Commémoration du 50e anniversaire de la naissance de Matoub Lounès. Grande émotion à Taourirt Moussa - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Commémoration du 50e anniversaire de la naissance de Matoub Lounès. Grande émotion à Taourirt Moussa

Kabylie > Matoub Lounès > 2006
      MERCREDI 25 JANVIER 2006   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


Commémoration du 50e anniversaire de la naissance de Matoub Lounès

GRANDE EMOTION A TAOURIRT MOUSSA


© Liberté | Mercredi 25 janvier 2006
Samir Leslous

Il n'était pas encore 10 h lorsque les premiers groupes de personnes, venus des quatres coins de la Kabylie et même d'autres wilays lointaines telles qu'Oran et Sétif, commençaient à affluer vers la demeure des Matoub où les membres de la fondation, entre autres, la sœur du Rebelle, Nourdine Medrouk et Mohand Ameziane Bachtarzi, supervisaient les derniers préparatifs de l’événement.

Sur la tombe, située juste en face de la maison, de nombreuses personnes, hommes et femmes, jeunes et âgées, attendaient avec la même tristesse d’il y a six ou sept ans, la cérémonie de recueillement et le dépôt de la gerbe de fleurs. En attendant, tout le monde prenait des photos souvenirs. À 12h, le mot est donné pour débuter les activités. Une fois la gerbe de fleurs déposée, les membres de la fondation se relayeront au micro pour évoquer la vie, l’œuvre et le combat de celui qui aurait pu souffler, hier, sa cinquantième bougie.

Après une laconique intervention de la sœur du Rebelle, mais interrompue sans doute à cause de l’émotion, Nordine Medrouk lira, devant la foule, un communiqué dans lequel il est rappelé que “le plus grand espoir de la famille Matoub est de voir un jour les assassins de Lounès devant les tribunaux” et que “la vérité sur cet assassinat constitue l’axe principal du dénouement de la crise de Kabylie et de la réconciliation de l’Algérie avec elle-même”. Évoquant la mémoire de l’homme, le porte-parole de la fondation dira que “cette mémoire, qui continue à résister à l’ère du temps et à être présente au quotidien, est plus que jamais vivante dans la conscience collective et ne finit pas de dévoiler sa force qui se conjugue au présent grâce à cette jeunesse qui s’est approprié le combat de Matoub”.

Les interventions étant achevées, la famille Matoub, à la tête la mère du Rebelle, Na Aldjia entourée de la foule a soulevé, dans un moment d’émotion, le voile d’une statue réalisée par un jeune artiste.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu