Les journalistes français solidaires avec leurs confrères algériens - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Les journalistes français solidaires avec leurs confrères algériens

      SAMEDI 15 JANVIER 2005  >>     2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005


       


LES JOURNALISTES FRANÇAIS SOLIDAIRES
AVEC LEURS CONFRERES ALGERIENS



© Le Soir d’Algérie | Samedi 15 janvier 2005
A. G.


La Confédération générale des travailleurs de France a rendu public un communiqué dans lequel elle a exprimé sa position sur la situation de la presse en Algérie. Le SNJ-CGT affirme qu’en date du 18 janvier prochain, plusieurs journalistes algériens vont comparaître devant des tribunaux pour des délits de presse.

Le communiqué du syndicat français rappelle que ceci intervient au moment où des journaux comme Le Soir d’Algérie ont été condamnés en première instance à des amendes équivalentes à 300 000 euros. L’on peut lire aussi dans la même déclaration, que la totalité des journalistes poursuivis en justice, se sont distingués par des écrits qui révèlent des pratiques illégales. Le Syndicat national des journalistes, de la Confédération générale des travailleurs français SNJ-CGT, cite à titre d’exemple le cas de Hassane Zerrouky, rédacteur au journal Le Matinet collaborateur du quotidien français l’Humanité, mais également Abla Chérif, et Youcef Rezzoug, respectivement, journaliste et rédacteur en chef au sein du même quotidien (aujourd’hui suspendu). D’après le syndicat français, les attaques contre les journalistes sont une “atteinte à la liberté d’expression, à la liberté de la presse et à la démocratie”. Le même communiqué assure que cela est inadmissible à plus forte raisons que les journalistes en Algérie ont vaillamment résisté au terrorisme intégriste durant les années de braise. La corporation des journalistes algériens a payé un lourd tribut en raison de sa lutte contre le terrorisme. Plus d’une centaine de journalistes a été assassinée par les intégristes, rappelle la CGT dans son communiqué. Le SNJ-CGT a en outre exprimé son émotion et sa colère face au harcèlement de leurs confrères algériens. Un appel a par ailleurs été lancé à tous les journalistes français et européens afin de se mobiliser pour exiger la libération des journalistes emprisonnés, mais également de faire en sorte pour qu’aucun journaliste ne soit condamné lors de la comparution du 18 janvier prochain. Le communiqué SNJCGT conclut en affirmant que toute tentative de d’intimidation et de musellement trouvera sur son chemin la mobilisation de la communauté journalistique de France, mais également tous ceux qui portent l’Algérie dans leur cœur.


 
Retourner au contenu | Retourner au menu