Le procès de l’assassinat de Lounès Matoub avant le 14 juillet - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Le procès de l’assassinat de Lounès Matoub avant le 14 juillet

Kabylie > Matoub Lounès > 2011
      LUNDI 20 JUIN 2011   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


Des sources judiciaires confirment sa programmation durant l’actuelle session criminelle

LE PROCES DE L’ASSASSINAT DE LOUNES
MATOUB AVANT LE 14 JUILLET


© La Dépêche de Kabylie | Lundi 20 juin 2011
Omar Zeghni

Le procès des deux auteurs présumés de l’assassinat de Matoub Lounes, ravi aux siens le 25 juin 1998 , devrait se tenir avant le 12 juillet prochain. C’est du moins ce que nous avons appris, hier, de sources judiciaires qui ont, dans la foulée,  fait savoir que le président de la Cour a réitéré à l’un des deux principaux accusés, Madjnoune Malik en l’occurrence, " la promesse que le procès aura bel et bien lieu " à la fin de l’actuelle session criminelle et ce lors du passage, pour la sixième reprise, des épreuves du baccalauréat scientifique.

Notre source indique, à ce propos, que le magistrat chargé de l’affaire a clos le dossier et a adressé, le jeudi 16 juin , une lettre au parquet général pour signifier, ajoute notre source, l’arrêt de l’instruction. Le parquet a, le même jour, demandé à la présidence du tribunal criminel de programmer le procès. Ce qui laisserait entendre que le passage de cette affaire devant les juridictions compétentes interviendrait avant le 14 juillet prochain, dernier jour de l’actuelle session criminelle qui s’est ouverte le 20 Mai dernier. Contacté en fin d’après midi d’hier, par la Dépêche de Kabylie, Me Ait Habib Boubekeur, avocat de l’un des deux principaux prévenus, Malik Madjnoune en l’occurrence, nous a confirmé l’information, faisant justement état de la programmation du procès de l’assassinat de Lounes Matoub au cours de l’actuelle session criminelle. Notre interlocuteur rappellera, à l’occasion, les circonstances de l’arrestation de son client qui est, faut-il le souligner, à sa douzième année de détention préventive. Me Ait Habib insistera sur le fait que le procès revêt " plus " un caractère politique. Pour rappel, Malik Madjnoune a été arrêté le 28 septembre 1999, soit une année après la fatidique journée du 25 juin, prés de chez lui, après treize jours de l’arrestation de Chenoui, l’autre accusé dans l’affaire. Me Ait Habib dira, dans ce sens, que Madjnoune a été présenté au procureur de la République le 02 mai 2000, " plus de sept mois après ", ironisera t-il, et qu’un non lieu lui a été notifié, mais le parquet a fait appel de cette décision. Depuis, les deux coaccusés, dans une affaire qui continue de tenir en haleine l’opinion nationale et internationale, attendent la tenue du procès. "Malik Madjnoune a passé, pour la sixième fois consécutive, les épreuves du baccalauréat scientifique. Pendant les épreuves d’examen, il a été approché par M le Président de la cour qui lui a réitéré la promesse que le procès aura bien lieu en fin de la session actuelle. Ce procès à caractère politique, diraient certains, empoisonne plus le concerné qui, depuis douze années, clame son innocence ",  soulignera l’avocat de Malik Madjnoune. De son coté, la présidente de la fondation qui porte le nom du rebelle, Malika Matoub en l’occurrence, a, dans un récent entretien  qu’elle nous accordé, déclaré sur une question relative à la tenue du procès avant la fin de l’actuelle session criminelle "  Je n’ai reçu aucune convocation et je n’ai pas été auditionné par un quelconque juge. La dernière fois, ce fut le jour du procès et ça été reporté. Le juge a décidé de renvoyer le procès pour un complément d’enquête que nous avions qualifié de première, car le dossier est revenu à la case départ. Il est actuellement en instruction. " . Malika Matoub indiquera, un peu plus loin, que la "  justice n’a pas assez d’éléments. Si le procès se tient dans l’état actuel des choses, ça serait une parodie de justice, car beaucoup de choses n’ont pas été faites, à commencer par la reconstitution des faits. Il y a eu mort d’homme. Matoub a été tué sur la route de Tala Bounane. Il faut qu’il y ait reconstitution des faits en prenant compte des témoignages de Nadia (veuve Lounes), Ouardia et Farida ". Par ailleurs, la fondation Matoub Lounés a prévu, pour cette semaine dédiée au rebelle, un programme d’activités pour la commémoration du treizième anniversaire de l’assassinat de Lounes. La fondation prévoit, pour l’ouverture qui interviendra le Mercredi prochain, un recueillement à Taourirt Moussa, une cérémonie qui sera marquée par les interventions de la mère du Rebelle et de sa soeur Malika. Il y aura également au programme une exposition des différentes associations culturelles, des projections vidéo du film Rebelle réalisé par la chaîne BBC, un concours de poésie, Une pièce théâtrale de Mohia présentée par  la troupe de Ait Ouacifs. Des activités qui auront lieu, exclusivement, à l’école primaire de Taourirt Moussa. Concernant le prix du mérite décerné annuellement par la fondation Matoub, sa présidente nous fera savoir que le prix consacrera  cette année la meilleure revue de presse faite autour de l’œuvre du rebelle. Treize années sont donc passées depuis son assassinat sur le chemin qui monte vers Ath Douala , Tala Bounane précisément  , Lounes Matoub continue de vivre dans les profondeurs d’une Kabylie qui n’oublie jamais ses enfants qui se sont donnés corps et âmes pour la faire vivre.

Les jeunes pour qui Lounes vouait un amour indéniable font, aujourd’hui, de lui un artiste, bien plus, un guide qui ravive la flamme de la lutte, du combat pour s’affirmer dans une vie impitoyable. Sa voix, qui a longtemps bercé le combat identitaire, continue de maintenir la flamme dans les cœurs de tous ceux qui croient toujours à son combat, à ses idéaux …

 
Retourner au contenu | Retourner au menu