Marche et escarmouches à Béjaïa - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Marche et escarmouches à Béjaïa


       


Béjaïa

MARCHE ET ESCARMOUCHES A BEJAÏA



© El Watan | Dimanche 20 avril 2014 | 20:10
Kamel MEDJDOUB


Il y a eu du monde à la marche de ce 20 avril à Béjaïa. On a répondu en nombre aux appels distincts du MAK, du MCB et du RCD pour commémorer le double anniversaire du printemps berbère et du printemps noir. Depuis le campus de Targa Ouzemmour, des carrés se sont formés. Le MAK a pris la tête de cette marche, en présence de son président du conseil national, Mouloud Mebarki, avec ses propres slogans revendiquant l’autodétermination de la Kabylie. Les Makistes ont crié «Pouvoir assassin» et repris ensemble des mots d’ordre du printemps noir.

Le MCB a formé son carré avec ses propres slogans revendiquant essentiellement «Tamazight langue nationale et officielle» et «le respect des libertés démocratiques». Les marcheurs ont exprimé aussi, à travers les banderoles et pancartes, leur solidarité avec les Chaouis et les Mozabites et crié leur refus du déni identitaire. Le RCD, qui a pris part à la marche avec son propre carré qui a fermé la procession, a, de son côté convoqué ses slogans dont celui relatif à la reconnaissance de la langue tamazight et à l’hommage aux victimes du printemps noir de 2001. À quelques dizaines de mètres du siège de la wilaya, la marche s’est finalement divisée.

Les carrés du MCB et du RCD se sont rassemblés devant la cité CNS où les attendaient des jeunes du quartier, vêtus en tee-shirt confectionnés pour la circonstance avec le Z amazigh, tandis que le MAK a préféré continuer pour se rassembler à proximité du siège de la wilaya. Là, des jeunes ont lancé des pierres à l’intérieur du siège qui abritait un renfort policier. Dans leur furie, les quelques jeunes ont frappé à coups de pied le portail de la wilaya pour le défoncer. Les organisateurs ont été vite dépassés par les évènements et leurs tentatives de ramener le calme ont été vaines. Le président du conseil national du MAK a pu tenir son meeting un peu plus loin du foyer de tension qui gagnait des crans. Le rassemblement des marcheurs du MCB et du RCD, lui, s’est déroulé dans le calme.

Prenant la parole, des animateurs du MCB ont réitéré les principales revendications du mouvement qui sont celles de la reconnaissance de l’identité et de la langue amazighes ainsi que le respect des libertés démocratiques. Le meeting s’est terminé dans le calme au moment où du côté du siège de la wilaya les quelques manifestants ne lâchaient pas prise. Dans leur détermination, ils ont réussi à défoncer un des portails du siège d’où sont finalement sortis des dizaines de CNS qui ont riposté par des bombes de gaz lacrymogènes. Beaucoup d’arrestations ont été opérées parmi les jeunes manifestants avant que le calme ne revienne dans ce coin de la ville.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu