Répression des marches et assassinat de militaires en Kabylie. Les interrogations des internautes - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Répression des marches et assassinat de militaires en Kabylie. Les interrogations des internautes


       


Répression des marches et assassinat de militaires en Kabylie

LES INTERROGATIONS DES INTERNAUTES



© Tout Sur l’Algérie | Lundi 21 avril 2014 | 14:17
Lilia OUFELLA


Au lendemain de la réélection de Bouteflika pour un quatrième mandat, deux évènements ébranlent la Kabylie. Dans la nuit du samedi à dimanche, 11 militaires ont été tués près Tizi Ouzou. Dimanche, les marches de célébration du 20 avril à Tizi Ouzou et Bejaïa ont été violemment réprimées par la police. Après ces deux événements, les réseaux sociaux s’interrogent sur la crédibilité des promesses de « stabilité » et « d’ouverture démocratique », de Bouteflika et de ses partisans.

Le journaliste Fayçal Métaoui se demande sur Twitter « où sont passées la sécurité et la stabilité promises par les pro-Bouteflika ? »






Le blogueur Baki 7our Mansour dresse le bilan des premiers jours de la réélection de Bouteflika.





« Elle est où la paix pour laquelle 81% du peuple a voté ? » se demande Léa. « Normalement Bouteflika avait mis fin au terrorisme, non ? » ajoute Amine sur Facebook.

Sur la Toile, de nombreux internautes se demandent comment se fait-il que les deux évènements (attentat contre les militaires et répression des marches) arrivent au même temps en Kabylie. « Ce qui se passe en Kabylie est une provocation du pouvoir pour détourner l’opinion publique et leur faire oublier le 4e mandat de Bouteflika », estime Meziane Abane sur Facebook. «  Des militaires tués en Kabylie + marche pacifique réprimée en Kabylie. Le mot d’ordre c’est d’asphyxier la Kabylie avec tous les moyens possibles », note Guevara. « Ils veulent faire peur aux gens et comme par hasard c’est à Tizi Ouzou. Et l’info sort le jour de la commémoration du printemps Amazigh », souligne Massinissa.

En dehors des nombreuses questions que se sont posées les facebookeurs et les twittos, la plupart ont exprimé « leur sincères condoléances » aux familles  des militaires tués et ont dénoncé la répression de la marche du 20 avril en Kabylie. Des vidéos et des images des affrontements ont fait le tour des réseaux sociaux et des internautes ont décidé de remplacer leur photo de profil par une image noir en signe de deuil.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu