Matoub Lounès. Itinéraire d’un barde... (3ème Partie) - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Matoub Lounès. Itinéraire d’un barde... (3ème Partie)

Kabylie > Matoub Lounès > 2010
      LUNDI 04 OCTOBRE 2010   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


Matoub Lounès

ITINERAIRE D’UN BARDE...  ( 3EME PARTIE )


© La Dépêche de Kabylie | Lundi 04 octobre 2010

Les événements d'octobre 1988, ont laissé des séquelles dans le corps de Lounès. C'était le 9 octobre 1988 quand Matoub en compagnie de deux étudiants, à bord de son véhicule, a pris la destination de Aïn El Hammam (ex-Michelet) venant de l'université de Tizi-Ouzou pour distribuer un tract appelant la population à une grève générale de deux journées et au calme suite aux manifestations d'Alger. Intercepté par des gendarmes qui le suivaient, l'un d’eux tire à bout portant sur Lounès après l'avoir insulté tout en passant les menottes aux deux étudiants. Lounès Matoub s'effondre ; il est atteint de cinq balles dont l'une lui traverse l'intestin et fait éclater le fémur droit.

Il est ensuite évacué vers l'hôpital de Aïn El Hammam puis à l'hôpital de Tizi-Ouzou. Ensuite il est transféré à la clinique des orangers à Alger. Il y est resté six mois avant d'être transféré en France pour des soins plus intensifs à l'hôpital Beaujon le 29 mars 1989. Six semaines plus tard, il anime un gala au stade de Tizi-Ouzou devant une immense foule alors qu'il portait des béquilles. En dix-huit mois, il a subi quatorze opérations chirurgicales. Au cours de son séjour à la Clinique des Orangers à Alger, Isabelle Adjani lui rendit visite, ce qui le réconforta considérablement. Deux ans plus tard, et après un fragile rétablissement il replongeait dans le même bain ; cette fois-ci, il a été agressé par son voisin, poignardé au sein même de la brigade de la gendarmerie. Le 29 juin 1994, lors de la marche organisée à Alger pour exiger la vérité sur les circonstances de l'assassinat du président Mohamed Boudiaf, il était aux côtés de Saïd Saadi et Khalida Toumi quand une bombe explose au niveau de l'hôpital Mustapha faisant deux morts et plusieurs blessés. Le regretté s'intéressait autant aux talentueuses plumes algériennes d'expression française, qu'il soit Tahar Djaout, Saïd Mekbel, Mahfoud Boucebci, Kateb Yacine, Jean Amrouche … et son ami Ali Dilem, un jeune caricaturiste qui lui inspirait l'humour, surtout l'audace et le courage. En effet, les empreintes de ces personnes illuminaient le parcours du Rebelle ; il se référait maintes fois à leurs idéaux - "Tu parles, tu meurs, tu te tais, tu meurs alors parle et meurs", "On veut nous emprisonner dans un passé sans mémoire et son avenir" - A propos des initiateurs des doctrines obscurantistes, l'exemple de Belhadj, Abassi Madani, Kebir…, Lounès avait la nausée à chaque fois que l'on en fait la moindre allusion. Depuis un très jeune âge, il manifestait publiquement son hostilité absolue à ces courants. Ses positions étaient formelles face aux hordes du GIA. Cette attitude a failli lui coûter la vie quelques années plus tard. Le 25 septembre 1994, à 21h environ, il fut kidnappé par un groupe armé qui le surprit dans un café-bar, pas loin de Tizi-Ouzou. Son enlèvement a bouleversé toute la Kabylie qui s'est solidarisée jusqu'à sa libération survenue le 10 octobre aux environs de 20h dans un café à Aït Yenni. Durant seize jours de séquestrations, Lounès Matoub a été condamné à mort par un tribunal islamique. Grâce à la mobilisation de la population, Lounès Matoub a retrouvé les siens sain et sauf. Cet enlèvement a suscité beaucoup de spéculations à tel point que certains l'accusent d'avoir monté un scénario lui-même pour se faire un nom et avoir une grande personnalité. Depuis, en dépit de ce qu'il a subi comme « torture » psychologique pendant sa séquestration et les menaces qui pesaient sur lui, il n'a pas cessé de chanter et de continuer son combat pour la cause berbère, pour la démocratie et contre l'intégrisme islamiste. Pendant ces moments cruels et sous l'autorité des terroristes, il demeurait inquiet pour son sort lui, qui est conscient du risque qu'il avait couru. Il est jugé pour ses chansons, il racontait dans son livre rebelle qu'un procès s'est déroulé dans la forêt : « " C'est toi l'ennemi de Dieu." Je n'ai pas répondu. Ensuite, il a passé en revue tout ce qu'ils avaient à me reprocher. J'ai compris à ce moment-là que mon " procès " se préparait. En tête des chefs d'accusation, évidemment, mes chansons. " C'est à cause de tes chansons que la Kabylie est en train de sombrer dans le néant, c'est toi le responsable. " Je n'avais donc pas d'autre choix que d'abandonner, je devais cesser de chanter. L'exemple, le modèle qu'ils me citaient sans cesse était celui de Cat Stevens, que tous appelaient de son nom musulman, Yusuf Islam. Ce très grand chanteur avait décidé du jour au lendemain de quitter sa vie passée pour embrasser l'islam et rejoindre " les rangs du djihad " » En revanche, on lui reprochait ses "blasphèmes" recommencés à l'encontre de l'Islam et du Coran, La chanson qu'il avait écrite après la mort de Boudiaf, L'Hymne à Boudiaf, lui a valu une interpellation particulièrement vive : " Comment as-tu pu écrire sur ce chmata, cette saleté ? Tu ne sais pas qu'il a envoyé dix mille de nos frères dans le Sud algérien dans des camps de concentration ? " cependant, ils l'ont mis au même pied d'égalité que Salman Rushdie. Enfin le 10 octobre de la même année, après un long interrogatoire qui durait des jours, ils le libérèrent en lui confiant un message aux Kabyles. Il était aussi un fervent supporter de la JSK depuis longtemps. Il a d'ailleurs composé plusieurs chansons sur le club kabyle, bien que les dirigeants de la JSK n'étaient pas favorables à ce que ce club soit une tribune d'expression pour la revendication identitaire. Le jour de l'enlèvement de Lounès, un ami à lui, tenta vainement de persuader les dirigeants de la JSK d'annuler la rencontre l'opposant à un club des Aurès (un autre club berbère), Il écrit dans son livre Rebelle : « Un ami est allé trouver la JSK pour demander aux responsables du club d'annuler la partie. Refus. Il a proposé alors que les joueurs portent un brassard noir à la mi-temps. Nouveau refus. Ou les responsables ne se sentaient pas concernés, ou ils craignaient d'éventuelles représailles. Ils ont souvent manqué de courage. La preuve : je leur avais demandé de sponsoriser le Mouvement culturel berbère lors d'un match important…». « Leur refus a été catégorique, sous prétexte que le danger était trop grand. Le danger terroriste, bien sûr. Les dirigeants de la JSK à mon sens, ne sont pas réellement sensibles à la cause berbère. ». Le 24 novembre 1994, il a été l'hôte du directeur de l'UNESCO, en présence de nombreux hommes des arts, des lettres et des journalistes lui rendant hommage pour son combat pour la démocratie. À l'issue de cette rencontre, Lounès Matoub a remis à son hôte le coffret complet de son œuvre. Aussi, en guise de reconnaissance et de récompense pour son combat pour la démocratie, il reçoit le 6 décembre de la même année, le Prix de la Mémoire que lui a remis Madame Danielle Mitterrand à l'amphithéâtre de l'université de la Sorbonne à Paris. Il devient le chanteur le plus médiatisé. Sa popularité ne cesse de prendre de l'ampleur. Sa carrière de chanteur s'approfondit considérablement en faisant dans l'innovation artistique. Ses dernières productions parlent d'elles-mêmes tant sur le plan musical qu'à travers les textes. En dehors de la France où il se produit très souvent, Lounès Matoub a animé un gala le 16 janvier 1993 à Montréal, à l'occasion du nouvel an berbère, puis à New York le 20 janvier 1993 et en Californie le 13 mars de la même année.

A New York en 1993

En janvier 1995, il publie aux éditions Stock, à Paris, un livre sur sa vie qu'il considère comme un reflet de son parcours, il disait à propos de cela : « cet ouvrage est la somme de toutes les souffrances passées. Mon rapt, puis ma libération grâce à la mobilisation de la population a été le déclic qui a déclenché le besoin d'écrire. C'était un moment important dans ma vie. Quand j'ai été blessé, la population a été pour moi d'un grand réconfort psychologique. Par contre le dernier épisode a été très fort, très douloureux. 15 nuits de séquestration c'est 15 morts consécutives. J'en garde encore des séquelles. C'est ce qui m'a motivé pour écrire ce livre. L'écrit reste comme un témoignage impérissable du péril islamiste auquel certains osent trouver des circonstances atténuantes et vont même jusqu'à le soutenir ». Deux années après ce succès, en 1997 le rebelle rencontrera Nadia qui deviendra sa troisième femme. Le 25 juin de l'année suivante, revenant de Tizi-Ouzou, afin de rentrer chez lui en compagnie de sa femme et ses belles sœurs, Lounès Matoub fut lâchement assassiné par un groupe armé qui l'assaillit en tirant sur son véhicule d'une bourrasque de balles de kalachnikov. Tel un coup de tonnerre, l'information jaillissait de partout la Kabylie. Une grande révolte des populations de Lounès succéda à sa disparition… Bouleversé par les événements, attaché par fidélité à son combat et contraint de mener sa vie telle que voulue pour cause d'insécurité, telle était la situation dans laquelle s'était retrouvé Lounès Matoub. C'est son choix : « Moi j'ai fait un choix. Tahar Djaout avait dit : "il y a la famille qui avance et la famille qui recule". J'ai investi mon combat aux côtés de celle qui avance. Je sais que je vais mourir. Dans un, deux mois, je ne sais pas. Si on m'assassine, qu'on me couvre du drapeau national et que les démocrates m'enterrent dans mon village natal Taourirt Moussa. Ce jour-là, j'entrerai définitivement dans l'éternité ». De par ses textes, ses chansons, ses interventions… nul ne peut nier ni le talent de Lounès dans la chanson, ni son combat pour une Algérie debout, ni son militantisme zélé pour l'aboutissement de la revendication identitaire. Dans son dernier album il reprend l'hymne national à sa manière, malgré les dangers auxquels il s’exposait : « Je sais que ça va me valoir des diatribes, voire un enfermement, mais je prends ce risque, après tout il faut avancer dans la démocratie et la liberté d'expression » Il était aussi un fervent défenseur du système fédéral qu'il considérait comme solution à tous les maux de l'Algérie : « Le régionalisme est une réalité politique, il s'agit de l'assumer dans un système fédéral. L'histoire a façonné le peuple algérien suivant des composantes distinctes, qui expriment aujourd'hui des aspirations contradictoires. Il faut dédiaboliser cette notion de fédéralisme qui est une forme d'organisation très avancée. Régionaliser, c'est donner plus de pouvoir aux régions. C'est pour le bien de tout le pays. Plusieurs exemples dans le monde montrent l'efficience de cette forme d'organisation ».

 
Retourner au contenu | Retourner au menu