Reporters sans frontières : « Grave régression en Algérie » - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Reporters sans frontières : « Grave régression en Algérie »

      LUNDI 08 AOUT 2005  >>     2005 | 2006


       


Liberté de la presse. RSF


" GRAVE REGRESSION EN ALGERIE "



© Liberté | Lundi 08 août 2005
La Rédaction


L’organisation non gouvernementale RSF (Reporters sans frontières) vient de rendre public son rapport annuel pour l’exercice 2004, dans lequel elle consacre un chapitre entier à l’Algérie où elle décèle les signes d’une grave régression. Ainsi, rappelle d’emblée cette ONG, “plusieurs journaux ayant mené campagne contre le “candidat président” Abdelaziz Bouteflika ont subi un violent retour de bâton” après sa réélection le 8 avril 2004.

Ce retour de bâton, comme le nomme RSF, était prévisible puisque, rappelle RSF, le président Bouteflika avait répliqué, dès mars 2004, en accusant les journalistes de faire “autant de mal au pays que les terroristes” et avait juré de combattre ces mêmes journalistes qu’il avait alors affublés d’un insultant sobriquet : “Les mercenaires de la plume.” Les attaques du pouvoir contre la presse vont alors prendre diverses formes : durcissement des textes, restrictions sur la publicité étatique, chantage par le moyen des imprimeries publiques, instrumentalisation de l’appareil judiciaire.

Sitôt réélu, Bouteflika charge le gouvernement de réviser dans un sens plus restrictif la loi sur l'information d'avril 1990. Du reste, le chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, emboîtant le pas au chef de l’État nouvellement réélu, annonce lors d’une conférence de presse que la fin du monopole étatique sur la radio et la télévision n’était pas à l'ordre du jour. Moins constant était Ouyahia qui, se rappelle-t-on, avait déclaré sur Berbère télévision (BRTV), avant le lancement de la campagne électorale, que l’ouverture du champ audiovisuel était désormais “incontournable”. C’est ainsi que les autorités ont rétabli en 2004, lit-on dans le rapport, le monopole sur la publicité publique. Une autre restriction contre la liberté de la presse, observée par RSF, frappe les journalistes exerçant en Algérie pour le compte de la presse étrangère. Conséquence : le 30 juin 2004, le bureau d’Al-Jazeera à Alger est fermé. Fin 2004, un photographe de l'AFP attendait, toujours en vain, son accréditation. Après la réélection de Bouteflika, la justice s’est mise de la partie pour accompagner le chef de l’État dans sa guerre contre la presse privée. Des dizaines de plaintes déposées contre des journalistes, autant de convocations émanant de la police et des tribunaux, incarcération de quatre journalistes, tout cela n’a pas été sans amener “certaines rédactions” à pratiquer l’autocensure. Des dizaines de condamnations à de lourdes amendes et à des peines de prison ont été prononcées contre des journalistes. Quatre d’entre eux ont été condamnés à des peines de prison ferme alors que deux autres, Mohamed Benchicou et Ahmed Benaoum, étaient toujours incarcérés au 1er janvier 2005, le second ayant été libéré depuis. Hafnaoui Ghoul, correspondant du quotidien arabophone El Youm à Djelfa, arrêté puis libéré en novembre.

Le quotidien Le Matin, pour sa part, a vu l'étau se resserrer sur lui. Son directeur, Mohamed Benchicou, a été condamné, le 14 juin 2004, à deux ans de prison pour “infraction à la législation sur les mouvements de capitaux” et incarcéré sur-le-champ à la prison d'El-Harrach, près d'Alger. Près d'une cinquantaine de plaintes ont été jugées ou sont en cours contre lui, dont certaines pour des délits de presse. Le journal a cessé de paraître le 24 juillet, l'imprimerie d'État Simpral (Société d'impression d'Alger) ayant refusé un échéancier pour le versement de ses impayés. La radio et la télévision ont répercuté “systématiquement” le discours officiel, laissant “peu de place” à la voix de l’opposition. En dehors de la campagne officielle, “aucun débat politique n'a été programmé”, constate RSF. L’impossibilité pour l'opposition d’accéder aux médias publics a poussé la majorité des Algériens à s'équiper d'antennes paraboliques, relève encore cette ONG. Les leaders de l'opposition ne peuvent plus s’adresser à l’opinion que par l'intermédiaire des télévisions étrangères.


 
Retourner au contenu | Retourner au menu