Mazal Ssut-ik ad yebbaâzeq - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Mazal Ssut-ik ad yebbaâzeq

Kabylie > Matoub Lounès > 2011
      SAMEDI 25 JUIN 2011   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


Commémoration du 13eme anniversaire de l’assassinat de Matoub Lounès

“ MAZAL SSUT-IK AD YEBBAAZEQ ”


© La Dépêche de Kabylie | Samedi 25 juin 2011
A. Z.

Treize ans sont passés depuis l’ignoble assassinat du rebelle. Ses fans qui l’adulent continuent de croire en son combat. Ses idéaux, son engagement sans faille font de lui un symbole immortel. Aujourd’hui, la Kabylie et partout ailleurs lui rendra hommage. “Mazal Ssuth-iw ad ibâazaq “, l’auteur de cette belle phrase qui incarne tout le courage, l’abnégation et l’esprit d’engagement de l’artiste, n’est autre que Lounès Matoub, le chantre de l’amazighité.

Lui ,c’est le rebelle qui a marqué de son emprunte plusieurs générations qui ont pris sur elles la responsabilité de continuer le combat pour faire jaillir la lumière de la démocratie et faire valoir le droit de la Kabylie à vivre entièrement et dignement, son identité. Lounès comme l’appellent encore les milliers de ses fans, notamment les jeunes qui s’identifient toujours à lui, continuent de bercer la région au rythme de tous les acquis pour lesquels il s’est donné corps et âme « et s’il vivait encore parmi nous ?» ne cessent de s’interroger tous ceux qui connaissent le courage , la sincérité de l’artiste car la présence de ce dernier dans un contexte marqué par tant de compromission, de changement et de flexibilité des positions aurait certainement pesé dans la balance . Aujourd’hui, on se rappellera de lui partout et ont fera de sa voix, celle qui tonnera dans les airs pour faire oublier la médiocrité dans laquelle sombre la chanson kabyle afin de se libérer des carcans de l’opportunisme et de la pyromanie qui squattent certains esprits et ghettoïsent les pensés.

Depuis le 22 juin dernier, sa demeure perchée sur les hauteurs de Taourirt Moussa, dans la daïra des Ath Douala, est devenue le lieu de pèlerinage pour des milliers de fans qui continuent à croire dans les idéaux et du combat de Lounès. La fondation qui porte le nom du rebelle a, dans ce sens, un riche programme pour justement honorer la mémoire de l’artiste ravi aux siens un certains 25 juin 1998. Au programme, une exposition des différentes associations culturelles, des projections vidéo du film Le Rebelle réalisé par la chaîne BBC, un concours de poésie, Une pièce théâtrale de Mohia présentée par  la troupe des Ath Ouacifs.

Des activités qui auront lieu, exclusivement, à l’école primaire de Taourirt Moussa. Du côté des formations politiques, la section FFS de Tizi Ouzou organise ce dimanche, à la maison de la culture Mouloud Mammeri une conférence débat autour du thème «  Lounès Matoub, chanteur engagé et chantre de la revendication culturelle, linguistique et identitaire Amazigh. ». La rencontre sera animée par Malika Matoub, sœur du rebelle et présidente de la Fondation Lounes Matoub, M. Farid Bouaziz, 1er secrétaire fédéral du FFS et par M. Mostefa Bouchachi, président de la Ligue Algérienne de la défense des Droits de l’Homme. Durant la matinée, les citoyens ont été invités par la Fondation Matoub pour assister au rassemblement qui aura lieu devant la cour de justice de Tizi Ouzou afin de réitérer la revendication de « vérité et justice » sur l’assassinat du rebelle. Dans ce sillage, nous avons appris hier, auprès de sources judiciaires que le procès aura lieu d’ici le 13 juillet.  Le mouvement associatif n’est pas en reste puisque plusieurs associations ont prévu de commémorer, à travers le monde, l’anniversaire de l’assassinat du rebelle. C’est le cas de le dire pour la troupe «  La Traversée » qui organise, à Montréal, un spectacle de Chants et récital poétique en hommage à Matoub Lounès. Il y aura, entre autres, les poètes Joséphine Bacon, Lenous Suprice, Laure Morali, Jean Morisset. Au quatre coins de la wilaya de Tizi Ouzou , le mouvement associatif sera également au rendez- vous . Que ce soit aux Ouadhias, Draâ El Mizan ou ailleurs, la population rendra un vibrant hommage à celui qui s’est donné corps et âme pour faire vivre le combat pour la démocratie et la consécration de l’identité amazighe.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu