Procès Matoub Lounès. La peine maximale requise contre les deux assassins présumés - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Procès Matoub Lounès. La peine maximale requise contre les deux assassins présumés

Kabylie > Matoub Lounès > 2011
      LUNDI 18 JUILLET 2011   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


Procès Matoub

LA PEINE MAXIMALE REQUISE CONTRE
LES DEUX ASSASSINS PRESUMES


© Tout Sur l’Algérie | Lundi 18 juillet 2011 | 16:13
Imene Brahimi

Le représentant du ministère public a prononcé dans l’aprèsmidi de ce lundi 18 juillet son réquisitoire dans l’affaire des deux présumés assassins du chanteur Kabyle Matoub Lounès, assassiné le 25 juin 1998 à Thala Bounane, sur la route de Béni Douala.

Le procureur de la république près le tribunal criminel de Tizi Ouzou a requis la peine maximale contre les deux prévenus, Abdelhakim Chenoui et Malik Medjnoun qui purgeaient déjà 13 ans de détention préventive. Après avoir auditionné les mis en cause qui ont tous les deux nié toute implication dans l’assassinat de Matoub Lounès et après s’être longuement étalés sur les tortures qu’ils ont eu à subir dans les locaux des services de la « sécurité militaire » après leur arrestation, le juge du tribunal a entendu cinq témoins à décharge de Malik Medjnoun. Tous les cinq ont déclaré que Malik Medjnoun travaillait avec eux dans un restaurant et qu’il était présent dans leur local durant toute la journée du 25 juin 1998, y compris au moment où Matoub a été assassiné.

Avant l’audition des accusés, la séance fut suspendue pour un moment pour la troisième fois depuis l’ouverture du procès à 9 h 30. La partie civile, représentée par la sœur et la mère du défunt chanteur a refusé que le nom de Matoub Lounès soit cité dans ce procès qui ne traite pas de « l’affaire Matoub ». A la reprise de la séance, même la deuxième partie civile, représentée par sa veuve et les sœurs de cette dernière s’est retirée de l’audience et a quitté la salle. La lecture de l’arrêt de renvoi a été faite sans qu’à aucun moment ne soit cité le nom du chanteur assassiné.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu