Aït Yahia Moussa. Célébration du 34e anniversaire du Printemps berbère. Une ambiance de fête à Tafoughalt - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Aït Yahia Moussa. Célébration du 34e anniversaire du Printemps berbère. Une ambiance de fête à Tafoughalt


       


Aït Yahia Moussa. Célébration du 34e anniversaire du Printemps berbère

UNE AMBIANCE DE FETE A TAFOUGHALT



© La Dépêche de Kabylie | Mardi 22 avril 2014
Amar OURAMDANE


L'école primaire « les frères Salemkour » de Tafoughalt, qui a abrité les activités programmées par l'association Tasuta Tadelsant N'Tfughalt, à l'occasion de la célébration du 34e anniversaire de Tafsut Imazighen, avant-hier, a accueilli une foule nombreuse venue pour prendre part aux festivités organisées. La cour de l'école n'a pas désempli dès neuf heures du matin jusque tard dans la soirée. Des expositions, notamment des robes kabyles, des ustensiles anciens berbères, des habits traditionnels, des différentes plantes de la région, des photos, des coupures de journaux et autres écrits sur le combat amazigh,… ont eu lieu dans la cour de l’établissement. "

C'est la première fois que je visite un tel endroit, cela fait un grand plaisir. Je remercie tous les jeunes qui ont organisé un tel rendez-vous festif et commémoratif", nous dira ce septuagénaire. Par ailleurs, une conférence a été animée par M. Amar Laoufi, professeur de Tamazight à l'université de Bouira. Le conférencier est longuement revenu sur ce qui a été fait par les militants de la cause amazighe jusqu'à aujourd'hui. " Beaucoup a été arraché. Il faut que tout le monde sache que cela n'a pas été facile. Nous pouvons dire que Tamazight est sur la bonne voie, mais il ne faut pas se leurrer et tomber dans la facilité. Tamazight a besoin de tous ses enfants. Que chacun apporte sa petite pierre pour ce grand édifice", dira-t-il. Ce professeur de Tamazight a estimé aussi que son officialisation, si elle se fera prochainement, ne sera pas suffisante. " L'officialiser est l'idéal, mais aussi il faut avancer dans la recherche. Maintenant, même les langues les plus avancées se livrent à la concurrence. Que chacun intervienne, selon ses compétences et sa conviction, pour que Tamazight devienne l'une des langues les plus importantes de notre sphère géographique", enchaînera l'orateur. Avant de conclure, il a rendu un grand hommage à tous ceux qui se sont sacrifiés pour que Tamazight soit ressuscitée. Après la fin de la conférence, deux pièces théâtrales ont été présentées dans la cour de l'établissement. Il s'agit de "Aicha, radjel" animée par la troupe " Les Futures Stars" de Draâ Ben Khedda et une autre présentée par un groupe du village. Les sportifs du village, quant à eux, se sont donnés à des exhibitions de karaté devant un public merveilleux qui les a applaudis de bout en bout. Dans l'après-midi, un couscous traditionnel aux fèves vertes a été servi à tout le monde. Le maire d'Aït Yahia Moussa, qui été présent, a promis d'aider le mouvement associatif, notamment en ce qui concerne la promotion de Tamazight. Pendant que ces activités battaient leur plein, de jeunes enfants étaient dans l'atelier de dessin et s'ingéniaient à dessiner pour participer au concours organisé par l’association Tasuta. Cette journée commémorative a été clôturée dans une ambiance de fête. Des jeunes du village et d'autres venus des localités voisines ont animé un gala artistique qui a égayé tous les présents. " Notre devoir est de suivre les pas de nos aînés. Je suis très content de voir cette ambiance créée par notre jeune association. Nous sommes ici pour transmettre le message à tous ces enfants présents ici et éveiller leur conscience. C'est l'un de nos objectifs. Par ailleurs, je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué, de près ou de loin, à la préparation de cet événement. Le public a été merveilleux et nous sommes très satisfait", nous dira M. Karim Bouaskeur, président de l'association culturelle Tasuta de Tafoughalt.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu