Affaire Matoub Lounès. Le comité de soutien de Malik Medjnoun interpelle les instances internationales - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Affaire Matoub Lounès. Le comité de soutien de Malik Medjnoun interpelle les instances internationales

Kabylie > Matoub Lounès > 2011
      MERCREDI 20 JUILLET 2011   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


Affaire Matoub Lounès

LE COMITE DE SOUTIEN DE MALIK MEDJNOUN
INTERPELLE LES INSTANCES INTERNATIONALES


© Tout Sur l’Algérie | Mercredi 20 juillet 2011 | 14:36
Imene Brahimi

Après la famille du chanteur et l'avocat d'Abdelhakim Chenoui, c'est le clan de l'autre accusé de l'assassinat de Matoub Lounes, Malik Medjnoun, qui prend la parole pour contester l'issue du procès. Le comité de soutien de Malik Medjnoun vient d'interpeller les instances internationales. Lundi, les deux accusés ont été condamnés à douze ans de prison pour appartenance à un groupe terroriste et complicité d'assassinat. Un verdict qui ne satisfait pas le comité de soutien.

« Le procès juste et équitable demandé la veille de sa tenue n'a pas eu lieu pour notre frère innocent Malik Medjnoun. Devant cette situation dangereuse, nous interpellons les instances internationales à travers des ONG de défense des droits de l'homme, afin d'user de leurs compétences pour interpeller le président de la République, premier magistrat du pays à intervenir pour réétudier l'affaire de Malik Medjnoun et faire toute la lumière sur l'assassinat de notre idole Lounès Matoub », est‑il écrit dans un communiqué rendu public par le comité de soutien. Pour le même comité, à travers le procès de lundi dernier, « la justice algérienne vient de prouver son incompétence, après une gestion catastrophique du dossier de Malik Medjnoun ». Pour les rédacteurs du document, il est clair que le procès est une « mascarade judiciaire qui n'honore guère la justice algérienne » et ils s'interrogent notamment sur le fait qu'aucun membre du jury n’ait soufflé mot quant à la demande, par la famille Matoub, d’une véritable enquête.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu