La wilaya se défend et la Dgsn enquête - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

La wilaya se défend et la Dgsn enquête


       


Suite aux incidents de la marche du 20 avril à Tizi Ouzou

LA WILAYA SE DEFEND ET LA DGSN ENQUETE



© L’Expression
| Mardi 22 avril 2014


Certains réseaux sociaux avaient diffusé une vidéo montrant des individus en tenue de police agressant des jeunes. Les graves incidents qui ont marqué la marche du 20 avril et surtout la diffusion d'une vidéo montrant des policiers frappant un manifestant à terre, ont provoqué un tollé sur les réseaux sociaux et dans l'opinion nationale.

Très vite les services de la wilaya de Tizi Ouzou affirment que les services de l'ordre avaient pour mission de protéger les marcheurs. Quelques heures après les heurts qui ont émaillé la marche du 20 avril, les services de la wilaya de Tizi Ouzou ont, dans un communiqué, signé par le wali, démenti les contrevérités colportées par certaines parties que le document ne nomme pas. Les services de sécurité, contrairement à ce qui a été colporté sur l'empêchement de la marche, n'avaient aucune intention de le faire. Bien au contraire, mentionne le document, se trouvant sur le site de la wilaya, les cordons de sécurité présents sur les lieux avaient comme ordre de protéger les manifestants du point de départ de l'université de Tizi Ouzou pour se diriger vers le centre-ville. Ce sont, ajoute le même document, les parties ayant pris part à la marche qui ne s'étaient pas entendues sur l'itinéraire. La situation de confusion qui avait résulté de ces appels anarchiques, a fait que certains jeunes non identifiés s'en sont pris à la police par les jets de pierres. Par ailleurs, ce document rappelle qu'il n'y a eu aucune répression. Les heurts avaient comme origine les jeunes qui voulaient en découdre avec les policiers qui avaient pour mission de protéger la marche et les biens publics et ceux des citoyens. Enfin, à mentionner également que les services de la wilaya de Tizi Ouzou ont tenu à dénoncer les tentatives de semer la confusion et gâcher la célébration de cette date historique qui fait partie intégrante de l'Histoire nationale. Les services de l'ordre ne sont là que pour encadrer et protéger les marcheurs.

De son côté, le directeur général de la Sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel, a instruit hier les autorités compétentes d'ouvrir une enquête urgente sur le contenu d'une vidéo montrant des agissements de policiers, contraires à l'éthique professionnelle dans la wilaya de Tizi Ouzou. «Suite à la diffusion d'une vidéo montrant des agissements d'individus en tenue de police, contraires à l'éthique professionnelle», le général-major Abdelghani Hamel «a ordonné l'ouverture d'une enquête urgente», a indiqué le responsable de la communication et des relations publiques à la Dgsn, le commissaire-divisionnaire, Djilali Boudalia, qui a relevé que «le contenu de la vidéo montre des agissements inadmissibles et portant préjudice au corps de la police, quelles qu'en soient les motivations». Il a également ordonné de «prendre toutes les mesures disciplinaires et légales qui s'imposent contre toute personne qui porte atteinte à la dignité du citoyen et à l'éthique professionnelle».

Certains réseaux sociaux avaient diffusé une vidéo montrant des individus en tenue de police agressant des jeunes lors des échauffourées ayant opposé, dimanche dernier à Tizi Ouzou, les forces de l'ordre à un groupe de jeunes pendant une marche organisée à l'occasion de la commémoration des événements du Printemps berbère.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu