Juba Laksi : « Matoub était un rassembleur » - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Juba Laksi : « Matoub était un rassembleur »

Kabylie > Matoub Lounès > 2010
      JEUDI 24 JUIN 2010   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


Juba Laksi. Secrétaire général de la Fondation Matoub Lounès

« MATOUB ETAIT UN RASSEMBLEUR »


© El Watan | Jeudi 24 juin 2010
Mustapha Benfodil, envoyé spécial


D’abord, pouvez-vous nous présenter la Fondation Matoub. Dans quelles circonstances est-elle née ?

La Fondation Matoub est née en septembre 1998, soit trois mois après sa mort. Au début, la Fondation s’est structurée autour de comités locaux afin de faire cesser la pression sur la Fondation Matoub. Ces comités étaient dispersés un peu partout en Kabylie et même en dehors de la Kabylie. Après, ces comités ont été remplacés par des commissions. La Fondation compte aujourd’hui 156 membres, et ce qui fait plaisir, c’est l’apport significatif d’un sang « jeune ». La Fondation mène un combat très sain, celui de protéger la mémoire de Matoub et faire connaître son œuvre politique et artistique. La Fondation milite également pour réclamer la vérité sur son assassinat. Notre plus grande fierté au sein de la Fondation est que c’est la seule structure en Kabylie qui ouvre ses portes de 8h à 17h et qui reçoit plus de 150 visiteurs par jour qui viennent des quatre coins d’Algérie et des quatre coins du monde. Ils viennent se ressourcer et viennent pour « thidhests », à la recherche de la vérité. Le combat identitaire s’est essoufflé un peu depuis 2005, mais il y a toujours la porte de Matoub qui reste ouverte. Les portes de la Fondation sont ouvertes à tous car Matoub était un rassembleur.

Justement, vous qui êtes né en 1986, que vous inspirent la vie et l’œuvre d’un artiste mythique comme Matoub ?

Matoub est le câble qui a rattaché la génération qui a fait le Printemps 1980 à la mienne. C’est lui qui nous a communiqué cette ferveur. Il nous a permis la connaissance du passé et du combat de tout un peuple. Par son œuvre politique et artistique, Lounès nous a montré le chemin. Il nous a montré ce qu’est la cause berbère et ce que c’est que d’être un patriote, un vrai ! Aimer sa patrie et ses origines en même temps.

Gardez-vous quelques souvenirs de lui ?

Oui. D’abord, Matoub était un cousin à ma mère. Quand j’étais petit, je ne connaissais pas le « mythe Matoub », la star. Comme tout le monde au village, on ne connaissait que Lounès. Lounès Ath Lewniss. Il nous faisait oublier le « Rebelle ». Lounès était quelqu’un de très simple. Tu peux l’appeler à 2h du matin, il t’ouvre. Tu peux entrer sans frapper, manger, rester, tu es le bienvenu. Sa maison était ouverte à tous à telle enseigne qu’elle était devenue la « thajemaïth » du village. Il était facile de l’approcher, de le côtoyer. Quand j’étais gamin, je me souviens d’abord de son visage qui m’a toujours paru impressionnant, très particulier. En même temps, c’était un phénomène. C’était le Djeha du village. Il y avait toujours des histoires à son sujet. Il aimait frayer avec les « iderwichen » de thadarth, les gens un peu marginaux ou foutraques. Il aimait aussi le cheikh de la mosquée du village, il aimait les gens du village, il aimait le petit peuple. On le surnommait « bouthemaghriwin » parce qu’il était de tempérament facétieux. L’un de ses amis intimes était un fêlé, un schizophrène. Donc, on ne connaissait pas Matoub le Rebelle, on connaissait Lounès le farceur.

L’un des clichés les plus tenaces que l’on colporte à son sujet le présente comme un berbériste « chauvin », limite raciste. Pourtant, ceux qui le connaissent et connaissent son œuvre savent combien ces préjugés sont erronés…

Absolument ! Comme je le disais, Matoub était un rassembleur. Il défendait des valeurs universelles. Il a fait sienne l’expression de Jean-Paul Sartre en se disant « patriote de toutes les patries opprimées ». Lounès était un militant de toutes les causes humaines. J’en veux pour preuve son célèbre discours qu’il avait prononcé le 9 octobre 1994 à l’amphithéâtre de la Sorbonne en recevant le prix de la Mémoire des mains de Danielle Mitterrand. Il avait dit : « Le Berbère que je suis est frère du juif qui a vécu la Shoah, de l’Arménien qui a vécu le terrible génocide de 1915, de Khalida Messaoudi, de Taslima Nasreen et de toutes les femmes qui se battent de par le monde, frère du Kurde qui lutte sous le tir croisé de multiples dictatures, et de mon frère africain déraciné... »

Où en est l’affaire Matoub sur le plan judiciaire ?

Nous, notre plus grande victoire, c’est d’avoir entretenu ce procès pendant douze ans. Regardez l’affaire Boudiaf. L’homme a été tué devant les écrans de télévision, et quelques jours après, son dossier était plié et l’affaire classée. Aujourd’hui, même si nous ne sommes pas arrivés à dévoiler la vérité sur l’affaire Matoub, on aura tout de même réussi à faire durer ce procès. A chaque audience, nous drainons des centaines de soutiens. En 2008, nous avons reçu le soutien de quelque 127 collectifs et organisations. Pour le reste, nous, on ne soupçonne personne et on n’accuse personne. On veut juste la vérité et c’est notre droit de connaître cette vérité. On est là pour la revendiquer. La famille Matoub a déposé un dossier très solide auprès de la justice. Il y a la voiture qui compte 78 impacts de balle. Au sein de cette voiture, il y avait trois témoins oculaires : Nadia et ses deux sœurs. Il y a une étude balistique qui doit se faire sur la voiture. Il y a 50 personnes qui sont prêtes à apporter leur témoignage et qui peuvent éclaircir cette vérité. Alors, il appartient à la justice de faire son travail.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu