Le mouvement associatif fête Tafsut imazighen à Béjaïa - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Le mouvement associatif fête Tafsut imazighen à Béjaïa

      JEUDI 20 AVRIL 2006   >>     2006 | 2014


       


LE MOUVEMENT ASSOCIATIF FETE TAFSUT IMAZIGHEN A BEJAÏA



© Le Soir d’Algérie | Jeudi 20 avril 2006
A. KERSANI


Béjaïa vit, depuis samedi passé, au rythme des festivités commémoratives du 26e anniversaire du Printemps amazigh et de l’an cinq de la révolte de Kabylie. Conférences-débats, meetings, expositions sont autant d’activités observées ici et là à travers plusieurs localités de la wilaya pour la circonstance à l’initiative du mouvement associatif.

A la Maison de la culture de Béjaïa, ce sont des portes ouvertes sur le livre amazigh qui sont organisées du 15 au 20 avril par le collectif des auteurs amazighs visant à faire de ce 26e anniversaire du printemps berbère “un moment de richesse, de pluralité et non pas un moment d’exclusion et d’anathème politique”. Divers thèmes, liés à la littérature amazighe et à son développement, seront abordés tout au long de cette semaine culturelle par des universitaires, des auteurs et des chercheurs. La manifestation culturelle a été inaugurée dans l’après-midi de samedi passé par une rencontre poétique intitulée Echanges. Elle a regroupé trois auteurs intervenant dans trois langues différentes : Rabia Djalti, poétesse en arabe et enseignante à l’université d’Alger, Lezhari Lebtar en langue française, et Brahim Tazaghart en tamazigh. Le secrétaire général du HCA, Youcef Merahi, a animé de son côté, dans l’après-midi de dimanche, une conférence sous le thème “L’enseignement de tamazight : bilan et perspectives”. “La problématique de l’édition du livre amazigh” sera aussi le sujet central d’une table ronde prévue pour la journée de lundi avec la participation des auteurs, des éditeurs, des librairies et des journalistes. Les élus locaux, les responsables au niveau de l’éducation, de la culture, et de l’université auront également à débattre autour du sujet lié aux institutions élues et administratives et au développement du livre amazigh. D’autres thèmes ayant trait à la problématique de l’écriture et la diffusion de la néo-littérature kabyle, la problématique de la traduction seront aussi traités par le Dr Chemakh de l’université de Tizi Ouzou et le Dr Kamel Bouamara, enseignant à l’université de Béjaïa, à l’issue de ces portes ouvertes sur le livre amazigh, dont la clôture est programmée pour vendredi par une conférence de Yahia Bellil, inspecteur de langue amazigh et une représentation théâtrale de la troupe Numidia d’Oran. L’association féminine Rachda de Béjaïa a décidé, cette année, de commémorer le 20 avril à travers un hommage rendu au juriste consult Abderrahmane El Oughlissi dans la municipalité de Tinebdar (Sidi Aïch). L’association féminine, proche de Khalida Messaoudi, a choisi la célébration de la journée de Youm el Ilm pour donner le coup de starter des festivités commémoratives du double anniversaire du Printemps berbère et des évènements tragiques d’avril 2001 par l’annonce de la naissance de la fondation Abderrahmane-El Oughlissi. Un concours de dessin, des exhibitions de karaté, un cross féminin et une exposition constituent l’essentiel des activités mises sur pied par ladite association dans le cadre de ce 20 avril. Toujours à Sidi Aïch, à l’initiative du groupe Gehimab de l’université de Béjaïa, une conférence retraçant le passé de la région de Sidi Aïch a été animée conjointement par le Dr Djamil Aïssani, professeur à l’université de Béjaïa, et une sociologue allemande Judith Schelle, auteur d’une thèse de doctorat sur la Kabylie. Des témoignages s’appuyant sur un livre Monographie de Sidi Aïch, écrit en 1906 par un ancien instituteur de la localité, en l’occurrence Maurice Veller, ont permis à l’assistance nombreuse dans la salle des fêtes Youcef- Abdjaoui de s’informer, un tant soit peu, de l’histoire de leur ville depuis 1889. Des photos de la ville datant du 19e siècle ont été également exposées pour la circonstance.


 
Retourner au contenu | Retourner au menu