Empêchement de la marche du MAK. Les divagations du wali de Tizi Wezzu - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Empêchement de la marche du MAK. Les divagations du wali de Tizi Wezzu


       


Empêchement de la marche du MAK

LES DIVAGATIONS DU WALI DE TIZI WEZZU



© Tamurt Info | Lundi 21 avril 2014 | 20:00
Karima OUFLI


Devant la gravité de la situation et de la sauvagerie des services de sécurité, le wali de Tizi Wezzu, Abdelkader Bouazgui, a tenté de donner des explications à travers un communiqué de presse. Il veut faire croire que la marche n’a pas été empêchée et que c’est la faute aux militants du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) qui n’ont pas défini l’itinéraire à emprunter. Premièrement, le MAK n’a jamais demandé d’autorisation, en plus l’itinéraire traditionnel de toutes les marches du 20 avril est connu de tout le monde depuis 1980 à ce jour. Elle débute devant l’université de Hasnoua en passant par la rue Lamani et le centre ville, pour se terminer devant le siège de l’ancienne mairie de Tizi Wezzu.

Le communiqué n’a même pas osé citer le cigle du MAK comme initiateur de cette marche commémorative, il a parlé du MCB, un mouvement enterré depuis plus de 10 ans. « Le musellement de l’expression de telles revendications légitimes relève d’une autre époque, une époque révolue. Pour la marche qui était prévue le dimanche 20 avril 2014, à l’occasion de la célébration du Printemps berbère, les services de l’Etat chargés de l’ordre et soucieux de la sécurité du citoyen avaient arrêté un dispositif destiné à encadrer et à accompagner les marcheurs sur le parcours à emprunter. Malheureusement, plusieurs itinéraires et points de ralliement ont été différemment proposés par des groupes de marcheurs qui n’ont pas pu s’entendre sur le choix du parcours à suivre. Les dissensions entre marcheurs ont provoqué hélas la confusion et ont excité les esprits. Certaines personnes, mues probablement par des intentions inavouées, ont eu des comportements intempestifs, allant jusqu’à jeter des pierres sur des agents de l’ordre public qui avaient la seule mission d’encadrer la marche, de la sécuriser et non de l’empêcher », explique le wali.

Certes, l’interdiction dépasse les prérogatives du wali, elle a été dicté certainement par les vrais décideurs, le DRS, mais le wali de Tizi Wezzu s’est distingué encore une fois par sa haine envers tout ce qui représente la Kabylie et plus particulièrement le MAK. Des balivernes qui ne peuvent guère tenir debout. S’il y a un problème d’itinéraire, pourquoi alors les manifestants Chaouis ont été empêchés de se rendre en Kabylie la veille de la marche ? Le wali de Tizi Wezzu reste responsable tout de même devant l’histoire de tous les dérapages qui peuvent survenir. Aux dernières nouvelles, une enquête est ouverte par les services de sécurité pour démasquer les responsables de la répression contre les militants du MAK d’hier, alors qu’en ce moment même d’autres étudiants sont en train d’être lynchés à Tizi Wezzu !

 
Retourner au contenu | Retourner au menu