Thème d’un colloque à Tizi-Ouzou. Tamazight, entre discours et pratique - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Thème d’un colloque à Tizi-Ouzou. Tamazight, entre discours et pratique

      SAMEDI 15 AVRIL 2006   >>     2006 | 2014


       


Thème d’un colloque à Tizi-Ouzou

TAMAZIGHT, ENTRE DISCOURS ET PRATIQUE



© Liberté | Samedi 15 avril 2006
A. TAHRAOUI


"La question de tamazight dans la Constitution et les institutions algériennes: entre discours et pratique", tel est le thème de deux journées d'étude qui se sont ouvertes, hier à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi_Ouzou.Cette rencontre initiée par le Club scientifique en langue et culture amazighes, se veut un espace de réflexion, de débat et d’échange dans lequel des juristes, linguistes et autres spécialistes ont tenté de cerner le sujet.

Neuf communications sont au programme. Premier à intervenir, El-Hadi Ould Ali, président du MCB, a fait un état des lieux de l’enseignement de cette langue ainsi que ses perspectives. L’enseignement de la langue autochtone, le berbère en l’occurrence, n’est pas, comme le suggère quelques clichés et des études incomplètes, un phénomène récent. Bien avant le mouvement national et les premiers pas de l’Académie berbère, ce fut Boulifa qui jeta les fondations pour l’enseignement de tamazight. Il fut l’un des premiers Algériens à élaborer une méthode d’enseignement de tamazight en publiant deux ouvrages se rapportant à cette question et qu’il intitula respectivement Une première année de langue berbère et Méthode de langue kabyle. À ses côtés, le conférencier cite un autre professeur. Il s’agit de Belkacem Ben Sdira, ancien élève de l’École normale de Versailles. C’est lui qui édita en 1887 un Cours de langue berbère utilisé à l’époque comme support principal de son enseignement. "La prise de conscience, par les militants du mouvement national, de la nécessité de la préservation du patrimoine identitaire, a provoqué une vague de production — ouvrages, manuels — et intensifié la profession poétique de l’époque. Soulignons l’intérêt que présente l’enseignement coranique en berbère, problématique que des historiens et autres spécialistes aborderont, peut-être à l’avenir". Selon Ould Ali, l’Académie berbère est certainement l’élément déclencheur d’un engagement militant interne pour la prise en charge de l’enseignement de tamazight. "Plus que toute autre époque, celle qui a vu naître l’Académie berbère, s’étalant de 1968 à 1978, a permis la consolidation de l’effort destiné à la vulgarisation de la langue". Et d’ajouter : "Côté productions, c’est certainement feu Mouloud Mammeri, qui, en éminent intellectuel, introduit le premier manuel élaboré de l’enseignement de la langue. Tajarrumt n’tmazight demeure, au moins symboliquement, l’instrument d’enseignement le plus admis tant il brosse une méthode complète de l’enseignement de la grammaire, de l’orthographe et de la syntaxe berbère. Il rappellera aussi le combat des pionniers de la cause berbère, la contribution de la diaspora à la vulgarisation de la langue et le rôle des associations. "Plus de 90% des associations culturelles créées ont inscrit, dans leur plan d’action, l’enseignement et la vulgarisation de tamazight comme axe de travail". Abordant toujours la genèse et l’évolution de la question, il dira : "La marche du 25 janvier 1990 a débouché sur la création de deux départements de langue et culture amazighes, puis vint le boycott scolaire qui consacre, après les accords du 22 avril, la création du HCA, chargé de la promotion et de la réhabilitation de la langue amazigh, de son introduction dans les systèmes de l’éducation nationale et de la communication." Sur un autre plan, l’actuel directeur de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué que "la généralisation de l’enseignement obligatoire de tamazight dans tous les établissements scolaires du territoire national, décidée par le ministère de l’Éducation, n’est pas une tâche aisée tant les blocages et les résistances sont monnaie courante". Aux yeux du conférencier, la décision de généraliser cet enseignement doit s’accompagner de la mobilisation des moyens humains et financiers colossaux. "Des enseignants n’ont pas reçu leurs salaires depuis plus d’une année et cette situation ne saurait durer", révèle-t-il. L’engagement du mouvement associatif, du corps enseignant, mais aussi et surtout des institutions de la République doit être orienté dans le sens de la valorisation de la portée scientifique de la langue pour donner aux enseignés la possibilité d’épanouissement socioprofessionnelle à travers cette langue. "Encore plus, l’enseignement de cette langue ne peut être réussi s’il n’est pas accompagné d’une production artistique, littéraire et scientifique. C’est une lutte continuelle et permanente que nous devons tous mener loin des divergences somme toutes légitimes", conclut M. Ould Ali.


Le colloque s’est poursuivi dans l’après-midi par l’animation d’autres communications. Assad Si El-Hachemi du HCA a abordé le cadre institutionnel pour la réhabilitation de l’amazighité en Algérie. Aujourd’hui, ce sont Abderzak Dourari et Lakhdar Maougal, universitaires qui sont attendus. Le premier interviendra autour du thème "Tamazight langue nationale : une révolution linguistique et culturelle" ; le second, axera son exposé sur les mythes et réalités de la nationalité linguistique. "Le volet identitaire après la constitutionnalisation de tamazight comme langue nationale", par Sadek Akrour et "Place de la langue amazigh en Algérie : enjeux et réalités" par Belaïd Abrika, universitaire et figure de proue du mouvement des archs, seront également au menu de cette deuxième journée de la rencontre.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu