13e anniversaire de l’assassinat de Matoub Lounès. Festivités commémoratives à Taourirt Moussa - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

13e anniversaire de l’assassinat de Matoub Lounès. Festivités commémoratives à Taourirt Moussa

Kabylie > Matoub Lounès > 2011
      DIMANCHE 26 JUIN 2011   >>     1994 | 1995 | 1998 | 1999 | 2000 | 2001 | 2003 | 2004 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013


       


13e anniversaire de l’assassinat de Matoub Lounès

FESTIVITES COMMEMORATIVES A TAOURIRT MOUSSA


© El Watan | Dimanche 26 juin 2011 | 01:00
Hafid Azzouzi

Un vibrant hommage a été rendu, hier, au barde de la chanson kabyle, Matoub Lounès, à l’occasion du 13e anniversaire de sa disparition.

La fondation qui porte son nom, en collaboration avec l’association Tagrawla et le comité de village, a mis sur pied un riche programme d’activités. Un recueillement a été organisé à Taourirt Moussa, village natal du défunt, dans la daïra de Beni Douala, à Tizi Ouzou. «Nous avons invité plusieurs associations culturelles de Béjaïa et de Tizi Ouzou pour prendre part aux festivités du 13e anniversaire de l’assassinat de Lounès», nous a expliqué le secrétaire général de la fondation Matoub. Au menu de ces journées commémoratives figurent aussi, entre autres, un concours de poésie, des projections vidéo et des présentations théâtrales.

Les fans du «Rebelle» ont pris d’assaut les lieux de l’exposition où l’on peut visiter des stands consacrés essentiellement à l’œuvre et au parcours de l’auteur de la célèbre chanson Aghouru (trahison). Dans le sillage de cette commémoration, la fondation Matoub appelle également à un rassemblement, pour aujourd’hui à 10h, devant la cour de justice de Tizi Ouzou, afin de réclamer, encore une fois, la vérité sur l’assassinat du «Rebelle». «Les villageois de Taourirt Moussa se sont mobilisés comme un seul homme pour marquer cet évènement de manière grandiose et rendre un vibrant hommage à Lounès», a déclaré Malika Matoub qui estime aussi que treize ans après la disparition de son frère, on repose toujours les mêmes questions sur les circonstances de son assassinat. «On demande l’étude balistique, la reconstitution des faits et l’audition des témoins», a-t-elle ajouté. «On veut que la justice fasse son travail. L’enquête complémentaire a été diligentée par le magistrat pour revenir au point de départ car, l’affaire, elle est toujours en instruction. Je n’ai reçu pour le moment aucune convocation au sujet d’une éventuelle programmation du procès. Je veux aussi préciser qu’on ne s’est pas constitué contre Medjnoun et Chenoui, on s’est constitué comme partie civile dans le procès de l’assassinat de Lounès», a précisé la sœur du défunt. Le «Rebelle» a été assassiné par les forces du mal un certain 25 juin 1998, sur la route de Beni Douala.

Le procès a été plusieurs fois reporté. Il devait se tenir en juillet 2008, en présence de 51 témoins mais il n’a pas eu lieu. Il sera enrôlé avant la fin de session criminelle en cours, à la cour de justice de Tizi Ouzou, selon Me Aït Habib, avocat de Malik Medjnoun, l’un des deux accusés. Il a précisé, pour rappel, que «le magistrat chargé de l’affaire a terminé son travail et a transmis le dossier au parquet général lequel a demandé à la présidence du tribunal criminel de programmer cette affaire». «Le comité de soutien à Medjnoun, élargi aux comités de village de Beni Douala, a adressé un courrier au procureur général, lui demandant de programmer le procès Matoub», lit-on dans un communiqué du comité de soutien à Medjnoun. Ce dernier est en détention provisoire avec son coaccusé Abdelhakim Chenoui, à la maison d’arrêt de Tizi Ouzou, depuis plus de 12 ans.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu