De la compromission en général et du compromis en particulier - Site perso de Mohamed ZIANE-KHODJA

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

De la compromission en général et du compromis en particulier

      SAMEDI 22 JANVIER 2005   >>     2001 | 2005 | 2006 | 2007 | 2008


       


Les colonnes du samedi


DE LA COMPROMISSION EN GENERAL
ET DU COMPROMIS EN PARTICULIER



© Le Soir d'Algérie | Samedi 22 janvier 2005
Nacer BELHADJOUDJA (nacer@hotmail.com)


Cette chronique, volontairement suspendue depuis avril 2004, reprend à partir de cette semaine. Pourquoi ce long silence et surtout qu’est-ce qui motive sa reprise maintenant ? Il y a dans la vie professionnelle comme dans la vie de tous les jours des moments de recul pour mieux digérer des épisodes faits de manipulations et surtout de traîtrise.

L’acte journalistique ne peut pas être un simple exercice de style qui peut s’accommoder de reniements fussent-ils enrobés du plus beau vernis. Rappelez-vous les lendemains du 8 avril 2004 où, à l’unisson, la presse “exemplaire” criait “tuez-les tous” comme si la victoire de Bouteflika devait s’accompagner de la disparition des journaux qui n’ont pas porté sa candidature. Que des moments de délire après ce 8 avril ! Heureusement que, depuis, la fièvre est tombée et certains ont finalement compris que, pour être un grand titre, il ne suffit pas de brandir son soutien au président. Et d’ailleurs, certains affirment que, depuis quelque temps déjà, l’équipe de Bouteflika est arrivée à la conclusion qu’elle doit faire son deuil de cette presse qui n’est d’aucune utilité au moment des grandes batailles mais qui demeure, par contre, d’une disponibilité déconcertante au moment de passer à la soupe avec la grande louche. Que des choses se sont passées depuis cette élection présidentielle ! Comme l’incarcération de Mohamed Benchicou et la fermeture du journal Le Matin. On a vu certains jubiler de cette disparition. Applaudir des deux mains pensant certainement qu’il y a des milliers de lecteurs orphelins de leur titre qu’il faut récupérer au plus vite en oubliant un élément primordial dans ce cas de figure : pour prendre un lecteur du Matin, il faut lui offrir la ligne éditoriale du Matin. Comme on a vu également durant cette période des simples d’esprit croire que leur temps de gloire avait sonné. Manœuvres dilatoires, tentatives de déstabilisation et d’autres crasses pour assouvir des fantasmes longtemps refoulés. Piètres spectacles qu’offrait cette période post-électorale dont on gardera le symbole suprême du revirement. Que faire maintenant ? Oui, que faire maintenant ? Accepter le repentir que nous proposent certains pour aller grossir leurs rangs, qui le sont déjà, ou tout simplement garder le cap sur l’exigence d’une rigueur professionnelle et morale pour ne pas perdre de vue qu’un journal, c’est d’abord et avant tout des convictions ? Le choix a été vite fait ici. Même si nous n’ignorons pas que chaque nouvelle étape apporte avec elle ses règles et ses compromis. A charge pour chaque acteur de la vie publique de ne pas confondre compromis et compromission. C’est pour toutes ces raisons que nous sommes fiers d’appartenir à ce journal. Un titre qui a su faire preuve de maturité dans des moments critiques en apportant surtout la preuve qu’il n’avait pas un “ventre mou”. Et ici ce ne sont pas les projets qui manquent. Après avoir lancé les pages régions, le Soir Multimédia, le Soir Mobile, le Soir Sat et les chroniques quotidiennes, cette semaine verra le démarrage du Soir consommation pour être un peu plus proches des préoccupations des lecteurs. Bien évidemment tout ceci ne nous éloignera pas des enjeux politiques qui se déroulent sous nos yeux. Tout en gardant à l’esprit que trop de passion étouffe parfois la lucidité. C’est à cette règle que nous tentons quotidiennement de nous astreindre pour éviter d’être un journal d’opposition ou une caisse de résonance du maître du moment. C’est à cette mutation que l’invitation est lancée à l’ensemble de la société comme un défi pour dépasser cette phase d’esprits critiques chloroformés.


 
Retourner au contenu | Retourner au menu