Affaire Matoub Lounès. L'avocat d'Abdelhakim Chenoui va faire appel - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Affaire Matoub Lounès. L'avocat d'Abdelhakim Chenoui va faire appel

Kabylie > Matoub Lounès > 2011
      MERCREDI 20 JUILLET 2011   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


Affaire Matoub Lounès

L'AVOCAT D'ABDELHAKIM CHENOUI VA FAIRE APPEL


© Tout Sur l’Algérie | Mercredi 20 juillet 2011 | 12:43
AFP

L'avocat d’Abdelhakim Chenoui, un des deux prévenus condamnés à 12 ans de prison pour l'assassinat en 1998 du chanteur Lounès Matoub, a annoncé mercredi à l'AFP qu'il fera appel de cette condamnation. « Nous allons déposer un pourvoi en cassation parce que le dossier est vide dans l'affaire de mon client Abdelhakim Chenoui », a indiqué son avocat Me Amine Sidhoum. Le parquet, qui avait requis la peine capitale contre les deux hommes, va également faire appel, selon une information obtenue par l'AFP de source judicaire.

Hier, c'est la famille de la victime qui a annoncé qu'elle ira à nouveau devant la justice mais en ordre divisé. La veuve Nadia Matoub et ses sœurs, témoins de l'assassinat et victimes car elles ont été blessées, veulent porter plainte contre les auteurs de l'assassinat – qui peuvent aussi être les commanditaires – et qu'elles peuvent reconnaître. Leur avocat, Me Salah Hanoune, a utilisé la formulation de « plainte contre des inconnus en mesure d'être reconnus ». Malika Matoub, la sœur du chanteur, et sa mère Aldjia Matoub veulent déposer plainte contre X afin de déterminer les commanditaires de l'assassinat. « La famille du "Rebelle" ne va pas se taire. L'affaire de l'assassinat de mon frère renaîtra de ses cendres. Nous allons déposer une autre plainte contre X. Aucune preuve scientifique n'a été avancée », a déclaré Malika Matoub lors d'une conférence de presse tenue mardi. Elle avait demandé la convocation de 75 témoins dont la ministre de la Culture, Khalida Toumi, et Saïd Sadi, le président du parti Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD, opposition) notamment pour avoir déclaré que l'attentat avait été perpétré par des islamistes. La sœur voulait aussi que soit entendu Hassan Hattab, ex‑chef du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), qui a revendiqué l'assassinat en mai 1999, plusieurs mois après les faits. Hattab s'est rendu en octobre 2007 aux autorités et a été placé depuis en « lieu sûr ».

 
Retourner au contenu | Retourner au menu