A Béjaïa, la commémoration du 20 Avril finit dans la violence - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

A Béjaïa, la commémoration du 20 Avril finit dans la violence


       


Béjaïa

LA COMMEMORATION DU 20 AVRIL FINIT DANS LA VIOLENCE



© Horizons | Dimanche 20 avril 2014
Ouali M.


Les appels à une participation massive à la commémoration du 34e anniversaire des événements du 20 Avril 1980 ont eu un large écho notamment au sein de la jeunesse bejaouie. Il y avait bien trois ou quatre milliers de personnes qui se sont rassemblées au niveau de l’université Targa Ouzemour, sous la bannière du MCB et d’autres organisations, où la présence féminine était des plus symboliques. Les slogans, chantés ou inscrits sur les banderoles, reflétaient chaque tendance.

Vers 11 heures, le cortège s’est ébranlé en direction du siège de la wilaya. Tout se déroulait dans le calme et la marche prenait même des allures festives que la multitude de caméras immortalisaient. Alors que les manifestants sous la bannière du MCB et du RCD s’arrêtaient au niveau de la cité Rabéa, ceux d’un autre groupuscule se postèrent devant le portail du siège de la wilaya. Quelques minutes plus tard, les choses commencèrent à dégénérer. De jeunes excités lancèrent des pierres à l’intérieur de l’enceinte de la wilaya et tentèrent de défoncer le portail. Les organisateurs avaient beau crier « Pacifique, pacifique ! », cela ne calmait les esprits que pour un très court instant. A deux cents mètres de là, côté MCB, la situation était plus sereine. Les prises de paroles furent toutefois très brèves. L’inquiétude que cela dégénère a sans aucun doute influé sur la décision des organisateurs d’écourter le rassemblement. Ces derniers ont donné rendez-vous à leurs sympathisants le 3 mai pour inaugurer la stèle dédiée à Saïd Mekbel, déniant la primauté au wali qui a déjà procédé à cette cérémonie le 16 avril dernier, et pour baptiser le carrefour proche de la cité Rabéa du nom de « carrefour du 19 Mai 1981 » en hommage aux victimes tombées ce jour-là. Les manifestants se sont ensuite dispersés dans le calme. Par contre, du côté du siège de la wilaya, les choses se corsaient. Les fauteurs de troubles, une poignée de jeunes déterminés à en découdre, finiront par avoir gain de cause, provoquant l’intervention des forces de l’ordre. Le wali de Bejaïa lança des appels au calme sur les ondes de la radio Soummam et avertit les parents de s’impliquer pour que leur progéniture revienne à la raison. Il les avertit que si leurs enfants sont arrêtés par la police, qu’ils ne viennent pas ensuite faire, comme d’habitude, le pied de grue pour implorer la clémence et demander leur libération.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu