Le procès de l’assassinat de Lounès Matoub s’ouvre aujourd’hui - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Le procès de l’assassinat de Lounès Matoub s’ouvre aujourd’hui

Kabylie > Matoub Lounès > 2011
      LUNDI 18 JUILLET 2011   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


Tizi Ouzou 13 années après l’assassinat du rebelle

LE PROCES DE L’ASSASSINAT DE LOUNES
MATOUB S’OUVRE AUJOURD’HUI


© La Dépêche de Kabylie | Lundi 18 Juillet 2011
Omar Zeghni

Après moult tergiversations, le procès de l’affaire de l’assassinat de Lounès  Matoub, s’ouvrira aujourd’hui, à Tizi Ouzou. La programmation du procès  intervient après trois reports, le dernier en date a été prononcé le 8 juillet  2008  sur demande de la famille de Matoub pour un " complément d’enquête " Ce  dernier a été clôturé par le magistrat instructeur le 16 juin dernier, et remis  au parquet le même jour. Le procès de l’affaire de l’assassinat de Lounès Matoub sera examiné aujourd’hui,  par le tribunal criminel prés de la cour de justice de la wilaya de Tizi Ouzou.

Deux des principaux accusés, Hakim Chenoui et Malik Madjnoune, en détention  provisoire depuis plus de 12 ans, comparaîtront une nouvelle fois devant le  tribunal. Du côté de la fondation qui porte le nom du défunt ,cette dernière a dénoncé dans une déclaration, un " simulacre de procès ". La fondation  estime à ce sujet,  " voilà que le pouvoir algérien nous annonce une fois de plus la tenue d’un   simulacre de procès pour le 18 juillet 20011. Un procès à la hussarde, visant à  faire passer le crime politique embarrassant pour les hautes sphères du pouvoir  et leurs sous traitants locaux, pour un simple fait divers de droit  commun” et de s’interroger, un peu plus loin, " qu’a-t-on fait depuis 13 années maintenant pour aller vers un procès aujourd’hui ? A-t-on apporté la  moindre réponse à toutes les questions qui restent posées par la famille, la  fondation et la population kabyle ?"

La fondation qui porte le nom du  chantre de l’amazighité ajoute qu’à toutes ces interrogation " rien n’a été  entrepris "  citant notamment " l’étude balistique , la reconstitution des faits  , l’audition des témoins vivants parmi les riverains et autres personnalités  connues pour leurs positions , rendues publiques  sur cette affaire " . Pour rappel , la partie civile avait , le 8 juillet dernier, lors de la tenue du  procès , déposé une liste additive de témoins cités , en nombre de 51 noms ,  parmi les personnalités et autres acteurs politiques de l’époque. Des sources  proches du dossier, nous ont fait savoir, à ce propos, qu’une personne n’a pas répondu à la  convocation de la justice contrairement aux cinq témoins à décharge dont la  liste nominative a été présentée par le collectif d’avocat de Malik Madjnoune.  Les cinq témoins ont été auditionnés dans le cadre du complément d’enquête.  La  présidente de la fondation Matoub, face à se qu’elle a qualifié d’ "omerta imposé " s’est dit " déterminée " pour " exiger toute la vérité sur l’assassinat  du poète rebelle".

Elle a, dans la même déclaration, signifié son rejet de  " toutes les mascarades judiciaires " et de tout procés-maison " qui vise à  juger des lampistes ". De leur coté , les membres du comité de soutien à l’un  des principaux accusé , Madjnoune en l’occurrence , ont fait  appel , dans une  déclaration diffusée hier , aux autorité judiciaires de la cour de Tizi-Ouzou  pour lui  " assurer un procès juste et équitable ". Ils ont signifié dans le même document, leur " principale revendication ", à savoir, comme ils l’écrivent " Si Madjnoune est coupable qu´on le condamne, s´il est innocent qu´on le libère. Mais ce n´est pas normal ni réglementaire qu´il reste plus de 12 ans en détention  provisoire". Malik Madjnoune a été pour rappel arrêté le 28 septembre 1999  quelques jours après l’arrestation de Chenoui , l’autre accusé dans l’affaire et  gardés en détention préventive depuis. Madjnoune a été présenté au procureur de  la République le 02 mai 2000, un non lieu lui a été notifié, avant que le  parquet ne fasse appel de la décision.

Contacté, hier, par nos soins, Malika Matoub a confirmé sa présence aujourd’hui dans le procès " On sera là pour  savoir ce qu’ils diront " a-t-elle souligné  (voir entretien). Elle exprimera,  par contre, son " souhait " de voir les autres témoins assister à l’image des  deux sœurs de la Nadia, veuve de Lounès "  elles doivent être là pour apporter leurs  témoignages " nous dira -t-elle. L’avocat de Madjnoune nous affirmera que la  " cause " de son client n’est pas " contre une recherche véritable des assassins  de son idole, voire de son frère de lait d’après une interview de  la Maman de Matoub. La famille du défunt ne croit pas à la culpabilité des mis en cause. "  Ajoutant, dans le même sens, que l’une des sœurs de la veuve de Matoub " dit  pouvoir reconnaître un des assassins et si c’était l’un des deux accusés elle  aurait certainement avoué! ". Treize ans l’assassinat du rebelle à Tala Bounane   sur le Cw 100 reliant la ville de Tizi Ouzou à Beni Douala, le 25 Juin 1998,  Lounès Matoub reste un symbole de l’engagement pour le triomphe des libertés.

La  vérité sur son assassinat, ne sera, comme nous le disait le 25 juin dernier ,lors de la commémoration de son assassinat à Tawrirt Moussa, un de ces milliers de  jeunes kabyles qui lui sont restés fidèles, que "  le triomphe de la justice ".

 
Retourner au contenu | Retourner au menu