Tayeb Belaïz revient sur les derniers événements de Tizi Ouzou : « Les mis en cause seront traduits devant la justice » - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Tayeb Belaïz revient sur les derniers événements de Tizi Ouzou : « Les mis en cause seront traduits devant la justice »


       


Tayeb Belaïz revient sur les derniers événements de Tizi Ouzou

« LES MIS EN CAUSE SERONT TRADUITS DEVANT LA JUSTICE »



© Liberté | Samedi 26 avril 2014 | 09:50
Ali FARES


Le ministre a démenti la mise sous contrôle judiciaire de l’auteur de la vidéo montrant des policiers usant de violence contre des citoyens lors d’une marche pacifique du 20 Avril dernier à Tizi Ouzou.

"Si des dépassements ont été enregistrés, ils sont exceptionnels et relèvent d’actes isolés, ceux qui ont commis ces actes ne sont pas représentatifs de ce corps de sécurité", a tenu à préciser le ministre d’État, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, en marge de la visite de travail et d’inspection effectuée jeudi à la direction des unités républicaines de sécurité d’El-Hamiz en compagnie du DG de la Sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel, du ministre d’État chargé du service public, Mohamed El-Ghazi, du commandant en chef de la GN, le général-major Ahmed Bousteïla, et du DG de la Protection civile, le colonel Mostefa Lahbiri.

Tout en notant que les policiers ont bien géré la marche organisée en commémoration de la journée du Printemps berbère, Tayeb Belaïz a rappelé que "les corps de sécurité sont tenus de respecter et d’appliquer les lois de la République lors de leurs interventions". "Ils l’ont fait avec un grand sens de professionnalisme lors des émeutes, manifestations et marches qui se sont déroulées dans certaines wilayas", confirmant au passage les mesures préventives prises par le DGSN au lendemain de la marche de Tizi Ouzou. "Si l’enquête diligentée à ce sujet confirme les faits signalés, les personnes mises en cause seront traduites devant la justice", a-t-il dit, précisant, toutefois, qu’aucune plainte n’a été déposée par les plaignants, tout en expliquant qu’"à défaut de cela, des sanctions administratives seront imposées aux personnes impliquées, car il reste du plus grand intérêt de tous de rétablir la vérité, mais pour le moment laissons l’enquête suivre son cours". Sur le même registre, le ministre a totalement démenti la mise sous contrôle judiciaire de l’auteur de la vidéo montrant des policiers usant de violence contre des citoyens lors d’une marche pacifique, vidéo, faut-il le rappeler, ayant fait le buzz sur les réseaux sociaux et soulevé une vague d’indignation nationale. "Aucune directive n’a été donnée pour mettre cette personne sous contrôle judiciaire", a affirmé le ministre.  

À rappeler à ce sujet que le 20 avril dernier, des citoyens qui participaient à la marche organisée à l’occasion du 34e anniversaire du Printemps berbère à Tizi Ouzou ont été victimes de violences policières. Un jeune citoyen de la ville a diffusé sur la Toile une vidéo choquante, montrant des agents de police passer à tabac des jeunes manifestants dont l’un d’eux a été traîné à terre torse nu après avoir été violemment battu. C’est en réaction à ces agissements que le général-major Abdelghani Hamel avait ordonné l’ouverture en urgence d’une enquête tout en prenant des mesures disciplinaires dictées par la réglementation à l’encontre de toute personne touchant à la dignité du citoyen et à la l’éthique professionnelle. Avant de clore ce volet, le ministre a rappelé les efforts de l’État en matière de développement et de modernisation de la police, et de la gendarmerie ainsi que la Protection civile en dotant ces corps de moyens devant leur permettre d’accomplir leurs missions respectives dans des conditions les meilleures au service des citoyens. "Ce qui est de notre ressort direct nous le faisons, ce qui nous dépasse nous le soumettons au gouvernement ou au président de la République si cela est nécessaire", a-t-il indiqué avant de confier qu’une réunion de travail allait se tenir juste après la conférence à la direction des URS avec les services concernés. Revenant sur les événements de Ghardaïa, le ministre a affirmé que la situation s’améliore progressivement et la vie reprend son cours quotidien. "Nous étions, il y a un moment, en vidéoconférence avec la ville dont les différentes activités reprennent normalement. Prions Dieu de préserver cette région et que ce qui s’est passé ne soit qu’un mauvais souvenir", a conclu le ministre. À noter que Tayeb Belaïz et la délégation qui l’accompagnait ont assisté à la direction des URS à une série d’exhibitions sportives et tactiques notamment celles relatives à la protection des personnalités (VIP), les différentes manœuvres exécutées par les brigades de recherche et d’investigation (BRI) et l’intervention rapide avec appui héliporté.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu