n’80”, pour paraphraser Matoub) a ouvert de larges horizons pour la perspective démocratique nationale. C’est l’héritage légué par les pionniers du mouvement national que les artisans d’Avril 80 ont pu transformer en alternative politique crédible, avant de passer le témoin à la génération d’aujourd’hui, celle formatée aux standards universels. Et cette jeunesse, notamment les étudiants qui sont un élément structurant de la dynamique revendicative positive, s’emploie à continuer le combat de ses aînés. La marche de ce jeudi organisée à l’initiative du MCB et de la communauté estudiantine en est un exemple concret de la reprise du flambeau des “anciens” par une jeunesse qui a échappé aux chants des sirènes du pouvoir. C’est là l’un des messages de Tafsut imazighen, dont l’anniversaire, aujourd’hui, constitue une halte pour toute militance de la région pour restaurer les valeurs d’Avril 80 et réhabiliter, par le débat public prospectif, l’action politique en Kabylie, qui commence à renouer avec les repères qui ont fondé son combat depuis des générations.