Commémoration du 34e anniversaire du Printemps berbère. Marche pour tamazight et les libertés démocratiques à Béjaïa - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Commémoration du 34e anniversaire du Printemps berbère. Marche pour tamazight et les libertés démocratiques à Béjaïa


       


Commémoration du 34 e anniversaire du Printemps berbère

MARCHE POUR TAMAZIGHT ET LES

LIBERTES DEMOCRATIQUES A BEJAÏA



© Le Soir d’Algérie | Dimanche 20 avril 2014
A. KERSANI


A l’instar des autres régions de Kabylie, Béjaïa se prépare activement à la plus symbolique des commémorations du 34e anniversaire du 20 avril 1980 à travers l’organisation d’une marche pacifique et transpartisane.

La manifestation de rue s’ébranlera à partir de 11h du campus universitaire Targa Uzemour vers le siège de la wilaya pour marquer cette date-repère dans l’histoire du combat démocratique et identitaire qui a ouvert les portes de l’espoir et de l’affranchissement démocratique aux Algériens. Initiée par une quarantaine de militants lors d’une réunion tenue le 11 avril dernier à Tighremt Toudja), située sur la côte-ouest de Béjaïa, la manifestation commémorative du 34e anniversaire du 20 avril 1980 s’inscrit, selon les organisateurs, dans un esprit d’unité des militants de toute la mouvance amazighe avec comme mots d’ordre majeurs, réaffirmer leur attachement aux valeurs d’Avril 1980, l’officialisation de tamazight et le respect des libertés démocratiques. «La Kabylie s’est investie dans le combat identitaire et la lutte pour les libertés démocratiques depuis l’émergence du mouvement national auquel elle a donné ses meilleurs enfants. Mais, cinquantedeux ans après l’indépendance, les questions identitaire, démocratique et nationale restent toujours posées avec acuité et aucun signe d’évolution vers les attentes profondes et légitimes des citoyens ne se dessine à l’horizon», notent les premiers signataires de la déclaration- appel dont Aziz Tari, Saïd Khelil, Mouloud Lounaouci, Doumane Saïd, Malika Baraka, Boukhari Saïd, Rachid Oulebsir, Mohand Aït Ighil, Chemekh Saïd, Boumedine Hamou, Ahmed Aït Bachir, Hitouche Rachid… Tout en s’élevant avec «la plus extrême énergie contre l’impunité dont jouissent les responsables des massacres du Printemps noir de 2001», les militants de la cause amazighe en appellent «à l’extrême vigilance pour déjouer les manœuvres d’implication de la Kabylie dans les luttes claniques dans lesquelles elle ne se reconnaît pas». «Par attachement à nos valeurs et pour le respect de notre mémoire collective, nous, signataires de cette déclaration, appelons à une présence massive aux marches commémoratives du 20 Avril suivies de recueillement à la mémoire des martyrs de la cause amazighe de la crise anti-berbère de 1949 jusqu’aux événements sanglants de 2001 en Kabylie», écrivent les signataires de l’appel tout en exprimant leur solidarité envers les Mozabites et les Chaouis. «Par cet appel, nous témoignons aussi notre solidarité avec les Mozabites qui résistent par le plus grand des sacrifices, afin de préserver leur identité culturelle et religieuse et dénonçons avec la plus grande vigueur toute atteinte, sous quelque forme que ce soit à la dignité des Amazighs des Aurès,» concluent les militants amazighs dans leur document. De son côté, le MAK a également appelé à une marche populaire à la même heure à partir de l’université Targa Uzemour vers le siège de la wilaya avec ses propres mots d’ordre.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu