Farouk Ksentini : «Benchicou doit être libéré » - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Farouk Ksentini : «Benchicou doit être libéré »

      SAMEDI 12 MARS 2005  >>     2001 | 2002 | 2003 | 2004 | 2005


       


Farouk Ksentini


" BENCHICOU DOIT ETRE LIBERE "



© Le Soir d’Algérie | Samedi 12 mars 2005
Entretien réalisé par Kamel AMARNI


Farouk Ksentini est le président de la commission nationale consultative de défense et de promotion des droits de l’Homme (CNCDPDH), organisme rattaché à la présidence de la République et qui succède depuis 2001 au défunt observatoire de Rezzag Bara. Ce proche de Abdelaziz Bouteflika épouse, naturellement, la vision officielle s’agissant de la perception de la presse nationale. Cependant qu’il nuance quelque peu sa vision des choses, estimant notamment injuste l’incarcération du directeur du Matin , Mohamed Benchicou. Il est d’autant plus intéressant à écouter que notre interlocuteur est juriste de formation…

Le Soir d’Algérie : Le département d’État américain vient d’interpeller le pouvoir algérien à propos de la situation des droits de l’homme. Le rapport du département insiste particulièrement sur la dégradation que subit des acquis comme la liberté d’expression, notamment la liberté de la presse.

Farouk Kessentini : Le rapport du département d’État américain se distingue par une totale objectivité, il faut bien le reconnaître. Ceci dit, il reste, à mon avis, que ledit rapport comporte quelques erreurs d’appréciation. Notamment concernant la presse. Moi, personnellement, je considère qu’il y a, au contraire, une nette amélioration dans ce domaine.

Le Soir d’Algérie : Comment cela ?

Farouk Kessentini : Il a été mis fin à un certain nombre d’excès dans la presse. La qualité des articles est bien meilleure. Voilà par exemple ce qui m’éloigne de l’appréciation qu’en fait le département d’État dans son rapport.

Le Soir d’Algérie : Vous parlez donc du contenu et non pas des conditions difficiles! de la presse d’aujourd’hui ?

Farouk Kessentini : Oui, il faut dire que pendant la campagne électorale, il y a eu des écrits franchement diffamatoires. La presse s’est donc nettement améliorée, depuis.

Le Soir d’Algérie : Vous faites allusion à l’avant et l’après-8 avril. Mais l’incarcération de journalistes, la suspension d’un journal et les incessants autres harcèlements de journaux et journalistes ont cours depuis le 8 avril. Le pouvoir est en passe d’instaurer un véritable climat de terreur incompatible avec la liberté d’expression. Il favorise grandement le réflexe de l’autocensure, pour le moins…

Farouk Kessentini : L’autocensure ? Moi je ne sais pas si des journalistes s’autocencurent ou pas. Je constate seulement que la presse s’est améliorée. Quant aux affaires en justice, n’oubliez pas qu’il s’agit de dossiers qui sont antérieurs au 8 avril 2004. Et ce n’est que maintenant qu’ils sortent. Ceci dit, si vous faites allusion à l’affaire BENCHICOU, moi je vous répondrais qu’il n’est pas en prison pour ses écrits mais pour une affaire de transferts de fonds, selon son dossier en justice. Je tiens cependant à préciser que, me concernant, je dénonce le fait qu’il soit mis en détention. Car le mandat de dépôt est une mesure injustifiée. C’est pour cela que je souhaite qu’il (Mohamed Benchicou) retrouve sa liberté le plus vite possible.

Le Soir d’Algérie : Les avocats de Benchicou ont, justement, déposé récemment une demande de mise en liberté provisoire. Allez-vous les soutenir alors ?

Farouk Kessentini : Je souhaite ardemment que cette mesure aboutisse.

Le Soir d’Algérie : Avec votre concours ?

Farouk Kessentini : Comme je vous l’ai déjà dit et déclaré par ailleurs par le passé, je suis contre la détention préventive.

Le Soir d’Algérie : Sur un tout autre chapitre, le rapport du département d’Etat américain déplore un net recul des libertés politiques et syndicales en Algérie…

Farouk Kessentini :
C’est un point de vue. Mais on peut également considérer que les libertés dans ce pays se sont également élargies.

Le Soir d’Algérie : Dans quel domaine ?

Farouk Kessentini : Dans tous les domaines, celui de la presse notamment. Les dernières élections présidentielles, par exemple, étaient libres et transparentes. C’est de notoriété publique et personne ne peut trouver à redire. La police nationale aussi est en train de faire beaucoup d’efforts dans le domaine du respect du droit et de l’amélioration de ses relations avec le citoyen. La justice aussi. Le code de la famille a été amendé. Ce n’est certes pas une révolution, mais c’est tout de même un progrès important. Tout cela est réconfortant.

Le Soir d’Algérie : Le président Bouteflika déclarait récemment ne reconnaître que l’UGTA. Ne considérez-vous pas que c’en est, là, la négation même du pluralisme, et ce, en violation de la Constitution algérienne ?

Farouk Kessentini : Ecoutez, on ne peut pas empêcher le président d’avoir une affection particulière pour l’UGTA. C’est quelque chose d’affectif qui lie les Algériens pas uniquement le président à l’UGTA. Tout comme au FLN d’ailleurs. Et ce pour des considérations historiques évidentes eu égard à leurs rôles respectifs durant la Révolution. Ceci étant, je suis pour le multipartisme et le pluralisme syndical même si ma préférence va vers l’UGTA à laquelle nous restons tenus par des liens affectifs.

Le Soir d’Algérie :
N’empêche, lorsque c’est un président de la République qui le dit, cela équivaut décision officielle de retour à «l’unicisme».

Farouk Kessentini : Je ne le pense pas. Le président a prononcé un discours (à l’occasion du double anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et de la naissance de l’UGTA, le 24 février NDLR). C’est une allocution que le président a prononcée et non pas une décision qu’il a eu à prendre.

Le Soir d’Algérie : Les ONG internationales sont de moins en moins agressives envers l’Algérie. Est-ce dû, selon vous, à un changement d’attitude de la part des autorités algériennes ou alors n’est-ce, là, qu’une conséquence tout à fait naturelle des bouleversements provoqués par le 11 septembre ?

Farouk Kessentini : C’est un peu de tout. L’Etat algérien a fait des efforts incontestables. Aussi, les événements du 11 septembre ont démontré à ces ONG qu’elles se sont trompées de camp. En ce sens que, s’agissant de l’Algérie, elles ont soutenu le terrorisme. Ce que ces ONG n’ont pas compris est le fait que depuis 1992, le véritable défenseur des droits de l’homme en Algérie a été l’Etat algérien. C’est l’Etat algérien, à travers ses institutions et ses corps de sécurité qui a défendu les citoyens et a préservé leurs vies et biens. Cela, ces mêmes ONG ne l’ont pas compris et elles ont soutenu les terroristes contre l’Etat.

Le Soir d’Algérie :
Mais l’Etat algérien s’affaire, en 2005, à préparer une loi portant amnistie générale qui bénéficiera à ces mêmes terroristes. Allez-vous la soutenir ?

Farouk Kessentini : Nous soutenons le projet d’amnistie générale parce que nous considérons, honnêtement, qu’elle se justifie par une raison d’Etat. L’Algérie a un pressant besoin de tourner la page de la décennie rouge pour consacrer tous ses efforts à la reconstruction et au développement.

Le Soir d’Algérie : Mais n’est-ce pas un paradoxe pour un Etat que d’amnistier des terroristes au moment même où il se trouve en position de force et après avoir triomphé militairement sur le terrorisme et que, politiquement, celui-ci est définitivement discrédité à l’extérieur ?

Farouk Kessentini : C’est un paradoxe en apparence seulement. En apparence, en ce sens que c’est le vainqueur qui amnistie et non pas le vaincu. L’Etat a remporté une victoire militaire et politique telle, qu’il peut se permettre d’amnistier.

Le Soir d’Algérie : Ne considérez-vous pas qu’amnistier des terroristes constitue en soit une violation des droits de l’Homme. Ceux des victimes et de leurs familles en l’espèce ? Aussi, l’Etat n’est t-il pas tenu par un devoir de justice préalable à toute autre mesure ?

Farouk Kessentini : Entendons nous bien. L’amnistie ne change en rien les droits des victimes. Les victimes du terrorisme garderont leur statut de victimes ainsi que l’ensemble de leurs droits. L’amnistie ne les affecterait en rien.

Le Soir d’Algérie : Vous dirigez un organisme dépendant de la présidence de la République. Les rapports que vous faites sont destinés au président. Quels sont les dossiers urgents que vous lui recommandez de prendre en charge, prioritairement ?

Farouk Kessentini : Les urgences sont incontestablement les droits sociaux. Nous avons un déficit énorme en la matière. L’Etat doit intervenir urgemment à ce niveau. En second lieu, je peux citer des secteurs comme la justice, la santé et l’éducation qui doivent améliorer leurs prestations. Tout ceci après le terrorisme bien sûr.

Le Soir d’Algérie : Le discours «osé» qui vous distingue de l’ex-Observatoire, vous confère une certaine crédibilité. Vous êtes donc souvent sollicités et non pas interpellés, par les dirigeants du FIS notamment…

Farouk Kessentini : Les dirigeants du FIS sont effectivement venus me voir à plusieurs reprises. Nous sommes une institution publique. J’estime que nous n’avons fait que notre devoir. Je pense qu’en tout état de cause, nous avons agi dans le sens du rapprochement et de réconciliation entre les Algériens.

Le Soir d’Algérie :
Quels sont les dirigeants du FIS que vous avez reçus ? Quelles ont été leurs doléances ?

Farouk Kessentini : J’ai notamment reçu Abassi Madani, Ali Benhadj, Ali Djeddi et, pas plus tard que ce matin (jeudi dernier NDLR) le fils de Layada (le premier émir national du GIA emprisonné à Sarkadji depuis 1994 NDLR) était assis là où vous êtes en ce moment.

Le Soir d’Algérie : Que voulaient-ils au juste ?

Farouk Kessentini : Chacun avait ses propres doléances que moi je transmettais à chaque fois à qui de droit. Abassi Madani voulait régler son problème de passeport ; Ali Benhadj se plaignait de harcèlements de la police et il était venu m’en entretenir; Ali Djeddi, lui, m’a sollicité pour qu’il puisse réintégrer son corps professionnel d’origine qu’est l’enseignement. Quant au fils de Layada, il est venu se plaindre de ce que son père soit tenu à l’isolement depuis l’affaire de Sarkadji. De même que j’ai eu à recevoir, la semaine dernière, la famille de Mohamed Benchicou. C’est vous dire que nous sommes tenus de traiter avec le large spectre de la société algérienne dans tout ce qu’elle offre comme diversité.


 
Retourner au contenu | Retourner au menu