Hommage. Le portrait de Matoub Lounès attendu à Tizi-Ghenif - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Hommage. Le portrait de Matoub Lounès attendu à Tizi-Ghenif

Kabylie > Matoub Lounès > 2008
      JEUDI 13 NOVEMBRE 2008   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


Hommage

LE PORTRAIT DE MATOUB LOUNES ATTENDU A TIZI-GHENIF


© La Dépêche de Kabylie | Jeudi 13 Novembre 2008
Amar Ouramdane

“Nous allons faire en sorte à ce que toutes les stèles érigées à la mémoire de Lounès Matoub soient restaurées et entretenues”, nous avait déclaré M. Dalil Makhloufi, président de l’Association Tagmats de Lyon qui fait un travail titanesque pour que personne n’oublie celui qui a donné sa vie pour la culture amazighe et la démocratie.

Effectivement, notre interlocuteur nous a fait état du laisser-aller des autorités locales dans la sauvegarde de toutes ces stèles. D’ailleurs, durant les quelques jours de vacances qu’il a passé au bled, Dalil s’est rendu dans tous les villages où il y a des stèles de Matoub Lounès. Parfois, nous a-t-il confié, il était content lorsqu’il avait visité l’une de ces stèles à Tizi Gheniff, et comme il fut écœuré devant celle de Bouthaima où il ne reste que le mémorial. “Cela m’a fait un grand plaisir en voyageant en Kabylie et en visitant ces stèles”, nous avait-il dit. En allant jusqu’à Lqahwa n’Sebt, Dalil a rencontré des jeunes qui lui ont fait état du manque au niveau de cette stèle achevée à presque cent pour cent. “Pour le portait, je leur ai promis que notre association va faire quelque chose pour contribuer à son acquisition”, avait mentionné Dalil dans un entretien que nous lui avions accordé. Dix ans se sont passés après le lâche assassinat du chantre de la culture amazighe, il est attendu que chacun veille sur la mémoire de ce démocrate convaincu. Les stèles érigées à son effigie témoignent de sa grandeur. Celle de Tizi N’tletta a été restaurée : portrait de Lounès avec celui de feu Da Ali Zamoum, un autre militant de la démocratie, des libertés, des droits de l’homme et un grand maquisard de la guerre de Libération nationale sont côte à côte. C’est plus que symbolique. A Draâ El Mizan, le portrait de l’auteur Lettre ouverte aux… est repeint et a repris sa clarté. “Nous allons bientôt le remettre à sa place. Peut être, ces jours-ci, mais nous attendons la disponibilité de Na Aldjia qui nous a promis de revenir après avoir assisté à la commémoration qui lui a été dédié à l’occasion de son dixième anniversaire de sa disparition en juin”, répondu un membre du Mouvement associatif à qui nous avons fait état du vide laissé par ce portait.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu