La DGSN dépêche des enquêteurs pour définir les responsabilités - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

La DGSN dépêche des enquêteurs pour définir les responsabilités


       


LA DGSN DEPECHE DES ENQUETEURS

POUR DEFINIR LES RESPONSABILITES



© La Nouvelle République | Mercredi 23 avril 2014
Radia ZERROUKI


Une enquête urgente a été enclenchée par la direction générale de la Sûreté nationale à la suite des évènements survenus dimanche et lundi dans la wilaya de Tizi Ouzou.

D’éventuels dépassements de la part de certains agents du maintien et du rétablissement de l’ordre public et des images et vidéos diffusées sur internet doivent être vérifiés. En effet, le département du général-major Abdelghani Hamel a ordonné avant-hier l’ouverture d’une enquête approfondie afin de déterminer toutes les circonstances des évènements et actes signalés. Contacté à ce sujet, le commissaire divisionnaire Djilali Boudalia, directeur central de la communication et des relations publiques à la DGSN, a indiqué que des instructions ont été données aux services compétents pour l’ouverture d’une enquête immédiate sur le contenu d’une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montrant des agissements inadmissibles et surtout contraire à l’éthique professionnelle de la police. M. Boudalia a, de même, souligné que la DGSN attendra les résultats de l’enquête avant de se prononcer et procèder à la prise des décisions adéquates aux circonstances relevées. Autrement-dit, si la vidéo est réelle et les personnes filmées sont des agents de police agissant contrairement à l’éthique, «la DGSN n’hésitera pas à prononcer des sanctions nécessaires à l’égard des contrevenants qui portent dans ce cas une atteinte à l’image de l’institution». Le représentant de la DGSN a souligné que les experts de la DGSN poursuivent l’enquête dont les résultats seront rendus publics dès la finalisation et la détermination de toutes les circonstances et les responsabilités. Il rappelle, à ce sujet les décisions prises par le général-major Hamel à l’égard des trois éléments ayant commis des dépassements à Ghardaïa et qui ont été jugés et radiés du corps de la police à l’issue de preuves matérielles les inculpant. D’ailleurs, lors de la conférence de presse tenue le 9 avril en son siège à Alger, le directeur général de la Sûreté nationale a averti, en citant ces cas «isolés», que tout élément contre lequel des preuves matérielles sont fournies pour des dépassements, «subira le même sort». Il a, par la même occasion, rappelé ses instructions concernant le respect des droits de l’Homme lors de l’accomplissement des missions de police et notamment lors de la gestion des foules. Pour rappel, l’intervention des services du maintien et du rétablissement de l’ordre de la Sûreté nationale a fait suite aux échauffourées constatées lors de la célébration du 34e anniversaire du printemps berbère dans la wilaya de Tizi Ouzou où d'anciens animateurs du Mouvement culturel berbère (MCB) et des associations ont organisé une marche pour célébrer l’évènement. Lors de la marche des incidents sont survenus entre manifestants et agents de police avant de prendre de l’ampleur et reprendre le lendemain aussi quand des manifestants ont saccagé et pillé l'espace commercial de l'entreprise Mobilis, situé au boulevard Krim-Belkacem. Nous y reviendrons.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu