En raison de la blessure de leur camarade lors des émeutes de Tizi Ouzou. Les lycéens de Houari-Boumediene, Bouira, manifestent - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

En raison de la blessure de leur camarade lors des émeutes de Tizi Ouzou. Les lycéens de Houari-Boumediene, Bouira, manifestent


       


En raison de la blessure de leur camarade lors des émeutes de Tizi Ouzou

LES LYCEENS DE HOUARI-BOUMEDIENE, BOUIRA, MANIFESTENT



© Liberté | Lundi 28 avril 2014 | 09:50
Hafidh BESSAOUDI


Les élèves du lycée polyvalent Houari-Boumediene de Bouira ont organisé une journée de protestation hier en signe de solidarité avec le jeune Aliouet Lounis, lycéen de ce même établissement, blessé lors des affrontements du 20 avril à Tizi Ouzou.

Les lycéens ont, dans un premier temps, refusé de rejoindre leur classe avant de se regrouper dans la cour de l’établissement en exigeant que les résultats de l’enquête soient rendus publics. "Nous voulons savoir qui a tiré une balle en caoutchouc dans l’œil de notre camarade et que le ou les coupables soient punis pour cette agression", clamera un de ses camarades. Le jeune Aliouet Lounis est originaire de Tizi Ouzou, mais réside à Bouira où il est scolarisé en 2e année secondaire au lycée Houari-Boumediene. Des enseignants et le personnel de cet établissement ont, par ailleurs, témoigné leur sympathie envers cet élève décrit comme calme et studieux. Par ailleurs, et pour dénoncer l’avis défavorable émis par le doyen de la faculté des lettres et langues de l’université Akli-Mohand-Oulhadj de Bouira, concernant la commémoration des activités du 20 Avril, les étudiants des départements de langues française, amazighe et lettres arabes ont fermé leur département respectif hier à la mi-journée. Selon des étudiants se proclamant du comité autonome des départements amazigh et français rencontrés sur place, la demande de soutien matériel et financier pour organiser les festivités n’ont pas eu l’aval du doyen. "Nous avons élaboré un programme s’étalant sur les journées de lundi et mardi avec la projection d’un documentaire, d’une conférence et des pièces théâtrales.

Le deuxième jour, il était prévu un gala artistique, mais le doyen a émis un avis défavorable concernant l’utilisation de la cour en prétextant l’aspect sécuritaire." Ainsi et pour exiger au doyen de revoir sa position, les départements ont été fermés par les étudiants qui ont menacé de geler la fac dès aujourd’hui, lundi, si le responsable ne revoit pas sa position.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu