Les craintes de la corporation - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Les craintes de la corporation

      MARDI 31 JANVIER 2006  >>     2005 | 2006


       


Rassemblement hier à la Maison de la presse Tahar Djaout


LES CRAINTES DE LA CORPORATION



© El Watan | Mardi 31 janvier 2006
Rabah BELDJENNA


En dépit d’une présence modeste au rassemblement initié hier par le Comité Benchicou pour les libertés à la maison de la presse Tahar Djaout, à Alger, la détermination, elle, reste intacte, véhiculée par des mots chargés d’émotions. Détermination surtout parce que les pressions qui pèsent, ces derniers temps, sur les gens de la plume font craindre le pire pour la presse libre à l’avenir.

Ce que d’aucuns ont compris. « On va vivre une année 2006 particulière parce qu’ils (les pouvoirs publics, ndlr) ont décidé de manière totale de mettre en application le code pénal », avertit le directeur de publication d’El Watan. M. Belhouchet estime que « le modèle autoritaire va se mettre en place avec la manne financière ». Ainsi, suggère-t-il de multiplier des initiatives (rassemblement, pétitions...) pour poser le problème des graves atteintes à la liberté de la presse et à la libre expression. « Cela devrait nous réveiller et nous donner à réfléchir pour affronter le harcèlement à travers une large mobilisation », a-t-il dit. Lui succédant, M. Brerhi du CCDR est allé dans le même sens. « Nous sommes une bande irréductible, on doit s’interroger sur une forme d’organisation que la société civile doit prendre », a-t-il préconisé. Le représentant du CCDR, parti non encore agréé, va plus loin en estimant que ce n’est pas seulement la liberté d’expression qui est en danger, mais la liberté de la vie. « Le pouvoir va plus loin que museler la presse, ce n’est que la partie visible de l’iceberg », a-t-il dit. Ali Djerri, directeur général d’El Khabar, n’en dira pas moins. Lui, qui est déjà scandalisé par l’emprisonnement de l’un de ses journalistes, Bachir Larabi en l’occurrence. Les intentions des autorités, selon lui, sont claires : étouffer la presse. « Elles ont confirmé, à travers l’emprisonnement de Larabi, que leur seule préoccupation, ce sont les journalistes », a-t-il tranché. Pour lui, le correspondant à El Bayadh n’a fait que son travail : « Dénoncer le wali, des preuves à l’appui. » Et d’ajouter : « Logiquement, c’est au procureur de s’autosaisir de cette affaire. » M. Djerri met lui aussi en exergue la détermination de la corporation. Si Hassan Abdelkrim, ancien officier de l’ALN, accompagné de l’une de ses amies de combat, la Française Anis Stiller, regrette « certains comportements qui sont contraires à ceux pour lesquels on a milité pour la libération du pays ». Emue, Mme Stiller exprime, elle aussi, sa crainte pour la presse. « Si je suis là aujourd’hui, c’est parce que j’ai peur », a-t-elle dit avant de trancher : « Vous continuez, car c’était autre chose que voulait le 1er Novembre. » Une déclaration contrastée par le climat d’oppression et de répression que vit la corporation. Ainsi pour la seule année 2005, « 18 journalistes ont été condamnés à la prison ferme et risquent d’être embastillés à tout moment », rappelle le Comité Benchicou pour les libertés dans une déclaration-pétition lue à l’occasion. Aux yeux du comité, « ce triste palmarès détenu par l’Algérie des années 2000 est le résultat d’un climat de tension sciemment entretenu par le régime pour tuer ce qui reste de liberté dans la presse avant de liquider les autres libertés. Toutes les libertés. » Le comité exige la cessation immédiate du harcèlement systématique des journalistes, la libération de Mohamed Benchicou et de Bachir Larabi et la relaxe de tous les journalistes condamnés à des peines fermes. Il demande également l’abolition de l’article 144 bis du code pénal et l’adoption d’une loi qui promeut la liberté de la presse et protège le journaliste dans l’exercice du métier. Le comité appelle enfin l’ONU ainsi que les ONG de défense des droits de l’homme à exiger de l’Etat algérien de se conformer aux conventions et pactes internationaux relatifs à la liberté d’expression et à la liberté de presse ratifiés par. Il demande enfin à l’UE, à travers l’application de l’article 2 de l’accord d’association, d’user de toute son influence pour le respect par les pouvoirs publics de la liberté d’expression.


 
Retourner au contenu | Retourner au menu