Dépassements sur des manifestants lors de la marche avortée du 20 avril à Tizi-Ouzou. Cinq policiers suspendus - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Dépassements sur des manifestants lors de la marche avortée du 20 avril à Tizi-Ouzou. Cinq policiers suspendus


       


Tizi-Ouzou. Dépassements sur des manifestants lors de la marche avortée du 20 avril

CINQ POLICIERS SUSPENDUS



© La Dépêche de Kabylie | Mercredi 23 avril 2014
M. A. T.


Cinq policiers, qui seraient impliqués dans des comportements violents à l’égard des manifestants, le 20 avril dernier à Tizi-Ouzou, ont été suspendus.

La première sanction est tombée au soir même de l’ouverture de l’enquête ordonnée par le DGSN, Abdelghani Hamel, suite à la diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux, montrant des policiers, tabassant et humiliant des citoyens ayant pris part à la marche de dimanche passé. L’agent en civil, au crâne rasé, portant une chemise à carreaux, a été, donc, le premier à être suspendu par sa hiérarchie, dans la soirée de lundi, apprend-on des sources sûres. Cette sanction a été prise après que les responsables locaux de la police aient authentifié la vidéo en question, et confondu les policiers suspects qui y apparaissent avec des comportements indignes d’un corps républicain. Quatre autres policiers, apparaissant également sur la vidéo qui a fait le tour des réseaux sociaux depuis dimanche soir, ont été également suspendus par leur hiérarchie, dans la matinée d’hier. Exerçant tous les quatre au sein de la section de la police judiciaire de la sûreté de wilaya, ils seront d’abord confrontés aux preuves présentées dans la vidéo sur leurs actes d’une extrême gravité, tel que montré dans les images. La nouvelle de la sanction de ces policiers, à titre conservatoire, a vite fait le tour de la ville de Tizi-Ouzou. Si certains citoyens restent prudents quand à la véracité de cette décision, d’autres l’ont accueillie avec soulagement, en ce sens qu’elle devra contribuer à apaiser les esprits remontés contre les services d’ordre, des suites des violences ayant émaillé l’interdiction de la marche de dimanche dernier. Il est à rappeler que le directeur général de la sûreté nationale, le général major Abdelghani Hamel, a ordonné, avant-hier, l’ouverture d’une enquête, après la mise en ligne de ladite vidéo. Le DGSN, par la voix du responsable de la communication, a indiqué que des mesures disciplinaires vont êtres prises à l’encontre des policiers sur lesquels pesaient des soupçons avérés de dépassements.

 
Retourner au contenu | Retourner au menu