Malika Matoub : «Il y a une volonté politique de classer l’affaire Matoub !» - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Malika Matoub : «Il y a une volonté politique de classer l’affaire Matoub !»

Kabylie > Matoub Lounès > 2011
      LUNDI 27 JUIN 2011   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


Malika Matoub lors d’une conférence débat organisée par le FFS à Tizi Ouzou

« IL Y A UNE VOLONTE POLITIQUE DE CLASSER L’AFFAIRE MATOUB ! »


© La Dépêche de Kabylie | Lundi 27 juin 2011
A. Z

"Le pouvoir veut étouffer et classer l’affaire Matoub en programmant un procès que j’assimile à une mascarade judiciaire. " a déclaré hier Malika Matoub, présidente de la fondation Matoub, intervenant au cour d’une conférence débat organiseé par le Front des Forces Socialistes (FFS) à la maison de la culture Mouloud Maameri de Tizi Ouzou. Elle fera savoir que treize après l’assassinat " on reste au point de départ ! ".

Dans une déclaration faite à la Dépêche de Kabylie, Malika Matoub, en marge de la conférence débat, a démenti de la " plus forte des manières " ce qu’elle qualifie " d’allégations " publiées avant-hier dans la presse. En effet, un quotidien national a affirmé que " Hatab a revendiqué l’attentat (assassinat de Matoub, Ndlr) , mais la réaction de la population lui a fait peur au point d’être allé voir la mère de Matoub, pour lui dire que le GSPC n’avait rien à voir avec le crime. C’est ce qui l’a poussé à rendre public un autre communiqué, qui a suscité la colère au sein de son organisation. ", " le ridicule ne tue pas " a réagi Malika Matoub .La journée d’hier a été particulièrement chargée pour la famille de Lounes Matoub. D’abord un premier Sit-in tenu durant la matinée devant la cour de justice de la wilaya de Tizi Ouzou pour s’enquérir des nouveaux éléments concernant le procès de l’assassinat de Lounes puis durant l’après midi où la présidente de la fondation Matoub a, à l’initiative de la section locale du FFS, animé une conférence débat à la maison de la culture Mouloud Maameri. de prime a bord , Malika Matoub a dénoncé la volonté de " certains cercles " qu’elle n’a pas nommé, de vouloir " étouffer " et " classer " l’affaire qualifiant au passage les information faisant état de la programmation du procès de l’assassinat de Lounes courant de la session criminelle soit avant le 14 juillet prochain . Une information confirmée, selon la sœur du Rebelle, par le procureur adjoint qui l’a reçu durant la matinée d’hier " juste après le rassemblement, il (le procureur adjoint, Ndlr) nous a informé qu’effectivement le dossier du complément d’enquête a été clôturé et remis au parquet. Il nous a affirmé que le procès sera programmé. C’est une vraie mascarade judiciaire ! " Déclarera t-elle avant d’indiquer que ni elle ni même un membre de sa famille n’ont été auditionné " le procureur près de la cour de Tizi Ouzou nous a répondu que la demande d’audition devait se faire par écrit " a-t-elle également précisé .la présidente de la fondation Matoub Lounes appellera, dans la foulée, à l’union pour " faire aboutir la revendication de vérité et justice sur cet assassinat. ". Au tout début de son intervention, Malika Matoub reviendra sur les circonstances du meurtre mais aussi les péripéties qui ont suivi l’assassinat de Lounes notamment les premières heures qui ont vue justement la sœur du rebelle affirmer sur des chaînes de télévision française que c’est le " GIA qui a tué Matoub ". Malika Matoub affirmera, dans ce sillage qu’elle a reçu des " coups de files " d’Alger quelque minutes seulement après l’assassinat " les membres d’un parti politique au point d’interdire l’accès même aux membres les plus proches, cousins entre autres. Aujourd’hui, nous réclamons la vérité et la justice " a dit la présidente de la fondation, pour qui des " zones d’ombres " continuent d’entourer la mort du Rebelle. Elle citera, pour illustrer ses propos, plusieurs " anomalies " à l’image de l’étude balistique et la reconstitution des faits qui n’ont pas été encore réalisés comme souhaité par la famille. De son coté, le représentant de la ligue algérienne des droits de l’homme (LADDH) a révélé l’existence d’une étude balistique faite par des experts français qui a, selon ses affirmations, que les balle tirées " ne pouvait pas travers des vitres blindés .il fallait monter sur le capot et tirer à bout portant " dira –il. Le premier secrétaire fédéral du FFS à Tizi Ouzou a estimé, quant à lui, que Matoub Lounes " dérange toujours " et que son parti ne " lâchera jamais jusqu’à l’éclatement de la vérité ". Il faut signaler, par ailleurs, que plusieurs dizaines de militants, des responsables du FFS et du MAK, d’anciens délégués des Aarchs ont assisté, aux cotés de la sœur et de la mère de Lounes Matoub, au rassemblement tenu durant la matinée d’hier devant la cour de justice de la Tizi Ouzou. Ceci au moment ou des sources judiciaires avance, avec insistance, la programmation du procès des deux principaux accusés dans l’assassinat de Lounes, Madjnoune et Chenoui en l’occurrence, pour le 12 juillet prochain.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu