Djaout, le vigile de la famille qui avance     Hommage à Tahar Djaout     Tahar Djaout:l'arpenteur de la mémoire     L'Algérie de Djaout vaincra     Malika Domrane; "Tabargazt" honorée     Pour Malika, on n'a pas dormi toute la nuit     Malika Domrane honorée à Azazga     Ibn Khaldoun, un homme de tous les temps     Le texte feraounien au-delà de la fiction     Commémoration du 17e anniversaire de la mort de Mouloud Mammeri     Jean El-Mouhouv Amrouche retrouve sa colline     Jean El-Mouhouv Amrouche: l'homme qui pleurait en berbère     La résurrection de Jean Amrouche     «L'image poétique dans l'oeuvre de Lounis Aït-Menguellet»     Yennayer sur la neige     Fête de Yennayer: une date, une histoire     Première stèle pour le troubadour     Centenaire du grand poète Si Mohand U M'hand     Si Mohand U M'hand, ou le mythe au secours de la réalité     Rencontre avec Chérif Kheddam à Paris     Chérif Kheddam triomphe au zénith     L'hommage des héritiers de Si Mohand     «Kabylie Story», mémoire du temps qui passe     Kabylie Story ou le pays des ancêtres     Une enquête au pays     La vie est un grand mensonge de Youcef Zirem

  

 

 

26 avril 2005

C’est à Bordj Ménaïel, ville de théâtre, que commence le voyage dans Kabylie Story du journaliste-écrivain Arezki Metref, paru dernièrement aux éditions Casbah et Le Soir d’Algérie.

La balade, qui commence avec Omar Fetmouche et ses compères du théâtre de Bordj Ménaïel, renseigne sur le travail effectué par Arezki Metref dans cette partie du pays. Car c’est de la Kabylie de la culture, du rêve et des réalités dures qu’il sagit. À travers son reportage-essai, l’auteur décrit Bordj Ménaïel du théâtre, Tizi Ouzou de Si Moh, Azazga de la mémoire et du sang, Aït Hichem, les Ouadhias, Tizi Hibel, Ath Yenni et autres petits villages greffés au giron du Djurdjura.
Dans son approche, l’écrivain réconcilie les paysages féeriques de chaque village avec un de ses enfants prodiges qui ont marqué le paysage culturel algérien. Ainsi, Tizi Hibel se remémore Le fils du pauvre et raconte le quotidien de ses enfants en 2004, Aït Zikki nargue les nuages tout en évoquant le hittisme ambiant, tout en écoutant Radio Soummam, Metref invite le lecteur à traverser la forêt de Yakouren avant de faire un tour à Azeffoun. Un voyage tranquille dans une Kabylie qui se dévoile à son enfant village après village.
De village en ville, Arezki Metref redécouvre et fait découvrir la Kabylie aux étrangers mais aussi aux enfants de la région, loin de tout régionalisme. Dans Kabylie Story, il s’agit de faire connaissance avec les petites gens et leur quotidien. Une rencontre avec l’identité et l’histoire une tranche de vie typiquement kabyle. Une épopée s’étale dans l’espace et le temps.